Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Capital : l'État quitte - presque - PSA Peugeot/Citroën

Capital : l'État quitte - presque - PSA Peugeot/Citroën

C’est ce que l’on pourrait appeler une révolution de palais qui s’est déroulée au sein du capital du groupe automobile français PSA. Ce dernier, mal en point en 2014, avait demandé de l’aide à l’État et ouvert ses portes au constructeur chinois Dongfeng pour continuer à subsister. Une époque aussi marquée par l’installation de Carlos Tavares aux commandes. Nous sommes en 2017 et le lion a retrouvé de sa superbe. L’État récupère donc ses billes. Mais ne quitte pas la partie pour autant.

Le 19 février 2014 le groupe automobile PSA officialisait son alliance avec le groupe public chinois Dongfeng ainsi que l'entrée au capital de l'État français. Une démarche accompagnée par une augmentation de capital de 3 milliards d'euros. 2017 marquera une nouvelle étape dans l’histoire du blason tricolore puisque l'État vient de décider le transfert à Bpifrance de ses 12,7 % dans PSA. Pour 1,92 milliard d'euros. Au passage, il réalise une plus-value de 1,12 milliard. Le montant de la transaction est presque 2,5 fois plus élevé que la mise de l'État dans PSA il y a trois ans.

Pour autant, les parts ne s’évanouissent pas dans le secteur privé. Bpifrance, c‘est l'organisme français de financement et de développement des entreprises, détenu à égalité par l'État et la Caisse des dépôts. Il s’agit d’une banque publique, créée par François Hollande. La présence de BPIfrance permet donc de maintenir une participation publique de référence au cœur du capital du constructeur.

Cependant, il y a une conséquence. Bpifrance reprendra les droits et obligations du pacte d'actionnaires, à égalité avec la famille Peugeot et le constructeur public chinois Dongfeng. Jusque-là, les titres Peugeot SA détenus par l'État représentaient 12,7 % du capital mais aussi 18,5 % des droits de vote du constructeur auto tricolore.

Enfin les sous de cette transaction sont déjà promis au renflouement du secteur nucléaire. L'État s'est en effet engagé à injecter 7,5 milliards d'euros cette année dans la filière nucléaire, dont 3 milliards pour la recapitalisation d'EDF lancée début mars et 4,5 milliards dans celle d'Areva, prévue en juin.

Mots clés :

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

bon en clair l'état se désengage de PSA....

par contre pour rino çà attendra...

hé oui l'action a dévissé avec le diesel gate rino....

et à mon avis... l'état c'est à dire nous...!!! pas pret de récupérer ses sous...

vu les résultats minables à prévoir pour rino les prochaines années....

rino mangé par psa et la concurrence... sur les 3/4 de ses modéles...

SUV ; berline; monospace...;

reste que la clio à etre compétitive...

Par

En réponse à douxreveur

bon en clair l'état se désengage de PSA....

par contre pour rino çà attendra...

hé oui l'action a dévissé avec le diesel gate rino....

et à mon avis... l'état c'est à dire nous...!!! pas pret de récupérer ses sous...

vu les résultats minables à prévoir pour rino les prochaines années....

rino mangé par psa et la concurrence... sur les 3/4 de ses modéles...

SUV ; berline; monospace...;

reste que la clio à etre compétitive...

Et le Captur...

Par

andre leconde pompe quasi intégralement une dépêche de l'AFP. Le minimum de conscience "journalistique" aurait exigé de signaler cet emprunt.

Par

L'Etat "quitte" PSA pour se concentrer sur le futur carburant des voitures électriques(la Zoé du cric en première ligne) :bah:

Par

" Pour 1,92 milliard d'euros. Au passage, il réalise une plus-value de 1,12 milliard. "

Presque autant que le Zemik quoi..... :ddr:

Par

Comme il faut bien finir les fin de mois, un petit tour de passe passe financier ou l'État vend des actions à prix élevé à une officine de ce même État. Cela s'appelle de la cavalerie financière et est strictement interdit. Mais quand on est décideur, bénéficiaire et contrôleur la légalité et la moralité...

Par

En réponse à Arnime

Comme il faut bien finir les fin de mois, un petit tour de passe passe financier ou l'État vend des actions à prix élevé à une officine de ce même État. Cela s'appelle de la cavalerie financière et est strictement interdit. Mais quand on est décideur, bénéficiaire et contrôleur la légalité et la moralité...

je me disait bien que y avait un loup..

banque crée par hollande;..

et surtout le méga benef...

trop beau pour etre vrai...

sinon pour rino meme en magouillant un max!!!

invendable la participation de l'état!!!

Par

En réponse à roc et gravillon

" Pour 1,92 milliard d'euros. Au passage, il réalise une plus-value de 1,12 milliard. "

Presque autant que le Zemik quoi..... :ddr:

t'emballes pas lit le post dessous...

magouille de "caton..."

pour ceux qui connaissent pas l'affaire caton...

allez voir sur you tube!!

Par

En réponse à duriezro

Et le Captur...

plus pour longtemps... opel et bientot ww...

arrivent...sur ce marché..

Par

En réponse à douxreveur

plus pour longtemps... opel et bientot ww...

arrivent...sur ce marché..

T'as pas de touche "v"?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire