Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Code de la route : face au taux d'échec qui explose, le gouvernement corrige le tir

Dans Pratique / Autres actu pratique

Code de la route : face au taux d'échec qui explose, le gouvernement corrige le tir

Le taux de réussite au code de la route s'est littéralement effondré depuis le passage à la nouvelle version de l'examen, avec ses questions tordues, ambiguës et pas forcément toujours très claires. Le gouvernement est apparemment conscient du problème et a décidé de retirer temporairement les questions problématiques qui ont fait que le taux est passé de plus de 80 %… à 17 %.

Vous l'avez vu sur Caradisiac, le taux de réussite à l'examen du code de la route s'est effondré, passant tout à coup de plus de 80 % à 17 %. Il ne fallait pas être devin pour savoir à l'avance que l'arrivée de 1000 nouvelles questions au code de la route, dont beaucoup n'étant pas nécessairement liées au code lui-même (éco-conduite, secourisme, nouvelles technologies…), allait faire descendre en flèche la réussite à ce passage crucial dans l'obtention du permis.

 

A la vue des dégâts, la DSCR (Délégation à la Sécurité et à la Circulation routières) a décidé de supprimer temporairement les questions qui posent problème. Le gouvernement estime qu'il n'y a qu'une poignée de questions qui fait que les candidats ont raté leur code, "de peu".

 

Bref, le code de la route devient une vraie usine à gaz, entre l'arrivée d'un millier de questions souvent tordues et l'externalisation de l'encadrement de l'examen. Voici les mesures prises par les pouvoirs publics pour corriger le tir, en attendant des mesures plus solides :

 

- retirer provisoirement à compter du mardi 10 mai, première date possible en raison de contraintes techniques, les questions accusant les taux de réussite les plus bas ; elles seront réintroduites progressivement le cas échéant après reformulation au fur et à mesure de la familiarisation des candidats avec la nouvelle approche de l'examen du Code ;

- ouvrir des places d'examens supplémentaires au cours du mois de mai pour permettre aux candidats ayant échoué de pouvoir repasser rapidement, dès qu'ils seront prêts, et toujours gratuitement l'examen ;

- appeler l'attention des écoles de conduite et des candidats sur les thématiques qui n'ont manifestement pas été suffisamment révisées ; à cette fin, un courrier sera adressé à l'ensemble des écoles de conduites pour leur faire connaître les éléments résultants de l'analyse des premières épreuves ; il sera également mis en ligne sur le site de la sécurité routière et diffusé sur les réseaux sociaux ;

- pour accompagner ceux des candidats qui n'auront pas eu accès à une formation adaptée, la DSCR diffusera sur son site Internet (www.securité-routière.gouv.fr ) et ses réseaux sociaux de nouvelles séries de questions typiques de la réforme, au-delà de celles déjà diffusées depuis le 17 février.  

 

 

Mots clés :

Commentaires (11)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

ça ne change pas

c'est comme d'habitude avec nos dirigeants ; ils réfléchissent tjs après avoir fait la connerie ; jamais avant

Par

putain mais qu ils sont niais, faut pas s étonner de voire ce pays se casser la gueule

Par

c'est "l'inter-ministériel" qui fait la connerie (savez "qui" vous?) mais l'intérieur qui corrige! Attention, on mélange pas...

prochaine étape: les examens corrigés par les postiers. Oui ceux qui roulent en vélo sur les trottoirs, prennent les sens interdits, se gare en boule file ("quoi? je bosse moi!") ou les couloirs de bus, etc...

j'ai hâte de voir leur prochaines idées... suspens!

Par

En réponse à omovaltine

ça ne change pas

c'est comme d'habitude avec nos dirigeants ; ils réfléchissent tjs après avoir fait la connerie ; jamais avant

Pour l'avoir passer il n'y a pas encore si lgtps que ça, ça n'était vraiment pas beaucoup mieux avant...

Donc, le chgt était le bienvenu, effectivement il se fait sur le dos des candidats et se retrouve être un échec, reste qu'il y aurait eu des ratés de toute façon...

Il y a tout de même des points positifs et non négligeables : les questions vidéos, qui permettent de rendre plus compréhensible des situations, d'inciter à la concentration et de rendre le tout un poil plus dynamique et tout ce qui est premier secours, pour avoir de bons réflexes sur la route comme en dehors.

Par

En réponse à Cara69000

c'est "l'inter-ministériel" qui fait la connerie (savez "qui" vous?) mais l'intérieur qui corrige! Attention, on mélange pas...

prochaine étape: les examens corrigés par les postiers. Oui ceux qui roulent en vélo sur les trottoirs, prennent les sens interdits, se gare en boule file ("quoi? je bosse moi!") ou les couloirs de bus, etc...

j'ai hâte de voir leur prochaines idées... suspens!

C'est juste hallucinant de voir ça sérieusement.... alala, ces français toujours prêt à râler après les autres, c'est d'un pénible (beaucoup de voies de bus peuvent être prises par les vélos, ainsi que beaucoup de sens interdit,...). Après bien sûr il y a des abus, comme partout!

J'approuve que les questions en vidéo nous rendent plus compte de la situation plutôt qu'une image statique qui, des fois, n'était pas claire du tout... ils auront mis du temps en tout cas à les intégrer!

Sinon en regardant quelques unes des nouvelles questions "piégeuses", franchement elles n'étaient vraiment pas très compliquées, c'est pas parce que certaines étaient un peu ambiguës que tout devait aller à la poubelle. Mais ce qui est fou, c'est comment le gouvernement pour certaines choses retire des amendements aussi rapidement, et que d'un autre côté (#loitravail notamment) persistent sans s'occuper des milliers de manifestants... :blague:

Par

Le matériel de préparation n'est pas encore reçu par la grande majorité des auto-écoles. Donc vouloir faire passer le nouvel examen c'était envoyer les candidats au casse pipe.

Et des questions ou on vous demande de calculer le Co2, quel intérêt

Par

Loi travail + nouveau code = révolution + guillotine

Loi travail seule = Nuit debout.

La loi travail arrange le MEDEF, le nouveau code, pas vraiment.

Et le problème, c'est pas les questions piégeuses, mais les questions normales qui traitent de plus en plus de choses qui ne sont pas dans le code (comme le secourisme) ou qui changent constamment comme les performances commerciales des pneus Michelin (question que j'ai eu avant la réforme).

On ne peut pas faire faire un partiel sur l'histoire de l'art ou le management de force de ventes à des étudiants en chimie organique et avoir le mm taux de réussite qu'avec un partiel de chimie organique.

Par

Encore une belle reculade de la part de nos dirigeants....

Par

Ils étudient le sujet ces gens là avant de prendre une décision ayant un impact national ?

Par

et dire que le sieur Hollande expliquait qu'il allait rendre plus simple et moins cher le passage du permis... à mourir de rire.

en attendant, le code est plus difficile. mais pas grave puisqu'il est désormais moins grave de conduire sans permis...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire