Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Nissan fait rouler une inédite pile à combustible fonctionnant à l'éthanol

Nissan fait rouler une inédite pile à combustible fonctionnant à l'éthanol

Souvenez-vous, il n'y a pas si longtemps, nous évoquions le développement d'une pile à combustible un peu spéciale par Nissan qui a travaillé sur un système fonctionnant non pas à l'hydrogène, mais à l'éthanol. Ceci n'est pas un simple outil de laboratoire puisque Nissan a fait rouler un prototype de e-NV200 équipé de cette pile à combustible. Sur le papier, les données sont plutôt intéressantes.

Nous abordons de temps en temps le thème de la pile à combustible sur Caradisiac, mais il faut savoir que cette technologique, qui repose sur les réactions chimiques entre un combustible et une électrode, réaction qui produit des échanges d'ions créant un courant électrique, ne fonctionne pas toujours à l'hydrogène. Bien qu'il s'agisse d'un grand classique de la pile à combustible, d'autres voient peuvent être suivies et c'est ce qu'a fait Nissan avec une inédite pile à combustible fonctionnant à l'éthanol.

 

Le prototype, qui repose sur un e-NV200 (l'utilitaire électrique de la marque), dispose des batteries 24 kWh de l'auto de base et d'une pile à combustible qui sert en fait à recharger les batteries. Une sorte de prolongateur d'autonomie (avec 30 litres de carburant), donc, qui permet de porter cette autonomie totale à 600 km, contre seulement un peu moins de 200 km pour le modèle de série électrique.

 

Les avantages sont nombreux avec cette pile à combustible : le stockage du carburant ne nécessite pas de réservoir particulier, contrairement à l'hydrogène, et l'éthanol est bien plus facile à produire que l'hydrogène. De plus, le réseau de distribution dispose déjà d'E85, ce serait donc relativement facile d'adapter les infrastructures. Enfin, le dernier avantage est probablement l'un des plus importants pour Nissan : l'adaptation d'une pile à combustible se révèle finalement très facile puisqu'il ne s'agit que d'un "petit plus" pour les modèles électriques déjà existants. On se met donc déjà à espérer une Leaf ou un e-NV200 de série avec cette technologie.

 

Mots clés :

Nissan

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (57)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En réponse à roc et gravillon

Commentaire supprimé.

L'Ethanol comme carburant principal dans un moteur thermique classique serait vertueux ?

J'ai comme un gros doute

Par

En réponse à nous75

L'Ethanol comme carburant principal dans un moteur thermique classique serait vertueux ?

J'ai comme un gros doute

Oh ben oui....bien plus cohérent de laisser nos paysans produire du lait que plus personne n'achète....lait issu de nombreux troupeaux émettant du Co² à foison et consommant 15 000 litres d'eau par kg de viande, plutôt que de les encourager à minima à produire du biocarburant sur les surfaces immenses en quasi-jachère que compte notre chouette pays.

Par

En réponse à nous75

L'Ethanol comme carburant principal dans un moteur thermique classique serait vertueux ?

J'ai comme un gros doute

Il me semble que le bilan final est meilleur que l'essence ou le diesel, mais ce n'est pas incroyable non plus. Ceci dit, les rejets sont moins nocifs que ce qui sort du pots des essences/diesel.

Par

Par rapport au Diesel en ville et même à l'essence OUI le bioéthanol est l'avenir !!!

Mais encore faut-il qu'en plus des recherches sur sa production et sa fabrication, les CONsommateurs doivent arrêter de manger 1kg de viande chaque semaine, il y a de quoi faire niveau place, faut juste que l'industrie bouchère ne prennent pas 3/4 des récoltes...

Par

Il faut prendre en compte la pollution (pesticides, engrais) causée par la culture des surface allouée à ce carburant.

Par

Voilà des petits guys qui cherchent et qui trouvent, avec intelligence , et sans le malenKontreux appoint de ..petits logiciels truKés ..!!

Par

En réponse à duriezro

Il faut prendre en compte la pollution (pesticides, engrais) causée par la culture des surface allouée à ce carburant.

Sauf que l'agrocarburant est bien entendu très cohérent avec une culture extensive et non intensive....a condition de savoir choisir les végétaux d'où il sera tiré...idem pour la consommation d'eau : arrosage artificiel a proscrire.

Coup de bol, il existe dans notre pays des milliers d'hectares dans des zones tempérées, le plus souvent peu peuplées, où cette exploitation est parfaitement possible et potentiellement créatrice d'emplois.

Encore faut il en avoir la volonté.

Et c'est loin d'être le cas.... subventionner des bagnoles électriques qui vont pas loin à gogo et créer des prises un peu partout est tellement plus cohérent.

Par

Solution largement plus intéressante que le couteux et difficile à produire H2.

Par contre 30litres pour faire 400km, j'ai pas l'impression que le rendement soit très bon !

Par

En réponse à pxidr

Solution largement plus intéressante que le couteux et difficile à produire H2.

Par contre 30litres pour faire 400km, j'ai pas l'impression que le rendement soit très bon !

Ben ça fait une conso de 7.5L/100, c'est pas si catastrophique que cela.

Après c'est un axe de recherche, donc ce n'est qu'une piste qui forcément si elle était adoptée serait améliorée.

Par

En réponse à pxidr

Solution largement plus intéressante que le couteux et difficile à produire H2.

Par contre 30litres pour faire 400km, j'ai pas l'impression que le rendement soit très bon !

C'est un utilitaire....et faut bien tirer les batteries qui comme sur tout électrique qui se respecte pèsent comme un âne mort.

Pas impossible que l'engin frôle les deux tonnes....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire