Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Le bus roulait avec 1,6 tonne de neige sur le toit

Le bus roulait avec 1,6 tonne de neige sur le toit

Neige et verglas se rappellent à notre souvenir ces derniers jours. Les conditions de circulation dans le Puy de Dôme, l’Allier, le Cantal et la Haute-Loire ont été perturbées le week-end écoulé et en plus de l’état des routes, il faut aussi prendre en compte celui des véhicules croisés et suivis. La preuve avec ce bus suédois verbalisé en Suisse qui roulait avec 1,6 tonne de neige accumulée sur son toit… En France il aurait été aussi sanctionné.

Un aggloméré qui, en se détachant, pouvait constituer un réel danger pour les autres usagers de la route. Le transport en commun ainsi surchargé a croisé la route de la police du canton de Soleure en Suisse. Le véhicule a été stoppé près de la commune d’Oensingen, tandis qu’il circulait sur l’autoroute en direction de Zürich.

« Un contrôle du car suédois a révélé que la couche de neige sur le toit faisait plus de 40 centimètres d’épaisseur et pesait plus de 1 600 kg », a expliqué la police locale dans un communiqué. Le conducteur du car a été verbalisé pour conduite dangereuse et contraint de retirer la neige de son toit avant de reprendre la route.

En France, l’article R. 312-19 I. du Code de la route dispose que toutes précautions utiles doivent être prises pour que le chargement d’un véhicule ne puisse être une cause de dommage ou de danger. La jurisprudence a précisé qu’une couche épaisse de neige ou de verglas sur le toit d’un véhicule constitue juridiquement un chargement de véhicule dont le conducteur a la responsabilité aux termes de l’article R. 312-19 du Code de la route.

Il revient donc au conducteur de prendre toutes les précautions nécessaires pour se conformer à ces dispositions afin de circuler dans des conditions de sécurité optimales. Le fait de contrevenir à ces dispositions est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la troisième classe. De plus, dans l’hypothèse où une telle situation créerait un danger important pour les autres usagers, l’immobilisation du véhicule peut être prescrite.

L’existence de ces sanctions vise à inciter les conducteurs à porter une attention particulière à ces aspects et à mettre en œuvre les solutions les plus adaptées pour que la circulation de leur véhicule se fasse dans le respect absolu des règles de sécurité routière.

Mots clés :

Commentaires (18)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

et ils ont raison, 1,6T de masse située à presque 3m de hauteur, il y a de quoi remonter sensiblement le centre de gravité (un bus à vide pèse en gros 10t), augmenter la sensibilité au vent latéral, et donc le risque de le voir verser... Et c'est sans parler des blocs qui peuvent tomber sur les autres véhicules...

Par

Bullshit, en France il n'aurait jamais été verbalisé. Il n'y a qu'en Suisse que la police fait son travail et patrouille pour chopper ce genre d'individu.

Par

Il n'est pas facile pour un chauffeur de bus d'enlever la neige sur son toit. Par contre les automobilistes qui circulent sans avoir déneigé leur auto sont nombreux. Ils circulent avec des vitres encore occultées par la neige ou avec le toit bien chargé dont la neige peut masquer le pare-brise en glissant au freinage. Tout cela par fainéantise, tans pis pour la sécurité ....

Par

....le bus était prévu pour suivre l'Alpine de l'article du dessus.... :coolfuck:

Par

En réponse à Philippe2446

et ils ont raison, 1,6T de masse située à presque 3m de hauteur, il y a de quoi remonter sensiblement le centre de gravité (un bus à vide pèse en gros 10t), augmenter la sensibilité au vent latéral, et donc le risque de le voir verser... Et c'est sans parler des blocs qui peuvent tomber sur les autres véhicules...

J'ai déjà vu une couche de 10 cm décollé d'un bus qui descendait de station. Arrivé sur l'autoroute, l'ensemble a littéralement glissé vers l'arrière et est tombé sur la route :peur:.... Sur les autres voitures dont la mienne. Pas de dégâts heureusement. Mais la même chose avec le triple d'épaisseur :peur::peur::peur:

Par

1600 kg. C'est le poids d'une Citroën C5:beuh: le gars conduit avec une Citroën C5 sur le toit!

Par

en même temps j'imagine mal le chauffeur escalader le bus et "racler" 1600 kg de neige , puis redescendre sans glisser et passer derrière le volant en sifflotant .

j'imagine bien aussi qu'il a une certaine pression avec des horaires à respecter , et sa carte de chauffeur pro , racler 1600 kg de neige ça se met en quoi , repos ? , activité , disponibilité :voyons:

il va pas laisser le bus fondre au soleil par moins 1 degré non plus hein ..

mais oui c'est dangereux et mérite une amende même si il n'y a pas de solution

Par

En réponse à roc et gravillon

....le bus était prévu pour suivre l'Alpine de l'article du dessus.... :coolfuck:

hahahaha trop drôle que ferions nous sans toi (toit)

Par

En même temps il s'agit d'un car suédois... Je pense que ce chauffeur avait une petite habitude de la neige...!

Par

En réponse à GlobalGuillaume

Bullshit, en France il n'aurait jamais été verbalisé. Il n'y a qu'en Suisse que la police fait son travail et patrouille pour chopper ce genre d'individu.

N'importe quoi. Lorsque je monte dans les stations du Haut Verdon, c'est à dire un week end sur 2 en hiver, il y a régulièrement la police à Colmars les Alpes à 1200 m d'altitude jusqu'à 20h. Et la probabilité de te faire arrêter si tu as une bonne couche de neige sur le toit c'est environ 100%. La route de la vallée du Haut Verdon est rapide en aval de Colmars, plusieurs longues lignes droites, il y a déjà eu des morceaux de neige + ou moins glacés, et donc lourds, qui ont créé des situations dangereuses.

Lorsque j'habitais Thones (74) sur la route de la Clusaz et Gd Bornand, ce n'était pas rare de voir la police arrêter des voitures au toit couvert de neige notamment les samedis de grande migration. Je ne sais pas s'ils verbalisaient mais les proprios des voitures devaient nettoyer leur toit sur le champ (enfin sur l'aire de chaînage où se faisait les contrôles)

Je vais régulièrement en Suisse pour du ski de rando en Haute Engadine (secteur St Moritz) ou en Chablais (secteur Zermatt et Saas Fee), et la grande différence c'est qu'ils verbalisent d'abord et discutent ensuite, mais dire que tu peux passer devant la police avec ton toit couvert de neige ou ton pare brise tout embué par ex ce n'est pas quelque chose que je constate généralement. Pour info j'en suis à 22 jours de ski cette saison, ski de rando hors piste majoritairement, c'est juste pour confirmer que je monte très régulièrement (je prends 3 jours de week end toutes les 2 semaines et bosse 6 jours/ 7 la semaine suivante). Et puis cet hiver on a un enneigement magnifique, ça compense des 2 années misérables qu'on a vécu.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire