Bien réussir la vente de sa voiture, c’est d’abord la présenter de la meilleure façon possible. Un rétroviseur cassé, un intérieur sale ou un enjoliveur manquant donnent une mauvaise impression de votre auto et de l'entretien que vous lui avez réservé. Ces détails apparemment anodins peuvent dissuader un acheteur potentiel de conclure la vente. À l’inverse, après quelques petites réparations, vous pouvez revoir votre prix à la hausse.


Le nettoyage de la carrosserie
Vous vous apprêtez à vendre votre voiture et vous êtes certain d’en tirer un bon prix. Il faut dire que vous l’avez toujours bien entretenue, que vous avez adopté une conduite bienveillante pour sa mécanique. Vous disposez, par ailleurs, de tous les éléments (carnet d’entretien, factures) susceptibles de rassurer l’acheteur.
Et, pourtant, la transaction risque de ne pas être aussi favorable que vous l’espériez. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous avez peut-être oublié un détail : l’apparence de votre véhicule qui, si elle n’est pas flatteuse, peut être rédhibitoire.
Bien sûr, depuis une quinzaine d’années, la qualité des peintures s'est nettement améliorée. Mais un nettoyage de la carrosserie s'impose tout de même. Commencez par faire le tour de votre voiture pour repérer d’éventuelles petites rayures, griffures de clés sous les poignées de portières ou autres ternissements de la couleur dus à un stationnement prolongé dans des zones ensoleillées.
Dans la plupart des cas, le passage d'un shampooing lustrant et d'un produit « efface-rayures » viendra à bout des petites imperfections et redonnera à la carrosserie son lustre d'antan.
Si les rayures sont trop profondes, procurez-vous un stylo de retouche dans une concession de la marque. Le numéro exact de la peinture se situe généralement sur les passages de roues avant ou sur une plaque située dans le coffre. Voilà pour les petits travaux de peinture. En revanche, si les dégâts sont trop importants, réfléchissez bien avant de faire repeindre entièrement la carrosserie. Cette opération entraînera un surcoût de plus de mille euros qui ne pourra pas être récupéré sur la vente.
Autre altération facile à gommer : le goudron qui finit par s’accumuler sur les bas de caisse. Pour le faire disparaître, utilisez des produits spécifiques ou, plus simplement, du White Spirit qui fera très bien l'affaire pour un coût modique. Même traitement pour la poussière de carbone issue des plaquettes de freins, qui se dépose sur les enjoliveurs.


Le remplacement des accessoires
Il ne vous viendrait pas à l’idée, au cours d’un dîner, de servir à des amis un bon vin dans un verre fêlé. Sur le plan des accessoires, votre voiture doit également être irréprochable. Vous vendez « la plus belle voiture du monde ». Elle doit être nickel.
Pensez à l’acheteur qui se fait une joie à l’idée de conduire votre auto. Une glace de rétroviseur cassée, un transparent de feu arrière manquant, une baguette de protection de portière arrachée, un enjoliveur aux abonnés absents et son rêve est brisé. Il s’en ira chercher une autre monture dont l’aspect le rassurera. Généralement, ces réparations sont simples et peuvent être effectuées soi-même. Il suffit de se procurer les pièces chez le constructeur ou dans une casse.


Le nettoyage de l'habitacle
Vous avez jusque-là suivi les conseils de Caradisiac ? Très bien, mais la partie n’est pas encore gagnée. Après avoir examiné l’aspect extérieur de la voiture, votre futur acheteur va inspecter l’habitacle. Attention aux détails qui pourraient le faire fuir.
Pensez à retirer ou remplacer des tapis de sol élimés, surtout si la moquette est en bon état. Même recommandation pour les housses de siège. D'une façon générale, enlevez toute touche personnelle (autocollants sur la carrosserie et les pare-chocs). Notamment le fanion de votre club de foot préféré : entre supporters d’équipes différentes, la transaction pourrait se révéler difficile.
Profitez également de la vente pour vous séparer du cadeau de votre belle-mère : vous savez, le fameux petit chien qui fait "oui oui" avec la tête sur la plage arrière.
Si votre voiture est peu personnalisée, l'acheteur potentiel n’aura pas de difficulté à se projeter en tant que futur utilisateur.
Par ailleurs, la présence d’autocollants pourrait lui laisser penser que vous les avez placés pour cacher des traces de rouille ou des accrocs sur la peinture.
Dernière recommandation : si vous fumez habituellement dans votre auto, courez acheter une bombe qui fait disparaître les odeurs de tabac. La plupart sont très efficaces. Dans certains cas (gros fumeur), procédez à un shampoing complet de la voiture (moquette et siège). Si ces derniers sont en cuir, l’odeur du tabac peut les avoir pénétrés. Utilisez alors un baume nettoyant et enrichissant du cuir, en vente dans les bons magasins de chaussures, chez les cordonniers et dans certains magasins d’accessoires. Laissez sécher au moins vingt-quatre heures. Profitez-en aussi pour nettoyer avec un soin particulier le cendrier : certaines personnes sont indisposées par les traces de cendres collées au fond, qui indiquent potentiellement une grosse activité de fumeur.


Les achats à effectuer
Nettoyage de la carrosserie ou de l’habitacle, remplacement de petits accessoires, les recommandations de Caradisiac ne vous ont pas jusqu’alors coûté une fortune. Mais il est des dépenses plus élevées qu’il ne faut pas hésiter à engager pour éviter tout souci au moment de la vente. Exemple : les pneus.
N’hésitez pas à les changer même s’ils sont légèrement usés. L’acheteur sera mis en confiance par ce facteur de sécurité supplémentaire. Le prix des pneus a considérablement baissé avec l'arrivée des centres spécialisés et des discounters. Attention cependant à prendre les pneumatiques dont la monte (dimension) est préconisée par le constructeur. Et évitez les modèles premier prix d'origine douteuse qui transforment l'auto en savonnette dangereuse à la première averse : si vous montez quatre pneus de bonne marque, cela rassure l'acheteur quant à au soin général apporté à l'auto, ce qui vous permettra aussi de la vendre plus cher...


Vous pouvez également faire un effort sur l’entretien courant du véhicule :
  • Vidange
  • Remplacement des filtres et des bougies
  • Vérification des niveaux


Tout cela n’est pas obligatoire, mais vous donnerez une bonne impression à votre acheteur potentiel. Et vous vendrez votre voiture probablement plus rapidement. Ce qui n’est pas à négliger si vous avez déjà votre future conquête dans le collimateur.


La préparation pour la vente à un professionnel
Préparer votre voiture à la vente est indispensable si vous souhaitez négocier avec un garagiste. Celui-ci, stylo en main, fera de façon minutieuse le tour du véhicule, notant chaque petit défaut pour ensuite déduire des frais de remise en état.
Et naturellement, il répercutera ces travaux sur la facture. Au bout du compte, si vous n’avez pas convenablement "pomponné" votre auto, le professionnel vous proposera un prix inférieur à celui que vous auriez pu en tirer auprès d’un particulier. Par ailleurs, cette négociation tournera en votre faveur si vous demandez à un "pro" d’acheter votre ancienne auto et de vous en vendre une nouvelle.


Le contrôle technique
Bien évidemment, le passage au contrôle technique entre dans la phase de préparation mécanique du véhicule à la vente. Rappelons qu’il est obligatoire pour le vendeur d'un véhicule de remettre à l’acheteur un procès-verbal (PV) de contrôle technique de moins de 6 mois lorsque le véhicule est âgé de plus de 4 ans. Il doit lui remettre le procès-verbal de visite initiale et, le cas échéant, de contre-visite. Le contrôle technique est un fort argument de vente à ne pas négliger car il rassure l’acheteur potentiel.
L’idéal est de lui présenter un PV de contrôle technique vierge, c’est-à-dire ne relevant aucun défaut. Néanmoins, si des défauts sont mentionnés sur le PV, il convient de présenter à l’acheteur potentiel les factures des remises en état liées à ces défauts. Chaque année, 86 % des véhicules passant au contrôle technique ont, au moins, un défaut de relevé lors du contrôle. 23,3 % de ces véhicules ont par ailleurs au moins un défaut qui entraîne une obligation de contre-visite. Pourtant, dans plus d’1 cas sur 2, les défauts entraînant une obligation de contre-visite sont facilement identifiables par le vendeur.
Véhicules modifiés (tuning) : attention à la conformité de certaines modifications avec les règles du contrôle technique.
À savoir : la présentation du contrôle technique dans le cadre d'une vente à un professionnel n'est pas obligatoire. En effet, l'article 3 de l'arrêté du 25 octobre 1994 prévoit que lorsqu'un particulier vend à un professionnel un véhicule âgé de plus de 4 ans, il n'est pas tenu de présenter un procès-verbal de visite dans un centre de contrôle technique. Certains professionnels le réclament mais la loi ne prévoit sa présentation que dans le cas d’une acquisition par un non-professionnel.


Conclusion
Toutes les opérations énoncées sont peu onéreuses et faciles à réaliser. N’hésitez pas à leur consacrer un peu de temps. Elles vous permettront de vendre votre voiture plus rapidement et vous attendrez ainsi moins longtemps (si vous êtes contraint de vendre pour acheter) pour vous retrouver au volant de votre nouveau véhicule.