Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Land Rover : la voiture autonome pourrait s'adapter à la météo

Dans Futurs modèles / Autres actu futurs modèles

Sur un Land Rover, il faut pouvoir composer avec la météo, les véhicules de la marque étant souvent tout indiqués pour aller crapahuter si le besoin s'en fait sentir. Le constructeur anglais a d'ailleurs déposé un brevet pour un système capable de prédire la météo et d'adapter tout un tas de réglages en fonction des conditions climatiques.

Land Rover : la voiture autonome pourrait s'adapter à la météo

Nos autos pourront-elles bientôt prévoir la météo au même titre que les agences météorologiques officielles ? Land Rover pense que c'est le cas puisque la marque anglaise a déposé un brevet d'un système électronique capable d'analyser tout un tas de paramètres (pression de l'air, taux d'humidité, luminosité et récupération de données climatiques du GPS) pour adapter certains paramètres.

Il va neiger ? L'auto va alors adapter l'amortissement, le contrôle de traction ou encore le chauffage pour répondre aux conditions spéciales. Voilà donc le but de cet outil qui pourrait apparemment être transposé sur plusieurs véhicules assez facilement, puisqu'il s'agit avant tout de capteurs et d'une unité informatique.

Rappelons que certaines voitures sont déjà capables d'adapter la gestion de la boîte automatique et de l'amortissement en fonction du trajet enregistré et de la route devant le véhicule grâce aux capteurs et au GPS. L'arrivée de la prédiction météorologique serait évidemment une première et pourrait faire partie de l'offensive électrique prévue par Jaguar Land Rover pour 2020.

Mots clés :

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Encore heureux ?

Pourquoi "pourrait" ?

C'est pas pris en compte dans le développement des modèles actuels ?

Donc si je comprends bien, une voiture autonome roule à la même vitesse et apprécie certains virages de la même manière qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il fasse sec ?

Et quand il pleut, elle tape le 130 au lieu de 110 sur l'autoroute aussi ? Ou on se prend une prune ?

Et bah... je suis pas prêt de m'endormir ou lire un bouquin au "volant" de ces engins.

Par

En réponse à SiriusRST

Encore heureux ?

Pourquoi "pourrait" ?

C'est pas pris en compte dans le développement des modèles actuels ?

Donc si je comprends bien, une voiture autonome roule à la même vitesse et apprécie certains virages de la même manière qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il fasse sec ?

Et quand il pleut, elle tape le 130 au lieu de 110 sur l'autoroute aussi ? Ou on se prend une prune ?

Et bah... je suis pas prêt de m'endormir ou lire un bouquin au "volant" de ces engins.

Ah ah ah à 130 sur la neige en pneus été tout lisse. Avec l'ordinateur qui dit: ça passe trankil stresse pas gamin.:peur:

Par

En réponse à SiriusRST

Encore heureux ?

Pourquoi "pourrait" ?

C'est pas pris en compte dans le développement des modèles actuels ?

Donc si je comprends bien, une voiture autonome roule à la même vitesse et apprécie certains virages de la même manière qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il fasse sec ?

Et quand il pleut, elle tape le 130 au lieu de 110 sur l'autoroute aussi ? Ou on se prend une prune ?

Et bah... je suis pas prêt de m'endormir ou lire un bouquin au "volant" de ces engins.

Il y a une énorme différence entre prévoir et s'adapter en temps réel à la situation du moment.

Bien sûr que les voitures autonomes pourront s'adapter à la météo, ici ils parlent de prévoir. Etant donné que les agences spécialisés ont déjà du mal à le faire, ce n'est pas un constructeur qui va révolutionner ce domaine.

Par

Je ne vois pas trop l'intérêt... pour une maison, encore, le fait de pouvoir prévoir des automatismes pour gerer le chauffage, les volets...etc c'est intéressant... mais une voiture se déplace et elle change d'environnement donc c'est les conditions réelles et instantanées qui comptent.. au moins que la voiture n'arrives pas à changer ses pneus toute seule en cas de neige, par exemple

Par

et anticiper le comportement des autres conducteurs?

reagir en fonction de ce qui se pasde devant ok

mais de ce qui se passe derrière?

et d'autres details de la conduite

Par

En réponse à Andrea33

Je ne vois pas trop l'intérêt... pour une maison, encore, le fait de pouvoir prévoir des automatismes pour gerer le chauffage, les volets...etc c'est intéressant... mais une voiture se déplace et elle change d'environnement donc c'est les conditions réelles et instantanées qui comptent.. au moins que la voiture n'arrives pas à changer ses pneus toute seule en cas de neige, par exemple

C'est exactement ce que j'ai faillit dire. Si elle est vraiment autonome, elle se retrouve plus intelligente que le CONducteur et elle devrait aller se faire m'intéresse des pneus neige arrivé à la date butoir.:beuh:

Par

En réponse à SiriusRST

Encore heureux ?

Pourquoi "pourrait" ?

C'est pas pris en compte dans le développement des modèles actuels ?

Donc si je comprends bien, une voiture autonome roule à la même vitesse et apprécie certains virages de la même manière qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il fasse sec ?

Et quand il pleut, elle tape le 130 au lieu de 110 sur l'autoroute aussi ? Ou on se prend une prune ?

Et bah... je suis pas prêt de m'endormir ou lire un bouquin au "volant" de ces engins.

On ne parviendra jamais à faire mieux que l'être humain.

L'être humain avec toutes les imperfections et tares qu'il possède est capable d'apprendre, de se perfectionner, de raisonner par lui même et de s'adapter avec quelque chose que l'on ne parviendra sans doute jamais à copier: la conscience!

Un être humain a plus ou moins conscience de son environnement et sait si c'est "bien" ou pas, bon courage avec un réseau de neurone sur du silicium piloté par des capteurs qui n'atteindrons jamais excellence de l'organique.

Après si par autonome on parle de voitures qui se contentent de faire du suivi de file dans un environnement très standardisé ça existe déjà mais ça ne déresponsabilise par pour autant le conducteur (le seul responsable in fine). Et que l'on vienne pas raconter que ces machines font/feront mieux que l'humain, que certains oui mais certainement pas de tous.

Par

En réponse à H2R

On ne parviendra jamais à faire mieux que l'être humain.

L'être humain avec toutes les imperfections et tares qu'il possède est capable d'apprendre, de se perfectionner, de raisonner par lui même et de s'adapter avec quelque chose que l'on ne parviendra sans doute jamais à copier: la conscience!

Un être humain a plus ou moins conscience de son environnement et sait si c'est "bien" ou pas, bon courage avec un réseau de neurone sur du silicium piloté par des capteurs qui n'atteindrons jamais excellence de l'organique.

Après si par autonome on parle de voitures qui se contentent de faire du suivi de file dans un environnement très standardisé ça existe déjà mais ça ne déresponsabilise par pour autant le conducteur (le seul responsable in fine). Et que l'on vienne pas raconter que ces machines font/feront mieux que l'humain, que certains oui mais certainement pas de tous.

Dans le cas de la voiture autonome, il y a une multitudes de cas ou la machine fera infiniment mieux que l'être humain. Comme l'intelligence artificiel n'existe pas encore, il faudra par contre que les situations soient pré enregistrées. Mais quand ces caisses autonomes seront au point, difficile de lutter sur une situation du quotidien.

Avec les multiples radar et caméra, elle pourra analyser à 360° et plusieurs centaines (milliers) de fois par seconde le déplacement de tous ce qui l'entoure, impossible a faire pour un humain. En cas de danger la réaction se fera en quelques millisecondes contre 1 sec pleine (minimum)pour l'humain. La fatigue, connait pas(les bugs oui par contre), les fautes d'inattention non plus. Et il y en a sûrement beaucoup d'autres

Par

En réponse à hugh6

Dans le cas de la voiture autonome, il y a une multitudes de cas ou la machine fera infiniment mieux que l'être humain. Comme l'intelligence artificiel n'existe pas encore, il faudra par contre que les situations soient pré enregistrées. Mais quand ces caisses autonomes seront au point, difficile de lutter sur une situation du quotidien.

Avec les multiples radar et caméra, elle pourra analyser à 360° et plusieurs centaines (milliers) de fois par seconde le déplacement de tous ce qui l'entoure, impossible a faire pour un humain. En cas de danger la réaction se fera en quelques millisecondes contre 1 sec pleine (minimum)pour l'humain. La fatigue, connait pas(les bugs oui par contre), les fautes d'inattention non plus. Et il y en a sûrement beaucoup d'autres

Un truc que l'on sous-estime apparemment, c'est la quantité gigantesque de données que les voitures autonomes vont devoir traiter. Selon le président d'Intel France "Nous estimons qu'un million de voitures autonomes sur les routes exigeront autant d'échanges de données que trois milliards de personnes connectées sur leurs téléphones ou leurs tablettes". Des études indiquent déjà qu'une voiture 100% électrique, si elle est autonome, verra son autonomie réduite de moitié uniquement à cause de la consommation de données.

Quand on sait les efforts (indispensables) entrepris pour réduire les émissions de CO2 et que le téléchargement de données est une source non-négligeable d'émission de CO2, il y a de quoi se taper la tête au mur.

Par

En réponse à Dumbphone

Un truc que l'on sous-estime apparemment, c'est la quantité gigantesque de données que les voitures autonomes vont devoir traiter. Selon le président d'Intel France "Nous estimons qu'un million de voitures autonomes sur les routes exigeront autant d'échanges de données que trois milliards de personnes connectées sur leurs téléphones ou leurs tablettes". Des études indiquent déjà qu'une voiture 100% électrique, si elle est autonome, verra son autonomie réduite de moitié uniquement à cause de la consommation de données.

Quand on sait les efforts (indispensables) entrepris pour réduire les émissions de CO2 et que le téléchargement de données est une source non-négligeable d'émission de CO2, il y a de quoi se taper la tête au mur.

Il est clair que le réseau de télécommunication n'est pas du tout fait pour accueillir un parc complet d'automobile autonome. Tout comme le réseau électrique n'est pas fait pour un parc complet de voiture électrique.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire