Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Le gouvernement sonne la fin de la récré pour les VTC !

Dans Pratique / Autres actu pratique

Le gouvernement sonne la fin de la récré pour les VTC !

C’est une nouvelle ère qui va s’ouvrir en France pour les nouveaux acteurs de la mobilité. À compter du premier janvier prochain, le métier véhicules de transport avec chauffeur (VTC) va être mieux réglementé, analysé, et suivi. Statuts, rémunérations, temps de travail… c’est la fin de la récré pour les VTC ! La ministre des Transports, Élisabeth Borne, sera à la barre. Et elle n’est pas du genre à laisser filer… Il faudra en revanche filer droit !

À l’issue d'une réunion avec le secteur, la ministre des Transports a confirmé "l'application de la loi Grandguillaume au 1er janvier 2018 qui mettra fin au détournement du statut LOTI". Ainsi, il sera désormais uniquement possible pour les chauffeurs d'exercer comme taxi ou comme VTC dans les grandes villes. Ce statut LOTI était devenu une loterie voire un jackpot puisque certains acteurs du VTC s’en revendiquaient en se présentant comme des chauffeurs fournissant un service de transport collectif, même sans lien avec des tour-opérateurs ou des agences de voyages, comme l’obligeait pourtant ce statut. Le débat est clos car il va cesser d'exister dans les villes de plus de 100 000 habitants.

Il faudra maintenant être VTC ou taxi. Or, s’il suffisait d’un simple permis de conduire pour exercer le métier de VTC, il faudra maintenant en passer par un examen d’ores et déjà jugé comme très sélectif. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir Steve Salom, le directeur général d'Uber France, qui déplore une "situation d'urgence sociale" menaçant 10 000 emplois. Comme réponse, l’État a promis de s'engager « à ce que l'ensemble de ces dossiers soit traité dans les meilleurs délais. Cela permettra que l'échéance du 1er janvier 2018 ne constitue pas un couperet".

On rappellera que seuls 36 % des candidats qui se présentent à l'épreuve théorique de cet examen la réussissent, contre 74 % chez les taxis. Lord de l'épreuve pratique, l'écart se resserre avec un taux d'admission final de 21 % pour les VTC et de 33 % pour les taxis. Une cellule d'accompagnement sera créée en janvier pour ceux qui ont échoué. Des formations seront proposées, soit pour préparer l'examen de nouveau, soit pour être "formé à d'autres métiers, notamment ceux en tension dans le secteur des transports".

Mais ce n’est pas tout : une mission de "réflexion" sur la régulation du secteur des VTC va être menée jusqu'en mars, principalement sur la réglementation du temps de conduite et la mise en place d'un tarif minimum. Tout un programme !

Mots clés :

Commentaires (28)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ahh ? ..

Fini l ultralibéralisme , la vénération du jeune auto entrepreneur qui sauve l économie

enlise dans des réglementations normes sociales bien trop contraignantes ?

.

C est Johnny ou Macron qui est mort ?

Par

L'état réalise que ses lois ne sont pas appliquées, quel progrès ! Il parait même que certains font des excès de vitesse tous les jours sans se faire radariser :biggrin:

Par

En réponse à nous75

Ahh ? ..

Fini l ultralibéralisme , la vénération du jeune auto entrepreneur qui sauve l économie

enlise dans des réglementations normes sociales bien trop contraignantes ?

.

C est Johnny ou Macron qui est mort ?

Super. On va pouvoir se faire entuber par les taxis comme avant ... devoir payer uniquement en espèce car le terminal cb est en panne... on va pouvoir aussi se lancer des défis genre «  le 1er qui arrive à trouver un taxi qui t’emmène en banlieue après 22h »

Vive le progrès.

Par

la fin de l'exploitation d'uber et de chauffeur privé a 4€ de l'heure.

Par Profil supprimé

Le nombre de types qui prennent des gens sur les voies de bus, ça devient n'importe quoi. On dirait des clients de courtisanes ....

Ces mêmes bus sont obligés de déboîter sur la voie voitures donc ça fout un bordel et risques d'accrochages vu que pas mal de parisiens roulent comme des blaireaux à toute heure du jour et de la nuit.

Par

Vtc en dehors de Paris = arnaque, c'est bien plus cher qu'un taxi pour un service quasi identique.

oui les chauffeurs hors paris sont efficaces et sympa !!!

Par

Un minimum de règles doit être mis en place. Stop a l'anarchie et au n'importe quoi.

Y compris avec les taxis parisiens exécrables a une certaine époque qui se permettaient de choisir suivant leur désir les clients en les laissant sur le flanc.

Par

« Lord de l’épreuve... » . Mince, c’est un métier réservé à la noblesse britannique ce job ?

Par

En réponse à 1PourAvis

Un minimum de règles doit être mis en place. Stop a l'anarchie et au n'importe quoi.

Y compris avec les taxis parisiens exécrables a une certaine époque qui se permettaient de choisir suivant leur désir les clients en les laissant sur le flanc.

Ça s’appelle « PLS ».Rassurant de savoir que les taxis ont un brevet de secouriste. :bien:

Par

En réponse à vespassion

Vtc en dehors de Paris = arnaque, c'est bien plus cher qu'un taxi pour un service quasi identique.

oui les chauffeurs hors paris sont efficaces et sympa !!!

Tout à fait d'accord.....

Même en province les VTC c'est de l'arnaque...

Exemple : pour une course de 11 kms le soir à 22h

Prix taxi : 33 €

Prix vtc : 124 €

Cherchez l'erreur.....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire