Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

La Google-car ne passera pas par moi

La Google-car ne passera pas par moi

Le tout premier accident "responsable" de la Google car m'a mis de bonne humeur. L'auto-robot n'est pas infaillible. Mais ça ne durera pas. En attendant, prenons tout le plaisir que nous pouvons sur la route.

Que l'ordinateur qui régit la voiture autonome ait décidé de déboîter alors qu'un bus arrivait en face - ou de l'arrière, les versions divergent - m'a mis en joie. La voiture croyait - comme il est étrange d'écrire cela - que le bus allait s'arrêter pour la laisser quitter son arrêt alors qu'elle était immobilisée par un chantier. Le monde à l'envers, parlez-en à un chauffeur de bus parisien... Bref, le bête autocar a embouti l'intelligente voiture à 24 km/h, notez la précision.

C'est le premier accident responsable de la Google automobile en six ans et 4 millions de kilomètres et je l'espère, pas le dernier ! Tant qu'il ne s'agit que de tôle bien sûr.

Pardon, je ne fais pas partie de ceux que la perspective de la voiture autonome réjouit. J'entends et comprends les arguments en sa faveur : meilleure gestion du trafic, optimisation de la voirie, auto-partage facilité ... Sans parler du progrès humain considérable que représente la possibilité de faire son shopping en ligne, rédiger des tweets, s'adonner à la rhinotillexomanie ou consulter des sites cochons sans plus avoir à garder une main sur le volant ni un oeil sur la voiture devant.

N'empêche.

 

 La voiture autonome, ce sera le train, mais sur la route

Charles Baudelaire a écrit "homme libre, toujours tu chériras la route".

Bon, d'accord, il a écrit "la mer", mais parce qu'à son époque, il n'y avait pas la Subaru Impreza ou la Harley Davidson Road King. Et pas non plus Costa Croisières...

Il faut chérir la route parce qu'elle est le lieu de notre première liberté, celle de partir sans rien demander à personne. D'aller et venir sans en informer Google qui s'empresserait de nous dénoncer à la myriade d'annonceurs que le moindre de nos déplacements intéressera. Surtout si l'on passe à côté d'un centre commercial, ou d'un concessionnaire de la marque.

Il faut chérir la route car elle est le dernier lieu de l'imprévu et de l'inconnu, le dernier endroit où nous sommes encore en danger de mort, donc pleinement vivants.

La Google-car ne passera pas par moi

La voiture autonome, ce ne sera plus la route, ce sera le train sur la route, des convois de voitures comme autant de wagons virtuellement accrochés les uns aux autres, occupés de passagers murés dans leurs écrans, indifférents au chemin pris, au paysage, au conducteur. Quel conducteur ? Il n'y aura pas de maître à bord de l'auto-robot, donc plus de route à choisir ni de risque à prendre, et donc plus de voyage. Juste un trajet.

Alors que la conduite délie la langue, étire la conversation, murit les idées, assouplit la pensée, ne serait-ce que parce que le pilote n'a le plus souvent que ça à faire, que se dira-t-on, à quoi pensera-t-on, dans une voiture autonome ?

 

Si l'auto vous lasse....

Ce n'est pas parce qu'elle est bordée de radars et encombrée de ralentisseurs qu'il faut moins chérir la route. La constitution garantit la liberté d'aller et venir, pas la vitesse à laquelle défile le bas-côté.

Vous pensez qu'avec l'augmentation du trafic, le permis à points, les limitations, "on ne peut plus rouler" ? Ne partez plus le samedi, mais le dimanche, quitte à perdre un jour de location. Et prenez les départementales, pour vous offrir le plaisir de la nuit en chemin dans un hôtel ou un gîte perdu au milieu de nulle part. Ça fait partie des vacances et c'est parfois même mieux que les vacances.

Je sais, il y a aussi les bouchons du boulot-dodo pour nous faire passer le goût de l'embrayage. Ils ne résistent pas au scooter ou à la moto. Ajoutez-y un tablier fourré, des manchons, une veste coquée et traversez le troupeau. Ce n'est sans doute pas le lieu où écrire cela, mais si j'aime encore l'auto, c'est que j'ai aussi une moto pour m'éviter le paradoxal cauchemar de la locomotion individuelle : l'embouteillage.

Vous pensez que les voitures d'aujourd'hui gomment les sensations à force de perfection ? Faites comme les "youngtimers", fouillez les annonces à la recherche de la belle bagnole que vous auriez aimé vous payer il y a dix, vingt ou trente ans et qui s'offre aujourd'hui au prix de la Renault Twingo neuve. Si l'auto vous lasse, trouvez un quatre à plat, un 6 en ligne, une propulsion qui propulse, une traction qui tracte, un roadster qui ne se laisse pas faire ou même un de ces gros monospaces qui donnait l'impression de conduire un autocar Greyhound.

 

Si l'auto vous lasse, optez pour un 6 en ligne (BMW 525i)...
Si l'auto vous lasse, optez pour un 6 en ligne (BMW 525i)...
...ou un vrai 4x4 qui réclame du doigté (Jeep Cherokee).
...ou un vrai 4x4 qui réclame du doigté (Jeep Cherokee).

 

Une propulsion qui propulse (Chrysler 300C)...
Une propulsion qui propulse (Chrysler 300C)...
... ou  un roadster qui ne se laisse pas faire (Honda S2000) pourraient aussi vous séduire.
... ou  un roadster qui ne se laisse pas faire (Honda S2000) pourraient aussi vous séduire.

 

Pour ma part, j'aime encore conduire, et même avec ABS, GPS, ESP, AIS, FAP, SCR, AFU, OBD dans une voiture contrôlée par l'Ademe et le LNE et en respectant - à peu près... -  les recommandations de la DSCR.

Diriger 200 ou 1500 kilos de métal à travers le paysage, passer les vitesses, tourner le volant, freiner, accélérer, rétrograder, dépasser, je ne m'en lasse pas.

Sur la route, seul ou accompagné, nous sommes maîtres de notre destin, libres comme le vent de filer ou lambiner par l'est, l'ouest, le nord ou le sud, par la route verte, jaune ou rouge, d'aller vers le vert ou la grande bleue.

La Google-car ne passera pas par moi

Leur voiture blanche, ils peuvent se la garder.

 

 

 

 

Inscription à la newsletter

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (37)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

:bien:

RESPECT .Monsieur Savary

Par

"Il faut chérir la route car elle est le dernier lieu de l'imprévu et de l'inconnu" à condition d'oublier un peu son GPS, pour découvrir d'accepter les détours voire même de se tromper, les meilleures surprises sont encore sur les cartes. Le luxe de l'indépendance et du temps c'est souvent ce qui manque Monsieur Savary.

Par

L'ancien élève de Descartes empreint de pragmatisme dans ce bel article....

Mais bon, pour constater ça :

" ... occupés de passagers murés dans leurs écrans, indifférents au chemin pris, au paysage, au conducteur."

Nul besoin d'attendre les tires autonomes....suffit d'enfourner une paire d'ado ou pré-ados dans ch' Scénique.... munis de leurs indispensables tablette ou smartphone ( bon article dans l'Obs de cette semaine sur le thème au passage : assez effrayant ).

Par

T'inquiète, il y a toujours la MOTO !!!!!!!

Par

Rappelez moi comment est financé Caradisiac ?

Mon petit doigt me signale 5 tracking cookies et 8 scripts publicitaires sur cette page.

Par

En même temps, sur le périf parisien, le matin à 8h00, je ne suis pas persuadé que le plaisir de conduire existe encore.

Vous êtes (comme moi) un vieux con (désolé mais faudrait aussi y réfléchir), penser que la liberté n'existera plus, que nous ne pourrons jamais plus "débrayer" nos chères autos pour s'adonner au plaisir des petits virages, des cols de montagnes et des routes du littorale. Il n'y a vraiment que les vieux cons pour y penser.

Le futur est en marche et vraiment moi qui vient de traverser le plateau de langre sous la neige avec une circulation très dense, bah je n'aurait pas été mécontent de laisser le volant à Google pour roupiller sur mes 2 oreilles. Au lieu de ça, j'ai fait une pause dans une station autoroutière, claqué un petit dodo pour m'avaler les derniers 300km de ligne jamais vraiment droite mais sans charme de l'A5 vers cette ci merveilleuse ville ou les plaisirs au volant ou au guidon sont si rare.

Alors oui, je me soigne et je pense qu'il ne serait pas si idiot de confier nos déplacements pénibles à une machine pour arriver frais et détendu sur les fabuleuses routes qui montent vers le col de la croix de fer !

Mourakami

Par

C'est rigolo car parmi les voitures proposées pour que la conduite soit un plaisir se trouve ma tondeuse à moi, une s2000.

Et tout ce que j'attends, c'est une auto 100% autonome (dans laquelle je pourrais aller dormir à l'arrière) pour tous les trajets qui ne sont pas des trajets intéressants et qu'on ne peut pas faire en train ou en avion pour X raisons plus ou moins valables.

Ca ne m'empêchera pas de garder la Honda, mais de la réduire aux seuls trajets plaisirs. Avec la moto.

Par

" le plateau de langre sous la neige "

Y'en avait tellement que le "S" final est encore sous les congères.... :beuh:

Par

"ce sera le train sur la route, des convois de voitures comme autant de wagons virtuellement accrochés les uns aux autres, occupés de passagers murés dans leurs écrans, indifférents au chemin pris, au paysage, au conducteur. "

Heureusement, mère nature sera là pour les faire dégobiller et les obliger à regarder ce qui se passe à l'extérieur... A moins que l'évolution technique des sièges stabilises tout les mouvements et évite de ressentir toutes secousses.

Par

En réponse à roc et gravillon

L'ancien élève de Descartes empreint de pragmatisme dans ce bel article....

Mais bon, pour constater ça :

" ... occupés de passagers murés dans leurs écrans, indifférents au chemin pris, au paysage, au conducteur."

Nul besoin d'attendre les tires autonomes....suffit d'enfourner une paire d'ado ou pré-ados dans ch' Scénique.... munis de leurs indispensables tablette ou smartphone ( bon article dans l'Obs de cette semaine sur le thème au passage : assez effrayant ).

Vous dites ca d'un ton désolé (jeunesse de merde) mais vous commentez ce site à toutes heures...

Vous passez probablement autant de temps que ces ados devant votre écran.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire