Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Les salariés de Renault risquent de devoir travailler plus longtemps

Dans Economie / Politique / Social

Les salariés de Renault risquent de devoir travailler plus longtemps

Flexibilité, voici le mot magique que l’on entend énormément en ce moment surtout en cette période préélectorale. Considérée comme la solution miracle au chômage mais également au manque de compétitivité, la flexibilité est souvent accueillie fraîchement par les organisations syndicales. Logique car elle souvent synonyme d’augmentation du temps de travail des salariés. C’est ce qu’il risque d’arriver prochainement au personnel de chez Renault.

Obtenir plus de flexibilité pour pouvoir s’adapter aux conditions du marché. Un grand classique dans les entreprises françaises actuellement. PSA a eu déjà son plan de flexibilité, c’est au tour de la direction de Renault d’avancer ses pions sur ce sujet avec la volonté de pouvoir accroître le temps de travail hebdomadaire jusqu’à 6 h 15 de plus. Les discussions avec les partenaires sociaux, qui ont déjà rejeté les premières propositions risquent bien d’être mouvementées.

Ainsi, aujourd’hui, sur les sites de production, les débordements d’horaires existent déjà mais concernent seulement les volontaires. La direction souhaite généralise ce mode de fonctionnement sous réserve de planification au moins 15 jours à l’avance. Le temps de travail pourrait être prolongé jusque 1 h 15 de plus par jour, soit 6 h 15 par semaine. Plusieurs limites sont proposées : si le samedi est travaillé, l’allongement ne sera pas possible le vendredi soir;  les heures supplémentaires obligatoires ne peuvent être imposées qu’en période haute ne pouvant pas dépasser 6 mois dans l’année.

Afin de faire passer la pilule, la direction propose quelques avancées comme une compensation des périodes creuses par l’utilisation des "compteurs temps collectifs" sur toute la durée de l’accord pour éviter le recours au chômage partiel. Concrètement, ce "compteur temps collectif" est alimenté chaque année de 7 jours par personne, et ce sont ces jours qui seraient déduits en cas de jour chômé. La gestion sur une période de 3 ans permettrait de gérer des compteurs négatifs (jusqu’à -7 jours au maximum). Une disposition de ce type avait été déjà utilisée à Sandouville pendant la période de crise. Le constructeur a également  annoncé que 150 millions d’euros seraient consacrés à l’amélioration des conditions de travail.

En revanche, pas de changement sur le fonctionnement des heures supplémentaires le samedi qui restent sur la base du volontariat, ni sur la majoration des heures supplémentaire qui reste à 25 %.

Comme souvent, ces négociations s’annoncent longues et tendues. Reste à savoir maintenant quel en sera le résultat final.

Mots clés :

Commentaires (59)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

à force d'être flexible on va devoir leur retirer les colonnes vertébrales aux employés Renault!

Tenez bon les mecs :wink:

Par

hum un petit V9X en cours de montage à Cléon :oui:

Par

il faut embaucher alors en cdd pour suivre la cadence...

pourquoi faire trimer plus les ouvriers?

Par

En réponse à GrosMytho

il faut embaucher alors en cdd pour suivre la cadence...

pourquoi faire trimer plus les ouvriers?

c'est juste la mise en place d'un compteur temps mais bon cela se fait au détriment de la vie familiale et surtout c'est sur 3 ans (bonsoir la banane). s'ils payaient au moins la moitié des heures sup cash à 25% en sup cela pourrait aller mais bon ça va pas se faire connaissant Carlos

Par

Au boulot les feignasses françaises !

Par

Pourquoi pas mais il faut que les heures en plus soient rémunérées en conséquence et que les ouvriers aient le choix de négocier..

Par

35+6 ... 41

finalement ca redevient juste un temps de travail classique...

Ce serait tellement plus simple de supprimer les rtt... et de valoriser les salariés en les rémunérant correctement...

Par

En réponse à GrosMytho

il faut embaucher alors en cdd pour suivre la cadence...

pourquoi faire trimer plus les ouvriers?

parce que ça coûte moins cher à Renault pardi.

ben, on a voulu l'Europe, ceci expliquant cela... faut s'aligner de plus en plus vers ceux qui coûtent le moins cher en Europe.

Par

En réponse à zemik

c'est juste la mise en place d'un compteur temps mais bon cela se fait au détriment de la vie familiale et surtout c'est sur 3 ans (bonsoir la banane). s'ils payaient au moins la moitié des heures sup cash à 25% en sup cela pourrait aller mais bon ça va pas se faire connaissant Carlos

Tu sais que pour certains le paiement des heures supp n'a aucun intérêt, moi par exemple si je faits des heures supp majorées de 25% je serais imposé à hauteur de 30% dessus!

Donc pour le coup récupérer ces heurs plus tard peut être intéressant surtout que l'activité automobile est quand même un peu cyclique.

Par

"Vivement que tout soit délocalisé pour Renault, beaucoup trop de lois qui protège le bétail dans ce pays qu'est la France."

un actionnaire Renault quelconque

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire