Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

La génération sans permis de conduire est en marche

Dans Pratique / Autres actu pratique

La génération sans permis de conduire est en marche

Un enfant qui naît aujourd’hui a des chances de ne jamais conduire de sa vie. Une phrase choc qui fait frémir le monde de l’automobile. Et pourtant, c'est ce qui est en train d'arriver.

Chaque jour la tendance s’affirme : notre relation avec l’automobile change. Entre services divers, culture du partage, progrès de l’interconnexion mais aussi législations de plus en plus draconiennes, la voiture depuis un objet identifié à une fonction : celle d’aller d’un point à un autre. Le symbole social, le curseur sociétal s’éteignent. Au point que la prochaine génération qui pointe n’aura plus besoin du permis de conduire pour vivre.

Un pronostic apocalyptique pour le monde de l’automobile. Et pourtant, c’est ce qui ressort d’un intéressant entretien relayé par le média 20 minutes du patron de l’enseigne Waze : Noam Bardin. Ce dernier s’est ouvert non seulement sur son nouveau partenariat avec Renault mais aussi sur sa vision de l’avenir.

Une idée argumentée qui s’appuie sur des faits déjà en cours : « aux États-Unis, les gens obtiennent leur permis de plus en plus tard et de plus en plus de personnes ne le passent pas. Je pense que c’est une tendance globale ». Une tendance qui aboutira à cette situation : « d’ici 15 à 20 ans, peu de gens seront propriétaires d’une voiture, sauf s’ils en ont besoin pour leur travail ou s’ils sont collectionneurs ».

Une révolution culturelle qui sera poussée par la technologie : « en parallèle, une population plus importante aura besoin de se déplacer sur un nombre de voies limité. Le mobile peut vraiment jouer un rôle clé. Dans le futur, vous cliquerez sur votre smartphone quand vous aurez besoin d’aller quelque part et une voiture apparaîtra. Elle sera conduite par un particulier qui souhaite partager un trajet, par une intelligence artificielle, ou par un chauffeur, par exemple ».

Une théorie qui se tient car les grandes villes proposent déjà une multitude d’options pour se déplacer. Ainsi des vélos, des scooters ou des voitures en libre-service payant, du covoiturage, des transports publics collectifs. Le patron poursuit : « toutes ces offres sont complémentaires et tissent un maillage qui rend notre mobilité plus efficiente, avec une variété de prix et d’expérience de transports ».

Une révolution en douceur qui ne manquera pas de dégâts collatéraux. La baisse des accidents de la route engendrés par un trafic mieux régulé et contrôlé touchera le monde des assurances. Il est jusqu’à l’immobilier qui devra repenser ses plans. L’espace urbain occupé par des routes ou des parkings pourrait à l’avenir être alloué à d’autres choses comme des parcs, des pistes cyclables. Pour terminer, Noam Bardin pronostique qu’un enfant qui naît aujourd’hui a des chances de ne jamais conduire de sa vie.

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Un peu de surenchère quand-même, quand on sait que pour une majorité, conduire est un plutôt un plaisir et que voir papa ou maman au volant, suscitera toujours une envie, voir une fascination pour ces fameux futur privés de permis ....

Par

18ans, c'est 2034.

En 2034, la voiture autonome se sera probablement généralisé. (Je suis persuadé que la permutation se fera assez rapidement car plus il y aura de véhicules autonomes sur les routes, plus ils pourront communiquer des infos entre eux et moins il y aura d'accidents.) :tourne:

A cette date, Il ne serait pas étonnant que plus aucune voiture thermique ne soit autorisée a rouler dans les grandes villes. (Pollution oblige)

Les voitures autonomes/électriques feront parti de notre quotidien. :oui:

La seule inconnue:

Est ce qu'il sera possible d'acheter et de se faire conduire par une voiture autonome en 2034 si on a pas le permis de conduire ? :voyons:

Les carrossiers, les garagistes, les casses...Et beaucoup d'autres activités du secteur automobile vont devoir se reconvertir ou seront en voie de disparition d'ici une vingtaine d'années.

Bon évidemment, je ne suis pas devin et il est possible que ca n'aille pas aussi vite.

Mais ce scénario est fort probable. :bah:

Par

Quelle tristesse :bah:

Par

de toutes les façons, la passion pour l'automobile va disparaître avec la conduite autonome. on va passer vers une fonction rationnelle de déplacement, à cause de la conduite autonome que ces mêmes constructeurs poussent à fond. l'autre dégât collatéral est la disparition de (petits) constructeurs.

Par

C'est un fait incontournable, de plus en plus de jeunes se désintéressent totalement de la conduite surtout dans les grandes villes où ils préfèrent de loin les transports en commun. Fait nouveau les auto-écoles voient une nouvelle catégorie d eleve: les + 23-25 ans. Apres discussion il ressort que ces derniers n avaient aucun besoin de passer le permis et ne le font que par pure nécessité professionnelle.

De plus en plus de parents s'étonnent de l absence de motivation de leurs gamins une fois qu ils les ont inscrit mais à chaque fois la réponse du gosse est la meme: pour quoi faire ? Ça me gave ... Du coup ca traîne a n en plus finir avec évidemment aucun resultat à la clé, ce qui se traduit inévitablement par une perte de temps et d'argent. Quand ce ne sont pas carrément les parents qui demandent ouvertement "qu'est-ce que je peux faire pour le motiver ?" ... les temps changent. Quand je quittais le lycée le soir + de 150 bécanes sortaient maintenant il y en a 10 fois moins. "Pour quoi faire ? y a le bus ..."

Pour maintenir un rythme de repassage décent l'Etat a été contraint de revoir la procédure d'évaluation des candidats à plusieurs reprises. D'un système strict nous sommes passés à une parodie d examen qui laisse passer des incapables. Mais rien n y fait. Les candidats peuvent commettre les pires erreurs sans en avoir conscience un seul instant. (Cette semaine un candidat nous fait un refus de prio de face, un sens interdit et on évite une collision avec un poids-lourd grâce à l intervention de l'examinateur et le candidat s étonne d'être ajourné...). Et on ne parlera pas des conduite accompagnée avec lesquelles les parents rament à mort.

Avec certains on à l'impression de voir jacquouille qui monte dans une charriote. Monter en voiture à 4 pattes la tête la première... monter à l'arrière (d'une 5 portes) en passant par l'avant au dessus des sièges ...

c'est désespérant

Par

pour une génération sans permis, pour certains c'est déja mais ils conduisent !

Quand à l'évolution de notre monde, toute la planète ne ressemble pas à la france.

La voiture autonome c'est loin d'être gagné dans certains pays. Hors les jeunes prennent maintenant l'avion comme nous prenions l'autocar.

Si les jeunes urbains (car à la campagne la vision n'est pas la même) n'ont pas envie de conduire, c'est que c'est peu pratique et tout est fait pour les dissuader d'utiliser une voiture.

Il y a 40 ans voiture = liberté, aujourd’hui voiture = contraintes

C'est comme pour d'autre problèmes sociétaux, seules les riches posséderont une voiture, pour les autres ce sera location et cout élevé, comme l'accession à la propriété actuellement.

Par

En réponse à Stentor59

C'est un fait incontournable, de plus en plus de jeunes se désintéressent totalement de la conduite surtout dans les grandes villes où ils préfèrent de loin les transports en commun. Fait nouveau les auto-écoles voient une nouvelle catégorie d eleve: les + 23-25 ans. Apres discussion il ressort que ces derniers n avaient aucun besoin de passer le permis et ne le font que par pure nécessité professionnelle.

De plus en plus de parents s'étonnent de l absence de motivation de leurs gamins une fois qu ils les ont inscrit mais à chaque fois la réponse du gosse est la meme: pour quoi faire ? Ça me gave ... Du coup ca traîne a n en plus finir avec évidemment aucun resultat à la clé, ce qui se traduit inévitablement par une perte de temps et d'argent. Quand ce ne sont pas carrément les parents qui demandent ouvertement "qu'est-ce que je peux faire pour le motiver ?" ... les temps changent. Quand je quittais le lycée le soir + de 150 bécanes sortaient maintenant il y en a 10 fois moins. "Pour quoi faire ? y a le bus ..."

Pour maintenir un rythme de repassage décent l'Etat a été contraint de revoir la procédure d'évaluation des candidats à plusieurs reprises. D'un système strict nous sommes passés à une parodie d examen qui laisse passer des incapables. Mais rien n y fait. Les candidats peuvent commettre les pires erreurs sans en avoir conscience un seul instant. (Cette semaine un candidat nous fait un refus de prio de face, un sens interdit et on évite une collision avec un poids-lourd grâce à l intervention de l'examinateur et le candidat s étonne d'être ajourné...). Et on ne parlera pas des conduite accompagnée avec lesquelles les parents rament à mort.

Avec certains on à l'impression de voir jacquouille qui monte dans une charriote. Monter en voiture à 4 pattes la tête la première... monter à l'arrière (d'une 5 portes) en passant par l'avant au dessus des sièges ...

c'est désespérant

Je pense aussi que le permis coute très cher dans les grandes villes, et qu'une part non négligeable des plus de 18-20 qui passent le permis ont eu un problème de financement ou que la question de l'investissement au moment précis (18 ans) s'est posée.

Et puis, les auto coûtent de plus en plus cher, à l'achat, à entretenir, à assurer, à garer et à nourrir.

Ça paraît logique que plus en plus de monde s'en passe.

En plus d'être pressé comme un citron, l'automobiliste est sujet à un vrai "harcèlement" pénal, moral ... Et bien-sûr financier (déjà développé)

Les normes soit disant écologiques et la répression routière font que les auto et la conduite ne génère plus de passion. Les conditions de circulation dans les grandes villes et leurs banlieues y sont aussi pour quelque chose.

Je suis de base passionné par l'automobile, j'aime la conduite, mais je me rends compte que j'y perds tout intérêt et plaisir.

Par

La solution pour perdurer le plaisir mécanique ? La moto.

Par

En réponse à 114cc

Je pense aussi que le permis coute très cher dans les grandes villes, et qu'une part non négligeable des plus de 18-20 qui passent le permis ont eu un problème de financement ou que la question de l'investissement au moment précis (18 ans) s'est posée.

Et puis, les auto coûtent de plus en plus cher, à l'achat, à entretenir, à assurer, à garer et à nourrir.

Ça paraît logique que plus en plus de monde s'en passe.

En plus d'être pressé comme un citron, l'automobiliste est sujet à un vrai "harcèlement" pénal, moral ... Et bien-sûr financier (déjà développé)

Les normes soit disant écologiques et la répression routière font que les auto et la conduite ne génère plus de passion. Les conditions de circulation dans les grandes villes et leurs banlieues y sont aussi pour quelque chose.

Je suis de base passionné par l'automobile, j'aime la conduite, mais je me rends compte que j'y perds tout intérêt et plaisir.

En valeur constante le prix des leçons est resté stable depuis 25 ans mais le peu d'implication, le manque d'intérêt des élèves et la méconnaissance de la circulation du au fait qu'ils ne roulent plus à vélo ou scooters fait que le nombre de leçons s'envole rapidement. Quand un mec qui a déjà 28 h au compteur te demande au retour de ses vacances "tu peux me rappeler à quoi ça sert les pédales?", il y a de quoi se poser des questions.

Le prix est un faux problème, c'est juste une question de priorité, tu mets 1200€ sur la table et la majorité préfèrera s'acheter un iPhone 7 et un casque haut de gamme ou une ps4 avec les jeux qui vont bien plutôt que se payer le permis. Il y a un mois une fille m'a dit "je ne peux pas te payer je me suis payer 15 jours à Barcelone avec une copine" ... un permis c'est 25€/an pour 60 ans de conduite, ton coiffeur te coûtera 4 fois plus cher. Et puis faut être logique si tu n'as pas d'argent pour apprendre, tu n'en as pas pour la voiture, l'assurance, le carburant, l'entretien etc... le fait est qu'ils ne voient pas pourquoi ils devraient payer pour un truc qui ne les intéresse pas. 250€ pour une connerie de tatoo ca ne les gene pas une seconde, 200€ dans un jean de marque non plus ...

Par

En réponse à mekinsy

18ans, c'est 2034.

En 2034, la voiture autonome se sera probablement généralisé. (Je suis persuadé que la permutation se fera assez rapidement car plus il y aura de véhicules autonomes sur les routes, plus ils pourront communiquer des infos entre eux et moins il y aura d'accidents.) :tourne:

A cette date, Il ne serait pas étonnant que plus aucune voiture thermique ne soit autorisée a rouler dans les grandes villes. (Pollution oblige)

Les voitures autonomes/électriques feront parti de notre quotidien. :oui:

La seule inconnue:

Est ce qu'il sera possible d'acheter et de se faire conduire par une voiture autonome en 2034 si on a pas le permis de conduire ? :voyons:

Les carrossiers, les garagistes, les casses...Et beaucoup d'autres activités du secteur automobile vont devoir se reconvertir ou seront en voie de disparition d'ici une vingtaine d'années.

Bon évidemment, je ne suis pas devin et il est possible que ca n'aille pas aussi vite.

Mais ce scénario est fort probable. :bah:

Autre problème à venir, les assurances !

Oui, dans une voiture autonome qui sera responsable en cas d’accident ...

Ou pire, ceux qui auront conservé leur veilles autos seront taxés au maxi car ils ne disposeront d'aucune aide à la conduite, leur prime d'assurance risque de flamber pour récupérer le manque à gagner

bref les assurances ont du soucis à se faire

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire