Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Daimler délocalise aux États-Unis

Dans Economie / Politique / Industrie

Daimler délocalise aux États-Unis

La mondialisation est souvent synonyme de délocalisation en matière économique. Le village planétaire offre à chaque acteur de n’importe quel secteur la possibilité de s’installer au mieux de ses intérêts. Une logique bien comprise par les grandes entreprises. Ainsi l’Allemand Daimler qui a décidé de délocaliser. Mais vers un pays de l’hémisphère Nord.

Lorsque l’on parle de délocalisation, on pense aux pays émergents, aux Nations à la main-d’œuvre au rabais tout en frôlant le thème de l’exploitation humaine. Mais là, ce n’est pas le cas. Si Daimler a décidé d’aller produire ailleurs qu’en Allemagne, c’est pour mieux traverser l’Atlantique et s’installer aux États-Unis. Avouez que comme pays en devenir, il y a mieux.

Mais c’est ainsi. Le constructeur automobile allemand Daimler va installer une usine de véhicules utilitaires légers en Caroline du Sud aux États-Unis. L’objectif est de bénéficier dans cet État du Sud de salaires inférieurs et d'éviter les taxes imposées par les États-Unis aux importations. C’est la ville de Charleston en Caroline du Sud qui va produire les camionnettes de la marque. Il faut dire que les salaires des ouvriers spécialisés y sont nettenement inférieurs à ceux de leurs homologues allemands.

Last but not least, les autorités de Caroline du Sud sont très hostiles aux syndicats et découragent leur implantation. Ainsi, le syndicat de la branche automobile n'est pas présent dans l'État. D'autres constructeurs comme Volkswagen Nissan et Honda se sont également installés dans les États du sud des États-Unis.

Une conjoncture qui a convaincu Daimler d’investir 500 millions de dollars dans une nouvelle usine. Une implantation locale qui permettra, aussi, d'échapper à une taxation de 25 % imposée par les États-Unis aux importations de véhicules commerciaux. Les véhicules seront donc estampillés « made in USA » pour des clients Allemands qui s’imagineront acheter national pour le bienfait de leur patrie. Et pourtant, ils creuseront à l’occasion un déficit commercial. Un schéma bien connu dans notre verte contrée.

Daimler

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (15)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

La délocalisation consiste à déplacer la production d'un lieu vers un autre, ce qui se traduit par des fermetures d'usines dans le lieu d'origine. Or, M. Lecondé ne mentionne pas de quelles usines il s'agit ni quand elles seront fermées.

pour moi, il s'agit d'un simple développement international, dans lequel DB étend ses capacités de productions sur place pour pouvoir être plus concurrentiel vis à vis des autres producteurs locaux.

De plus, les articles que j'ai trouvés ne mentionnent pas que les véhicules seraient ré-exportés vers l'Europe.

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjNj8COxJ3OAhXFSRoKHTn-BzEQFggsMAI&url=http%3A%2F%2Fwww.forbes.com%2Fsites%2Fjaclyntrop%2F2016%2F07%2F27%2Fmercedes-breaks-ground-on-its-500-million-sprinter-van-plant-in-south-carolina%2F&usg=AFQjCNGpgF34fz9PNh-4NHg-s3G1h-6KSg&sig2=nLg8EUDzeQxe3k24XVpkig

Par

J'espère pour eux qu'ils vont vendre leur moteur Diesel et pas du Renault puant et polluant : aucune chance aux States d'invoquer des problèmes de température:buzz: .

Logiquement , les classes A à C ne devraient pas intéresser les américains .

Par

Il est pas français le journaliste. J'ai cru que le groupe est parti la bas

Par

Encore un marché pour écouler encore plus de moteurs premiums d'excetipn de haute fiabilité donnant droit a un fantastique pique-nique dans les endroits les plus chics :bien: :bien: :bien:

Par

Là bas, ils vont peut-être monter le 1.5 dci dans la classe S . Economies d'échelle oblige, j'y verrais bien aussi le TCE 0.9 de la twingo/smart :lol:

Par

avec une main d'oeuvre de plus en plus souvent d'origine mexicaine, oui, les salaires restent assez bas, car c'est déjà bien mieux qu'au mexique et qu'un boulot vaut mieux que rien.

mais bon, faut donc croire que mercedes ne croit plus non plus à l'accord de libre échange entre UE et USA...?

remarque, moi non plus. et tant mieux.

Par

Lecondé... Ou comment broder en inventant n'importe quoi. C'est une simple ouverture de site aux US pour produire des véhicules visant le marché... US.

Et il nous parle de "délocalisation"...

Par

en fait ils ne font qu'ouvrir une filiale relais, pour se rapprocher de leur clientèle locale.

pas de quoi fouetter un chat, les copains ont fait la même chose.

Par

En réponse à vchiu

La délocalisation consiste à déplacer la production d'un lieu vers un autre, ce qui se traduit par des fermetures d'usines dans le lieu d'origine. Or, M. Lecondé ne mentionne pas de quelles usines il s'agit ni quand elles seront fermées.

pour moi, il s'agit d'un simple développement international, dans lequel DB étend ses capacités de productions sur place pour pouvoir être plus concurrentiel vis à vis des autres producteurs locaux.

De plus, les articles que j'ai trouvés ne mentionnent pas que les véhicules seraient ré-exportés vers l'Europe.

https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjNj8COxJ3OAhXFSRoKHTn-BzEQFggsMAI&url=http%3A%2F%2Fwww.forbes.com%2Fsites%2Fjaclyntrop%2F2016%2F07%2F27%2Fmercedes-breaks-ground-on-its-500-million-sprinter-van-plant-in-south-carolina%2F&usg=AFQjCNGpgF34fz9PNh-4NHg-s3G1h-6KSg&sig2=nLg8EUDzeQxe3k24XVpkig

C'est vrai que le mot délocalisation est souvent utilisé à tort et à travers. La délocalisation étant, comme vous le dite si bien, le déplacement d'une production d'un lieu vers un autre à moindre coût et vu de faire des économies (entre autres).

"Déplacement d'unité de production d'un pays vers un autre lié à la recherche d'un coût de production plus bas. (Utilisée essentiellement par les firmes multinationales, la délocalisation a pour objectif la recherche d'un environnement juridique plus favorable en matière de réglementation du travail, de fiscalité, des changes ou d'activités polluantes.)"

Source : Larousse.fr

Par

En réponse à Paulo700

J'espère pour eux qu'ils vont vendre leur moteur Diesel et pas du Renault puant et polluant : aucune chance aux States d'invoquer des problèmes de température:buzz: .

Logiquement , les classes A à C ne devraient pas intéresser les américains .

C'est quand ton dernier voyage aux US ? Tu y verrais notamment des C et des Cla...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire