Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Dieselgate : Fiat Chrysler blanchi car dispensé de tests ?

Dieselgate : Fiat Chrysler blanchi car dispensé de tests ?

Voilà une information qui ne va pas lever les doutes de collusions entre les États et leurs constructeurs automobiles. Depuis l’éclatement du scandale du « dieselgate », la façon dont sont mesurées les émissions polluantes est sur la sellette. L’Europe s’interroge et recherche la voie d’une procédure indépendante d’homologation qui semble bien difficile à trouver. Avec cette suspicion venue d’Italie, les choses pourraient brusquement s’accélérer.

C’est peut-être une nouvelle phase du « dieselgate » qui s’ouvre. On n’en serait plus simplement à un scandale éclaboussant un constructeur qui a houé avec le feu et d’un boîtier électronique pour berner son monde. Cette fois, on écarte vers le scandale d’État. La faute au groupe Fiat Chrysler qui aurait l’affection des dirigeants italiens.

Cela fait maintenant quelque temps que l’Allemagne en veut aux modèles Fiat 500X, Jeep Renegade et Fiat Doblo. Une mise à l’index qui a poussé à l’ouverture d’une enquête en Italie. Un rapport a été présenté au Parlement avant d’être adressé aux autorités allemandes. Conclusion ? Tout est conforme selon le ministre italien des Transports Graziano Delrio. Qu’on se le dise, il n’y a pas de logiciels frauduleux sur les Fiat.

Malheureusement pour les Italiens, il semblerait qu’il existe un autre rapport du ministère italien des Transports datant du mois d'octobre mais qui n’a jamais été officiellement publié. Et que dit-il ? Que les modèles Fiat Chrysler vérifiés dans le cadre de l'enquête italienne sur les émissions des véhicules diesel ont été dispensés de certains tests essentiels pour découvrir l'éventuelle présence de logiciels de manipulation.

Une énormité. C’est sûr qu’en évitant de chercher, on ne trouve pas. On en est là. Et ça sent l’affaire d’État.

Commentaires (56)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Vraiment ?

Le document qui a présenté les méthodes que doivent suivre les services d'homologation pour détecter les logiciels fraudeurs a été présenté par la Commissaire Européenne Elżbieta Bieńkowska le 26 Janvier 2017.

Ce document fait suite aux tests du JRC qui se sont déroulés en Aout 2016 ... ces tests qui montraient que la C4 Cactus diesel émettait plus de NOx que prévu sur des parcours montagneux ... et qua la Fiesta Essence émettait 300 fois plsu de particules fines que la C4

Bref avant cette date, l'homologation consitait à faire rouler la voiture sur le banc à rouleaux du cycle NEDC et rien de plus ... point barre

Par

@ceyal "Bref avant cette date, l'homologation consitait à faire rouler la voiture sur le banc à rouleaux du cycle NEDC et rien de plus ... point barre"

Etonnant non ..??!!

Par

Tien tien sur PSA Renault et Fiat Chrysler les faux cul ferme les yeux sur leurs moteurs trafiqué. .....Donc pour VW c'est une perche pour eux qui vont demander réclamation .....

Par Profil supprimé

Soit FCA n'a rien à se reprocher et basta!

Soit FCA est dans l'illégalité et là, que l'Europe fasse son boulot. Etat italien ou pas.

Tout le reste, ce sont des carabistouilles.

Par

C'est peut être fini en Italie mais pas en Allemagne , France , Etats Unis ou là ils risquent un retrait d'homologation :bah:

Par

En réponse à ceyal

Vraiment ?

Le document qui a présenté les méthodes que doivent suivre les services d'homologation pour détecter les logiciels fraudeurs a été présenté par la Commissaire Européenne Elżbieta Bieńkowska le 26 Janvier 2017.

Ce document fait suite aux tests du JRC qui se sont déroulés en Aout 2016 ... ces tests qui montraient que la C4 Cactus diesel émettait plus de NOx que prévu sur des parcours montagneux ... et qua la Fiesta Essence émettait 300 fois plsu de particules fines que la C4

Bref avant cette date, l'homologation consitait à faire rouler la voiture sur le banc à rouleaux du cycle NEDC et rien de plus ... point barre

et si tu prolonges le test de 2 minutes là tu retires l'homologation , j'ai bien compris ?

Par

Cela fait des mois que le groupe est dans le viseur des autorités françaises, et notamment de la commission technique chargée, dans la foulée du scandale Volkswagen, de s'assurer que d'autres constructeurs n'ont pas intégré des logiciels fraudeurs à leurs véhicules. Un organisme spécialisé, l'Ifpen, a ainsi testé un véhicule de la marque Fiat, le 500X, délivrant des résultats jugés troublants, avec des systèmes antipollution réglés de façon à passer les tests d'homologation, mais inopérants ou presque dans d'autres conditions.

Les ingénieurs se sont notamment intéressés à la boîte de vitesses automatique de la Fiat 500X, qui enclenche des rapports plus hauts en condition d'homologation qu'en condition de quasi-homologation. Résultat, le moteur tourne en réalité plus vite, consomme plus et émet plus que les autorités ne le pensaient. Et ce, à plusieurs paliers de vitesse. En clair, les autorités suspectent la présence d'un logiciel détectant que le véhicule est en train de passer un test d'homologation.

Même constat dans d'autres pays

D'autres pays ont fait le même constat. En Allemagne, les autorités n'ont pas hésité à accuser Fiat Chrysler d'utiliser un logiciel de manipulation dans ses moteurs. Le KBA, l'organe de contrôle du secteur outre-Rhin, a ainsi expliqué que les dispositifs de dépollution de ces véhicules se désactivaient au bout de 22 minutes, alors qu'un test officiel dure 20 minutes...

Depuis début janvier, Fiat Chrysler fait aussi l'objet d'une enquête de la part de l'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA). L'organisme accuse FCA d'avoir installé secrètement un logiciel permettant de brider l'efficacité des systèmes de dépollution de certains de ses moteurs Diesel. Ces lignes de code suspectes seraient présentes dans les moteurs Diesel trois litres de quelque 104.000 véhicules vendus outre-Atlantique depuis 2014. Une annonce qui avait fait dévisser le cours du constructeur de 16 % à la Bourse de Milan. Assailli de tous côtés, le constructeur continue à nier toute triche. Reste à savoir si, dans le cas de l'enquête française, les autorités judiciaires auront réellement les moyens de leurs investigations, alors que les centres d'ingénierie de Fiat sont en Italie.

Par

FCA est un petit constructeur plein de dettes il n'a pas les moyens financiers pour faire les tests.

Vous n'avez qu'à voir leur PDG il n'a même pas les moyens de se payer un cost et une cravate.

:ptdr::ptdr::ptdr:

Grande Marchionne :fier::fleur:

Par

JE SUIS P€N€LOP€

:buzz::buzz:

Par

En réponse à nicotdi

Cela fait des mois que le groupe est dans le viseur des autorités françaises, et notamment de la commission technique chargée, dans la foulée du scandale Volkswagen, de s'assurer que d'autres constructeurs n'ont pas intégré des logiciels fraudeurs à leurs véhicules. Un organisme spécialisé, l'Ifpen, a ainsi testé un véhicule de la marque Fiat, le 500X, délivrant des résultats jugés troublants, avec des systèmes antipollution réglés de façon à passer les tests d'homologation, mais inopérants ou presque dans d'autres conditions.

Les ingénieurs se sont notamment intéressés à la boîte de vitesses automatique de la Fiat 500X, qui enclenche des rapports plus hauts en condition d'homologation qu'en condition de quasi-homologation. Résultat, le moteur tourne en réalité plus vite, consomme plus et émet plus que les autorités ne le pensaient. Et ce, à plusieurs paliers de vitesse. En clair, les autorités suspectent la présence d'un logiciel détectant que le véhicule est en train de passer un test d'homologation.

Même constat dans d'autres pays

D'autres pays ont fait le même constat. En Allemagne, les autorités n'ont pas hésité à accuser Fiat Chrysler d'utiliser un logiciel de manipulation dans ses moteurs. Le KBA, l'organe de contrôle du secteur outre-Rhin, a ainsi expliqué que les dispositifs de dépollution de ces véhicules se désactivaient au bout de 22 minutes, alors qu'un test officiel dure 20 minutes...

Depuis début janvier, Fiat Chrysler fait aussi l'objet d'une enquête de la part de l'Agence de protection de l'environnement américaine (EPA). L'organisme accuse FCA d'avoir installé secrètement un logiciel permettant de brider l'efficacité des systèmes de dépollution de certains de ses moteurs Diesel. Ces lignes de code suspectes seraient présentes dans les moteurs Diesel trois litres de quelque 104.000 véhicules vendus outre-Atlantique depuis 2014. Une annonce qui avait fait dévisser le cours du constructeur de 16 % à la Bourse de Milan. Assailli de tous côtés, le constructeur continue à nier toute triche. Reste à savoir si, dans le cas de l'enquête française, les autorités judiciaires auront réellement les moyens de leurs investigations, alors que les centres d'ingénierie de Fiat sont en Italie.

TOUS les états protègent leur constructeur nationaux. Il semblerait même que le gouvernement de Tatie Gelli était au courant des pratiques frauduleuses de VW.

En tout cas, ça sent un peu le sapin pour FCA, là.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire