Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Hyundai : un moteur à la cylindrée unitaire variable à l'étude

Dans Futurs modèles / Technologie

Les constructeurs cherchent sans cesse des moyens de réduire les consommations et d'optimiser les moteurs thermiques. Une des solutions pourrait être la cylindrée unitaire changeante, une technologie qui fait l'objet d'un dépôt de brevet par Hyundai.

Hyundai : un moteur à la cylindrée unitaire variable à l'étude

Nous vous annoncions récemment le travail d'Infiniti qui devrait être le premier constructeur mondial à sortir un modèle à taux de compression variable sur une voiture de série. Cela permet notamment de réduire les consommations lors des périodes de faibles charges et d'avoir un rendement bien plus important, à cylindrée égale.

 

Chez Hyundai, il semble que les essais se fassent sur une technologie bien différente. Ce dépôt de brevet montre un moteur dont la cylindrée unitaire est changeante. Prenons un exemple simple : sur un quatre cylindres de 1600 centimètres cubes, la cylindrée unitaire est de 400 centimètres cubes pour chaque cylindres. Hyundai nous montre là un prototype de moteur dont les cylindrées unitaires sur ce même moteur pourraient être de 400, 500, 300 et 400 centimètres cubes.


Le bénéfice, selon les documents, se situerait sur le point de combustion (au niveau du point mort haut). La marge d'erreur concernant ce dernier serait plus faible sur un moteur à cylindrée unitaire égale. Un petit moteur électrique servirait alors de contrôle et de réductions des vibrations engendrées.

 

Ce n'est bien entendu qu'un dépôt de brevet qui ne signifie pas forcément que nous verrons ce type de mécanique un jour sous le capot d'une Hyundai, mais cela montre qu'il reste encore (un peu) de champ d'action dans la recherche sur les moteurs à combustion interne.

Mots clés :

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

le thermique arrive au bout du bout... pour gagner 1 ou 2l, puis quelques centilitres, puis quelques gouttes de carburant, les techno employés vont coûter de + en +cher, l'avenir est electrique

Par

En réponse à GrosMytho

le thermique arrive au bout du bout... pour gagner 1 ou 2l, puis quelques centilitres, puis quelques gouttes de carburant, les techno employés vont coûter de + en +cher, l'avenir est electrique

Comme le stop and start , technologie coûteuse au résultat médiocre. . Une techno à 7 ou 800 euros par véhicule que le proprio n 'amortira probablement jamais.

Par

En réponse à GrosMytho

le thermique arrive au bout du bout... pour gagner 1 ou 2l, puis quelques centilitres, puis quelques gouttes de carburant, les techno employés vont coûter de + en +cher, l'avenir est electrique

Pas forcément électrique. Il suffit de trouver une alternative au carburants actuels. L'hydrogène par ex, bmw à prouver que ça fonctionne et plutôt bien. Les batteries ça pollue trop à la fabrication.. Mais bon tant qu'on aura pas brûlé tout le pétrole, les lobbys pétroliers auront toujours le dernier mot

Par

En réponse à GrosMytho

le thermique arrive au bout du bout... pour gagner 1 ou 2l, puis quelques centilitres, puis quelques gouttes de carburant, les techno employés vont coûter de + en +cher, l'avenir est electrique

Chouette ! On va pouvoir construire de nouvelles centrales si tout le monde s'y met ! :bien:

Par

La solution avant l'arrive en série de l'hydrogène , c'est l'hybride et l'électrique .

Par

Personnellement, j'aurais voulu un véhicule hybride essence/électrique, avec une batterie permettant de parcourir environ 10km.

Pourquoi si peu ?

Pour limiter l'augmentation de la masse, pour aider aux accélérations, rouler en tout électrique en ville, dans des parking sous-terrains.

Par

En réponse à Yannick05

Comme le stop and start , technologie coûteuse au résultat médiocre. . Une techno à 7 ou 800 euros par véhicule que le proprio n 'amortira probablement jamais.

oui et non, car un stop&start permet normalement d'abaisser le rejet moyen de CO2 et par là-même de baisser le malus, voire de l'éradiquer.

donc, au final, l'acheteur est assez vite gagnant.

car même si le système s'use, c'est un gain en consommation, notamment en ville, indéniable, comme j'ai pu le constater.

Par

En réponse à 20vtgt30

Pas forcément électrique. Il suffit de trouver une alternative au carburants actuels. L'hydrogène par ex, bmw à prouver que ça fonctionne et plutôt bien. Les batteries ça pollue trop à la fabrication.. Mais bon tant qu'on aura pas brûlé tout le pétrole, les lobbys pétroliers auront toujours le dernier mot

on peut trouver facilement des alternatives sur le long terme, mais c'est plutôt sur le court et moyen terme que la problématique se pose.

et là, je dirais que c'est clairement la solution hybride essence-électrique rechargeable la solution la plus intéressante et pas trop onéreuse.

ou bien encore la solution d'avoir 2 voitures: une thermique et une électrique pour ceux ayant régulièrement de longs trajets à faire.

maintenant, il faut surtout des offres adaptées financièrement à la majorité des ménages. et pour ces derniers, la Zoé par exemple reste beaucoup trop cher par rapport au prix d'une citadine thermique équivalente qu'on peut utiliser également pour de longs trajets.

Par

je constate ici en Belgique que 80/100 des gens roulent en diesel .

l'essence fait sont retour parmi les voitures neuves mais pas non plus 1/2.

les 20/100 restant sont soit des anciennes voiture mais très rare soit des sportives , soit les nouveaux petit turbo essence.

après si les gens souhaitent des diesel pour consommer moins qui font 110 à 180 ch car sa doit aussi rouler bien , plein d'options donc lourd , comment faire pour consommer 3 litre / 100 km , 80/100 des gens qui roulent en diesel consomme entre 4 et 7 litre / 100 km ( pas de miracles la mécanique reste la mécanique)

Par

En ce qui concerne l'hydrogène, il faudra encore m'expliquer où se trouvent les puits d'hydrogène.

A ma connaissance, il n'y en a pas et on produit l'hydrogène de deux façon:

- électrolyse de de l'eau => il faut de l'électricité

- vaporeformage d'hydrocabure => il faut du gaz ou du pétrole

Finalement, travailler à réduire la consommation sur le moteur à explosion à essence n'est peut-être pas si bête...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire