Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Les faux bons chiffres de ventes de janvier obtenus en une nuit magique

Dans Economie / Politique / Industrie

Les faux bons chiffres de ventes de janvier obtenus en une nuit magique

L’année a démarré sur les chapeaux de roues. En janvier, les ventes de voitures ont fait un bond de 10,5%. De quoi donner le sourire à tout le secteur. Sauf que ce joli score est quelque peu biaisé. Au 30 janvier, le compteur affichait une baisse de 2,75%. Au cours de la nuit qui a suivi, et de journée du 31, 18 000 voitures ont été miraculeusement immatriculées. Le miracle de ce début d’année. Explications.

C’est Noël en janvier. Sitôt connus, les chiffres des ventes de voitures de ce premier mois de l’année, un feu d’artifice a éclairé la nuit d’une crise qui appartient désormais au passé. « L’année ne pouvait pas mieux démarrer » par ici, « coup d'accélérateur sur le marché français » par . C’est qu’avec une hausse de 10,5% en ce début d’année, on a toutes les raisons de se réjouir. Sauf que ce chiffre fabuleux est légèrement tronqué dès que l’on compare le comparable, à savoir le même nombre de jours ouvrables en janvier 2016 et 2017. Car dans ce cas, notre belle flambée se transforme en une petite flammèche d’allumette, avec une hausse de 0,5%. Une petite lueur que l’on pourrait assombrir encore en regardant de plus près, et jour après jour, les ventes de voitures, en ce joli mois de frimas, comme l'a fait le cabinet de conseil et d'études Dataneo.

La nuit magique des immatriculations

En fait, ce début d’année est plus que morose, il est même assez sinistre. Entre le début du mois et le 30 janvier au soir, les ventes ont carrément chuté de 2,75%. Et puis, il y eut une nuit magique, comme le disait la philosophe et violoniste de la fin du XXe siècle Catherine Lara. Au cours de cette nuit du 30 au 31 janvier, et de la journée du lendemain, un miracle c’est produit. Les Français, sans doute pris d’une subite frénésie de consommation, et soucieux de doper l’économie nationale se sont mis à acheter des voitures. 18 000 en une seule nuit et un seul jour. Un score énorme qui représente plus du double des ventes habituelles et journalières. Un score trop extraordinaire pour ne pas y chercher la petite bête enfouie sous cette montagne d’immatriculations soudaines.

La planche à cartes grises

En fait, au cours de cette nuit magique, les constructeurs ont eu recours à un vieux truc qui a fait ses preuves depuis des lustres : les ventes tactiques. Comme les pays qui font marcher la planche à billets pour disposer de cash, les marques font fonctionner la planche à cartes grises. Ils immatriculent leur stock pour le vendre plus tard, sous la forme de fausses occasions, mais de vraies voitures neuves. Autre levier poussé au cours de ces 24h miraculeuses : les ventes aux loueurs de courte durée. Des stocks entiers d’autos ont ainsi été attribués à Avis, Hertz et consorts, à des tarifs défiant, évidemment, toute concurrence.

Des primes sur objectif obtenues in extremis

Évidemment, la pratique laisse songeuse. Car on ne saurait soupçonner les constructeurs et leurs réseaux de vouloir à tout prix soutenir l’économie nationale et de programmer une nuit de l’immatriculation pour les beaux yeux de Bercy. D’autant que les voitures vendues par wagons entiers aux loueurs ne le sont pas à leur prix habituel et la marge bénéficiaire en est forcément affaiblie. En ce qui concerne les immatriculations nocturnes et à la dernière minute effectuées par les concessionnaires, l’explication est plutôt logique. Les primes sur objectif leurs sont réglées par les constructeurs à l’issu du mois. Même intérêt, et primes similaires sont payées aux marques étrangères présentes en France par leurs maisons mères Les premiers ont donc toutes intérêt à immatriculer à tire-larigot en bradant des autos aux loueurs, pendant que les seconds ferment les yeux. Reste les constructeurs nationaux qui, eux aussi, usent, et parfois abusent, de ce système. Leurs impératifs sont quelque peu différents. L’objectif de PSA et de Renault est de faire tourner les usines coûte que coûte. Quitte à gagner très peu d’argent sur les modèles vendus de cette manière. Quitte aussi à ne plus pouvoir s’échapper d’une pratique qui, si elle cesse, verra leur score chuter douloureusement. Et des points perdus dans les volumes écoulés, se traduisent instantanément par une baisse du cours en bourse. Des points qui se chiffrent en millions d’euros.

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Quand la "logique" de la societe de consommation touche a son paroxysme.

Les chiffres avant la logique, on fait briller le sinistre.

Puis un jour, on se rendra compte que ces acquis n'etaient basés que sur de l'absurdité. Puis tout s'écroulera, puis on recommencera.

Parce qu'il est finalement plus simple d'enfummer que de se remettre en question.

On en est là, il faut vendre, dans quel but? Le profit, et si on ne peut pas vendre plus que ce qu'il y a d'acheteurs? Et bien on trouvera une solution, l'essentiel c'est de faire du profit.

Par

Vous pouvez pas comprendre ! :hello: Il fallait une caisse neuve pour rendre jaloux le beauf dans sa Coréenne d'occasion pour la soirée du réveillon .... :cyp: A partir de la 18 k ventes c'est plutôt crédible en fait .... :ange:

Par

@Gros chibre T' as fait philo première ..langue ..??!!

Par

Article intéressant, merci M. Holtz.

Par

Dire que PSA fait tourner ses usines coute que coute, c'est faux M. Holtz, mais c'est vrai pour Renault.

Car PSA réduit sa production par usine, ses ventes diminues d'année en année et pourtant il est en meilleur santé depuis deux ans!!! Alors M.Holtz expliquez nous???

Par

En réponse à ghlapin

Dire que PSA fait tourner ses usines coute que coute, c'est faux M. Holtz, mais c'est vrai pour Renault.

Car PSA réduit sa production par usine, ses ventes diminues d'année en année et pourtant il est en meilleur santé depuis deux ans!!! Alors M.Holtz expliquez nous???

+1, pas du tout valable pour PSA, sûrement pour Renault, mais tant que rapporte c'est l'essentiel, je vois pas le problème :bah:

Par

Sans remettre en cause l'analyse du cabinet Dataneo, puisqu'il s'agit de faits vérifiables, je suis perplexe sur la phrase "Des stocks entiers d’autos ont ainsi été attribués à Avis, Hertz et consorts, à des tarifs défiant toute concurrence". Quelle entreprise va payer, même à bas coût, des marchandises (ici des véhicules) dont elles n'a pas besoin ??? L'argument de Mr Holz me semble difficile à croire....:voyons:

Quant à faire tourner des usines coûte que coûte je pense que le calendrier de Mr Holz est resté bloqué sur les années 1980 où Renault perdait de l'argent sur chaque Super5 vendue, juste pour faire tourner ses usines ... :bah:

Reste effectivement à savoir ce qui s'est passé fin Janvier ??? Rattrapage d'un bug en fin de mois, vente "forcée" aux concessionnaires, achat de véhicules de flotte regroupés en fin de mois ??? Je ne suis pas journaliste et je n'ai donc pas toutes les clés pour le savoir, mais je n'ai aucun doute sur la capacité d'investigation et d'analyse de Mr Holz pour nous donner très rapidement ces chiffres et les véhicules concernés.

Bref les conclusions de l'article me semblent un peu hâtives et me rappellent un article, d'il y a qq semaines, du même auteur qui matraquait les 2 marques françaises avec une mauvaise fois qui n'a trompé personne (et pourtant des anti marques françaises il y en a sur ce site :ptdr:)

:coucou:

Par

En réponse à Bilgouton

Sans remettre en cause l'analyse du cabinet Dataneo, puisqu'il s'agit de faits vérifiables, je suis perplexe sur la phrase "Des stocks entiers d’autos ont ainsi été attribués à Avis, Hertz et consorts, à des tarifs défiant toute concurrence". Quelle entreprise va payer, même à bas coût, des marchandises (ici des véhicules) dont elles n'a pas besoin ??? L'argument de Mr Holz me semble difficile à croire....:voyons:

Quant à faire tourner des usines coûte que coûte je pense que le calendrier de Mr Holz est resté bloqué sur les années 1980 où Renault perdait de l'argent sur chaque Super5 vendue, juste pour faire tourner ses usines ... :bah:

Reste effectivement à savoir ce qui s'est passé fin Janvier ??? Rattrapage d'un bug en fin de mois, vente "forcée" aux concessionnaires, achat de véhicules de flotte regroupés en fin de mois ??? Je ne suis pas journaliste et je n'ai donc pas toutes les clés pour le savoir, mais je n'ai aucun doute sur la capacité d'investigation et d'analyse de Mr Holz pour nous donner très rapidement ces chiffres et les véhicules concernés.

Bref les conclusions de l'article me semblent un peu hâtives et me rappellent un article, d'il y a qq semaines, du même auteur qui matraquait les 2 marques françaises avec une mauvaise fois qui n'a trompé personne (et pourtant des anti marques françaises il y en a sur ce site :ptdr:)

:coucou:

Parce que les loueurs courte durée attendent ces périodes de "soldes" pour renouveler leurs flottes!

Par

En réponse à Gros-Chibre

Quand la "logique" de la societe de consommation touche a son paroxysme.

Les chiffres avant la logique, on fait briller le sinistre.

Puis un jour, on se rendra compte que ces acquis n'etaient basés que sur de l'absurdité. Puis tout s'écroulera, puis on recommencera.

Parce qu'il est finalement plus simple d'enfummer que de se remettre en question.

On en est là, il faut vendre, dans quel but? Le profit, et si on ne peut pas vendre plus que ce qu'il y a d'acheteurs? Et bien on trouvera une solution, l'essentiel c'est de faire du profit.

Sans doute ces modèles avaient des blocs moteurs forgés :buzz:

avoue que c'est de la bonne comme news :buzz: :buzz: :buzz:

Par

En réponse à Bilgouton

Sans remettre en cause l'analyse du cabinet Dataneo, puisqu'il s'agit de faits vérifiables, je suis perplexe sur la phrase "Des stocks entiers d’autos ont ainsi été attribués à Avis, Hertz et consorts, à des tarifs défiant toute concurrence". Quelle entreprise va payer, même à bas coût, des marchandises (ici des véhicules) dont elles n'a pas besoin ??? L'argument de Mr Holz me semble difficile à croire....:voyons:

Quant à faire tourner des usines coûte que coûte je pense que le calendrier de Mr Holz est resté bloqué sur les années 1980 où Renault perdait de l'argent sur chaque Super5 vendue, juste pour faire tourner ses usines ... :bah:

Reste effectivement à savoir ce qui s'est passé fin Janvier ??? Rattrapage d'un bug en fin de mois, vente "forcée" aux concessionnaires, achat de véhicules de flotte regroupés en fin de mois ??? Je ne suis pas journaliste et je n'ai donc pas toutes les clés pour le savoir, mais je n'ai aucun doute sur la capacité d'investigation et d'analyse de Mr Holz pour nous donner très rapidement ces chiffres et les véhicules concernés.

Bref les conclusions de l'article me semblent un peu hâtives et me rappellent un article, d'il y a qq semaines, du même auteur qui matraquait les 2 marques françaises avec une mauvaise fois qui n'a trompé personne (et pourtant des anti marques françaises il y en a sur ce site :ptdr:)

:coucou:

Tu ne dois pas souvent louer des véhicules... si tu savais le nombre de fois ou les gros loueurs sont en rupture de stock...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire