Peugeot-307-CC-40132.jpg

Dates clés

Commercialisation : septembre 2003 - Restyling de carrosserie : juillet 2005 - Version diesel : juillet 2005

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Elle a été d'emblée très appréciée. C'était, à sa sortie la seule vraie 4 places à toit rétractable offrant le double caractère d'un coupé et d'un cabriolet, car sa petite sœur la 206 ne pouvait décemment accueillir beaucoup de monde à l'arrière. En occasion, elle excite encore pas mal de convoitises mais sachez que la version diesel, évidemment la plus demandée, n'est arrivée qu'à mi carrière et n'est donc, ni la plus abondante, ni la moins chère. Dans l'ensemble, cette voiture conserve, quelle que soit la version, un grand capital sympathie et se prête à tous les usages, promenade ou déplacement, grâce à une conception technique initiale de qualité.

Caradisiac a aimé

  • Les 2 voitures en une
  • L'ambiance intérieure
  • Le freinage
  • Le coffre
  • L'ergonomie
  • L'équipement

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les moteurs essence effacés
  • Les places arrière un peu étriquées
  • L'accès à bord
  • Le filet anti-remous (en option et inefficace de toute façon)
  • Les boutons de capote et de descente des 4 vitres mal situés

Nos versions préférées

  • CC 2.0 16S
  • (2) CC 2.0 HDI 16V FAP NAVTEQ

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • La définition coupé + cabriolet : réussie. Le toit rétractable, déjà éprouvé sur sa petite sœur, la 206 CC, permet de moduler avec facilité la définition de sa voiture. Sa manœuvre est 100% automatique, et rapide : pas même de poignée à déverrouiller manuellement.
  • L'ambiance intérieure : tantôt sportive avec des décorations imitation alu, tantôt chic et classique avec l’emploi de matériaux nobles tel le cuir. De nombreux exemplaires ont reçus l'option "cuir étendu" avec un garnissage en vraies peaux de la planche de bord. Inédit à ce niveau de gamme. Valorisant et réussi.
  • Le freinage : il est performant et autorise des distances d’arrêt courtes.
  • Le coffre : il se révèle assez grand, même une fois que le toit, rétracté, empiète sur son volume utile. Au minimum, l’espace s’avère suffisant pour loger deux très grands sacs et quelques affaires en plus.
  • La sécurité en cas de choc : des arceaux protecteurs se à déploient automatiquement en cas de tonneau.
  • L'équipement : bien pensé, très moderne, et complet, voire riche sur l'immense majorité de versions.
  • Les commandes : implantées avec simplicité.
  • Les rétroviseurs : leur rabattement est automatique lors du verrouillage (de série sur quasiment tous les modèles).

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • Les moteurs à essence : leur caractère est un peu effacé. Il manque à la gamme une version réellement tonique et communicative.
  • Les places arrière : deux adultes peuvent prendre place mais, pour n pas être tassés, il ne faut pas qu'ils soient de trop grande taille, ni que les sièges avant soient reculés à fond.
  • La visibilité vers l’arrière : insuffisante avec trop d'angles morts.
  • L'accès à bord : les angles supérieurs du pare-brise reculent loin, et peuvent être agressifs lors de la montée en voiture.
  • Le toit en tôle : il n' pas de partie vitrée, au contraire de ce que propose la Renault Mégane CC.
  • Le filet anti-remous : il n'est vendu qu'en option, et ne s’avère pas totalement efficace.
  • Le bouton pour manœuvrer simultanément les 4 vitres : c'est bien, il n' pas été oublié. Mais il est situé entre les sièges avant, derrière le bouton de capote qui, déjà, est implanté trop en arrière. L'accès en est donc difficile, à moins de se tordre la main.
  • Le capteur de pluie : il est mal intégré. C'est un gros boîtier très large collé au dos du pare-brise, relié au pavillon par un câble. Pas très discret, comme installation.

3. Budget

Achat / Cote :

La cote se maintient à des niveaux très élevé pour ce modèle bien en vue. Il a attiré de nombreux adeptes, dès son arrivée sur le marché, alors que la version diesel n'existait pas encore. Depuis le restyling, et l'arrivée du HDI sous le capot, la majorité des demandes va vers la diesel, ce qui tasse un peu la cote des versions à essence. Mais celles-ci n'en arrivent pas non plus à être bradées.

Consommation :

La consommation apparaît un peu trop élevée sur les versions essence. La diesel, quoique performante, se montre très sobre.

Assurance :

Un peu chère, comme pour tous les modèles de ce type coupé/cabriolet.

Prix des pièces :

Tarifs réellement avantageux par rapport aux concurrentes allemandes, et plus encore japonaises.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 20 000 à 30 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km (essence), et tous les 240 000 km sur la HDI de nouvelle génération.

4. Fiabilité

Description :

Cette déclinaison coupé-cabriolet de la 307 est née bien après la présentation de la berline. Ce qui lui a évité de connaître tous les soucis, notamment électroniques, de début de carrière. Le point spécifique de ce modèle, à savoir son toit en dur rétracatable, donne le plus souvent toute satisfaction quant à sa fiabilité. Mécaniquement, les soucis sont mineurs, et la voiture vieillit globalement bien.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteurs à essence. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2005, ralenti parfois irrégulier, à-coups à l'accélération. Remède : reprogrammation du boîtier de gestion moteur.
  • Moteur 2.0 à essence 180 ch. Petits soubresauts de fonctionnement, et à-coup à l'accélération après un changement de vitesse rapide.
  • Amortisseurs avant. Sur les modèles fabriqués jusqu'en décembre 2005, il arrive qu'une fuite se produise sur les amortisseurs dès 40 000 km.
  • Amortisseurs. Globalement, leur longévité est moindre que sur les Peugeot précédentes : pas mal de changements à partir de 100 000 km.

Aspect extérieur :

  • Toit. Sur les modèles fabriqués jusqu’en octobre 2003, possible fuite d’un vérin hydraulique qui assiste l’ouverture. En cas de défaillance, le remplacement a le plus souvent été pris sous garantie.
  • Etanchéité. Sur les modèles fabriqués jusqu’en octobre 2004, risque d’entrée d’eau par le haut des portières. Causé un souci de réglage (qui demande une grande précision) sur l’ajustement des vitres avant, sans encadrement.
  • Etanchéité. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2004, risque d’entrée d’eau par l'angle supérieur des portières. Causé par le mauvais alignement des joints situés en haut de portières, côté carrosserie.
  • Carrosserie. Sur les modèles avant le restyling, la rainure latérale est plus marquée sur les ailes avant que sur le reste de la carrosserie.

Finition intérieure :

  • Sièges avant. Sur les modèles fabriqués entre le 15 mars et le 15 avril 2003, risque d'affaissement des rembourrages d'assise. Remplacement pris en charge par Peugeot en cas d'avachissement normal, en l'absence de toute trace de sollicitation anormale.
  • Bouton de commande du toit. Sur les modèles fabriqués jusqu’en octobre 2003, sa peinture de surface s’écaille.

Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

  • Couvercle de coffre. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2003, risque de non-fonctionnement du bouton d'ouverture (le "zéro" central du sigle 307). Causé par une infiltration d'eau.
  • GPS (option). Indications parfois erronées, souci pour recalculer un itinéraire après un détour opéré par le conducteur.
  • GPS (option). Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2005, bruit en continu, lié à la lecture du disque (un zonzonnement intermittent, toutes les 15 à 20 secondes). Depuis juillet 2005, il est possible de télécharger un nouveau logiciel sur les précédents modèles, qui réduit la fréquence de ce bruit.

Rappel et rectification en concession :

  • Mise en route. Sur les modèles fabriqués entre mars et novembre 2005, risque d'impossibilité de démarrer. Causé par un défaut de programmation du boîtier BSI (cerveau électronique central). Remède : reprogrammation du boîtier BSI) 166 000 voitures en France, 290 000 au total (dont les versions berlines et breaks /SW).
  • Moteur 2.0 à essence 137 ch. Sur les modèles fabriqués entre octobre 2002 et avril 2004, risque de mise en mode secours du moteur (baisse significative de puissance vitesse plafonnant aux alentours de 120 km/h), accompagnée de l'allumage du voyant “anomalie moteur” au tableau de bord. Causé par un défaut sur le logiciel de gestion moteur. Ce qui peut entraîner la casse du volet de papillon des gaz. Rappel en juillet 2004 : reprogrammation et, si nécessaire, remplacement du boîtier de papillon des gaz. 15 800 voitures en France, 26 000 au total (dont les versions berlines et breaks /SW).
  • Suspension avant. Sur les modèles fabriqués entre mars 2003 et mai 2004, mauvais serrage de la rotule inférieure du pivot de suspension. Rappel en juillet 2004 : vérification des rotules et remplacement si nécessaire. 53 000 voitures en France, 141 600 au total (dont les versions berlines et breaks /SW).
  • Contacteur d'accélérateur. Sur les versions restylées fabriquées jusqu'en septembre 2005 et dotées d’un limiteur/régulateur de vitesse ou d’une boîte de vitesses automatique, risque de dysfonctionnement : impossibilité d'obtenir le rétrogradage de la boîte de vitesses lorsque le conducteur appuie à fond sur la pédale, permet d'obtenir un rétrogradage, ou de dépasser la vitesse programmée lorsque le régulateur est enclenché. Causé par le mauvais positionnement du contacteur situé sous la pédale d'accélérateur. Rappel en décembre 2005 : repositionnement ou remplacement du capteur. 3 000 voitures en France, 5 000 au total (incluant les versions berlines et breaks /SW).
  • Freins. Sur les modèles fabriqués entre le 27 avril et le 10 mai 2005, une durit de frein a pu être mal positionnée à l’arrière droit. Risque d'usure prématurée, et donc de percement et de fuite : d'où une baisse de l’assistance de freinage. Rappel en janvier 2006 : contrôle et, si besoin, remplacement de la durit. 2 470 voitures en France, 9 200 au total (dont les versions berlines et breaks /SW).
  • Module d'ESP et d'ABS. Sur les modèles fabriqués entre 2003 et 2006, la fixation du module d'ESP et d'ABS pourrait céder et donc désengager la protection électronique de ces systèmes. Rappel en Août 2007. Environ 240 000 véhicules concernés dans le monde.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

Prise en charge sous garantie :

  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Prise en charge hors garantie :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

5. Meilleures versions

En essence : CC 2.0 16S

La version la plus diffusée en première partie de carrière. Une définition homogène, pour un usage agréable. De nombreuses voitures sont enrichies d'options, tant en équipement qu'en présentation (cuir sur la planche de bord, par exemple).
Commercialisation : 2003
Puissance fiscale : 8
Puissance réelle : 138/141 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : (2) CC 2.0 HDI 16V FAP NAVTEQ

L'adoption du diesel a été bien pensée, et bien réalisée. Ce moteur pas trop sonore convient très bien à la voiture. Pas d'inconfort acoustique notoire, même si vous roulez toit ouvert. C'est, logiquement, la plus sobre de la gamme. C'est évidemment la version la plus cotée en occasion.
Commercialisation : 2006
Puissance fiscale : 8
Puissance réelle : 136 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8