Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Donald Trump et Lady Di - La brute et la princesse

Donald Trump et Lady Di - La brute et la princesse

Trump qui dit non à l'accord de Paris, ce n'était pas vraiment un scoop. Le vrai scoop, il était dans Paris Match : on sait enfin pourquoi Diana est morte sous le tunnel de l'Alma.

Or donc, le grand méchant Donald veut renégocier les accords de Paris et se mitonner une COP 21 sur mesure. Ou bien péter la banquise avec ses petits poings grassouillets. Effroi et lamentations dans toutes les capitales du monde. Mais pas trop longtemps, deux heures à peine.

Car sur le coup de 23h00, depuis l'Elysée, notre gentil Manu, l'homme qui a résisté à la poignée de main du Néanderthalien yankee, assène son historique discours bilingue : il n'y a pas de planète B et les chercheurs américains seront accueillis à bras ouverts. Voilà qui "make France great again", c’est-à-dire la remet à sa place, celle du phare qui, du haut de la tour Eiffel, éclaire le monde de sa pensée.

Du pur guignol.

Les Etats-Unis n'étaient de toute façon pas censés appliquer le traité avant 2020. Or, devinez quoi, 2020 c'est dans quatre ans et un nouveau président aura remplacé le Trumpissime. Et dans l'hypothèse ou celui-ci serait réélu, le principal enquiquinement planétaire ne serait pas le dérèglement climatique…

Bref, pas de quoi affoler les ours blancs, d'autant que finalement, la dernière "trumperie" aura eu pour principale conséquence de relancer l'accord de Paris.

 On se lève tous pour la Cop !

Exactement comme à l'école, quand la brute épaisse unanimement détestée déclare que non, il fait trop froid pour courir autour du terrain de foot, tous les élèves se sentent une grosse envie de chausser les baskets.

Dans les 24 heures après que Trump ait fait son Donald, la planète entière s'est levée pour déclarer sa flamme environnementale.

Donald Trump et Lady Di - La brute et la princesse

Premier émetteur mondial de gaz carbonique, la Chine n'a pas eu de mots assez durs pour critiquer l'irresponsabilité du grand blond et promet qu'elle ne relâchera pas ses efforts, voire les redoublera. Et la Russie, bien que Vladimir Poutine n'ait pas jeté la pierre à son confrère, "projette" désormais de signer, d'ici… 2020, l'accord qu'elle boudait. Seule la Grande Bretagne n'a pas moufté, mais on s'en fiche, Theresa May ne rouvrira pas les mines de charbon galloises.

Même aux Etats-Unis, la révolte est telle que bien des villes et des états et la plupart des grandes entreprises promettent de ne pas renoncer à réduire leurs émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre.

Finalement, on peut remercier le président américain d'avoir relancé l'accord de Paris et revigoré les beaux serments qui étaient en train de refroidir. Il a même remédié à son principal défaut, l'absence de contrainte et de sanction. Désormais, ne pas respecter ses engagements reviendra à être assimilé à un suppôt de Trump. On ne fait pas plus dissuasif…

Diana morte d'une carambouille ?

L'autre information de la semaine n'éclaire pas l'avenir, mais le passé. On sait enfin pourquoi Lady Di est morte sous le tunnel de l'Alma le 31 août 1997, il y aura bientôt vingt ans. Pas seulement parce qu'elle ne portait pas sa ceinture, que son chauffeur était ivre, farci de médocs et conduisait trop vite, harcelé par des paparazzis lancés à sa poursuite. Mais aussi parce que sa voiture était une épave roulante.

Donald Trump et Lady Di - La brute et la princesse

C'est ce qui ressort du livre de Jean-Michel Caradec'h, journaliste à Paris Match Qui a tué Lady Di ? (Grasset). Alors que l'on a traqué des mois une Fiat Uno blanche repeinte en rouge, que l'on s'est interrogé sur un possible complot des services secrets britanniques avec Westminster en arrière-plan, la réponse à l'énigme était sous les yeux des enquêteurs, elle pesait deux tonnes et mesurait cinq mètres de long. Cinq ans d'enquête côté français, autant côté anglais pour passer à côté de cette évidence : la Mercedes S280 ne tenait pas la route. Gravement accidentée après un vol, déclarée épave par l'assurance,  la limousine avait pourtant été réparée et revendue via un concessionnaire officiel en tant que "véhicule de direction" à une société de voitures de grande remise. Ses chauffeurs se plaignaient de son instabilité, de réactions imprévisibles à grande vitesse et elle avait été deux fois renvoyée à l'atelier qui avait en vain contrôlé direction, châssis et suspension.  

Donald Trump et Lady Di - La brute et la princesse

Est-ce à cause de cela que Lady Di est morte ? Sans doute car il en va des accidents comme de tout dans nos vies, rien ne se joue sur un facteur unique, mais par un ensemble de circonstances qui s'additionnent. Si sa Classe S avait tenu normalement la route, on peut raisonnablement penser que même éméché, Monsieur Paul aurait pu la rattraper après avoir accroché la petite Fiat et qu'il ne se serait pas encastré dans le treizième pilier du tunnel. On peut aussi imaginer qu'au volant de cette trapanelle, même à jeun, il aurait perdu le contrôle de l'auto du simple fait du coup de volant. On ne le saura jamais mais ce qui restera, c'est qu'une princesse est morte d'une minable carambouille de casseur, de garagiste et d'expert.

 

Mots clés :

Commentaires (31)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ok... et ? Je viens sur Caradisiac pour entendre parler de voitures, pas de Jean-Trump et ses petits problèmes, faut aller voir Le Monde ou Figaro pour ça, pas Caradisiac...

Par

Au début j'ai cru que l'article allait déclarer que Trump avait un lien avec la mort de Lady Di :blague:

Par

Un peu court monsieur Savary.

Il ne faut pas attendre 2020 pour que les pays signataires passent à la caisse.Du fait du retrait de Trump,c'est déjà 2 milliards en moins tout de suite.

Macron qui fait la France "great again" n'a encore rien fait à part de la gesticulation et montrer qu'il savait à peu près lire un discours en Anglais avec un accent pas des meilleurs.

Nous allons donc vérifier si le prêcheur de bonnes paroles qui se soucie de l'état de la banquise fait mettre en application ces beaux principes dans son pays.

Wait en see!

Par

il a raison mr Trump de soutenir l'independance totales energetique des USA,

il n'est pas un couché comme ces connards d'européolâtres achetés par les etats terroristes barbus (les petro-monarchies)...les joueurs du psg, la france, les differntes capitales de l'europe de l'ouest ( touchées quasi quotidiennement par les barbus tiens tiens comme par hasard...on a pas ce problme à tokyo, à prague, à bucarest tien tiens !) arrosée par le qatar entre autres devraient raser les murs, complices des terroristes, Trump a bien raison de tailler l'europe de l'ouest

je pense qu'a côte du fossile au states, il y a le solaire qui peut se developper à fond les mannettes mais Trump est le copain des enrgies fossiles, c'est son défaut, mais sa qualité c'est les americains first

Par

En réponse à VW n1

Un peu court monsieur Savary.

Il ne faut pas attendre 2020 pour que les pays signataires passent à la caisse.Du fait du retrait de Trump,c'est déjà 2 milliards en moins tout de suite.

Macron qui fait la France "great again" n'a encore rien fait à part de la gesticulation et montrer qu'il savait à peu près lire un discours en Anglais avec un accent pas des meilleurs.

Nous allons donc vérifier si le prêcheur de bonnes paroles qui se soucie de l'état de la banquise fait mettre en application ces beaux principes dans son pays.

Wait en see!

Macron, c'est le prêt à penser, le "penser Printemps", ah mais on va se marrer à la rentrée ( manifestations en trombes) car les ordonnances fâcheuses vont tomber pendant l"'été... et pourquoi çà va manifester garve : car Macron est largement minoritaire dans le pays

Par

on peut critiquer Trump, mais Trump gouverne au service de son peuple.

chez nous, c'est l'inverse, c'est le peuple qui travaille au service de sa nomenclatura dirigeante.

et si j'avais à choisir, je préfèrerais la méthode Trump, pas celle dont l'objectif est de me racketter sans cesse davantage...

Par

En réponse à GrosMytho

Macron, c'est le prêt à penser, le "penser Printemps", ah mais on va se marrer à la rentrée ( manifestations en trombes) car les ordonnances fâcheuses vont tomber pendant l"'été... et pourquoi çà va manifester garve : car Macron est largement minoritaire dans le pays

il est minoritaire, mais avec notre système pourri, même avec 30% de voix aux législatives, il aura une majorité écrasante à l'assemblée, de quoi faire passer toutes ses lois les doigts dans le nez.

et histoire de jouer au plus malin, il va les faire passer à la vitesse grand V entre le 14 juillet et le 15 août ou durant le mois d'Août.

bref, ça sera la grande baise. car non seulement on va se prendre cette réforme du travail en pleine poire, bien évidemment ça ne changera rien si ce n'est qu'on pourra être plus facilement licenciés avec moins d'indemnités, mais ça n'empêchera pas le blocage du pays (hors politiques bien sûr) pendant une durée probablement assez longue, avec un gouvernement qui patientera bien gentiment.

et ce que l'économie du pays aura perdu lors du blocage, on le payera avec les impôts...

Par

" Jean-Michel Caradec'h "

On se souviendra du chanteur Jean-Michel Caradec, auteur d'agréables bluettes dans les années 70'.... mort au volant de sa Citroën CX..... autant de rapports qu'entre les accords de Paris et la passagère de Mr Paul quoi...

Par

En réponse à VW n1

Un peu court monsieur Savary.

Il ne faut pas attendre 2020 pour que les pays signataires passent à la caisse.Du fait du retrait de Trump,c'est déjà 2 milliards en moins tout de suite.

Macron qui fait la France "great again" n'a encore rien fait à part de la gesticulation et montrer qu'il savait à peu près lire un discours en Anglais avec un accent pas des meilleurs.

Nous allons donc vérifier si le prêcheur de bonnes paroles qui se soucie de l'état de la banquise fait mettre en application ces beaux principes dans son pays.

Wait en see!

" Wait en See! " ? Ou "wait and see"?

Dommage de critiquer l'accent d'une personne non anglophone et terminer de la sorte.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire