Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Offensive anti-diesel: l'industrie manque de s'étouffer

Dans Economie / Politique / Industrie

Offensive anti-diesel: l'industrie manque de s'étouffer

Ségolène Royal vient de l'annoncer : les entreprises vont enfin pouvoir déduire 80 % de la TVA sur le sans-plomb, comme c'est le cas pour le diesel depuis de nombreuses années. La mesure n'est pas une surprise. Ce qui l'est, c'est le calendrier : la Ministre de l'écologie a annoncé une mise en place en deux ans seulement. Étonnée par cette rapidité, l'industrie automobile est inquiète.

Voilà plusieurs années que le diesel est dans le collimateur de nos gouvernants. Favorisé pendant des décennies par des avantages fiscaux (carburant moins taxé, bonus écologique basé sur le C02…), le gazole est majoritaire dans le parc automobile français.

Selon le CCFA (Comité des Constructeurs Français d'Automobiles), sur 38 millions de voitures particulières et de véhicules utilitaires légers en circulation dans l'Hexagone au 1er janvier 2016, 67 % roulaient au gazole. En 2015, ce carburant a représenté 81 % des ventes dans les stations-service.

Les prix à la pompe bientôt alignés

Mais les vents contraires ont commencé à souffler sur le marché français et se sont renforcés suite à l'éclatement du scandale Volkswagen, qui a éclaboussé d'autres constructeurs, dont Renault. Nos représentants politiques souhaitent « dé-dieseliser » la France… mais sont tout de même conscients que l'industrie du diesel représente dans l'Hexagone plusieurs milliers d'emplois.

Il faut donc ménager la susceptibilité des constructeurs, des équipements et des sous-traitants. Ceux-ci savent que le marché est à un tournant. Mais pour adapter leur offre et leur production à une demande qui évolue, ils souhaitent qu'on leur donne du temps. C'est d'ailleurs ce qu'a décidé de faire le gouvernement à propos des prix à la pompe. En 2015, il a lancé un processus d'alignement de la fiscalité du sans-plomb et du gazole, qui sera étalé jusqu'à la fin de la décennie.

Chez PSA, 18 000 emplois en Europe liés au diesel

Depuis quelques mois, une autre mesure était dans les cartons : accorder les mêmes avantages fiscaux entre les deux types de carburants pour les entreprises. Pour l'instant, ces dernières peuvent en effet déduire 80 % de la TVA uniquement sur le gazole, ce qui explique l'ultra dominance de ce carburant chez les professionnels.

Mercredi soir, dans le cadre du projet de loi finances 2017, un amendement sur la déductibilité de la TVA pour l'essence a été voté, avec un calendrier étalé sur cinq ans. Mais le lendemain, sur France 2, Ségolène Royal a créé la surprise en annonçant un délai bien plus court : les avantages seront identiques en seulement deux ans.

Les professionnels du secteur tirent alors la sonnette d'alarme. Ils craignent une chute des ventes du gazole brutale, qui impacterait la filière en France et menacerait des milliers d'emplois. Le syndicat FO de PSA a été le premier à s'inquiéter, rappelant qu'en Europe 18 000 emplois de PSA dépendent de ce type de moteur.

Mais la direction s'est voulue rassurante. L'un de ses porte-parole a déclaré à nos confrères de L'usine Nouvelle que le rééquilibrage fiscal « est en phase avec ce que les constructeurs ont demandé », ajoutant qu'il faut tout de même du temps « un minimum de cinq ans (...) nécessaire pour donner de la visibilité et permettre de s'adapter ».

Le cas de l'usine Bosch en Aveyron

Il convient de noter que PSA n'a pas attendu cette mesure pour réagir. Réputé pour ses HDi, le groupe français est aujourd'hui à la pointe des moteurs essences avec sa nouvelle famille de blocs PureTech. D'ailleurs, PSA a choisi de fabriquer un nouveau moteur essence 3 cylindres dans l'usine de Trémery en Lorraine, un site jusqu'à présent spécialisé dans le diesel.

Ce sont peut-être les équipementiers qui sont les plus inquiets. À Rodez, dans l'usine Bosch, la CGT est préoccupée. Le site, qui emploie 1 600 salariés, fabrique des injecteurs, uniquement pour les moteurs diesels. Dans le journal local Centre Presse Aveyron, Yannick Anglarès, représentant du syndicat, déclare « À plus ou moins long terme, on a des craintes. On a déjà l'exemple de l'usine de Vénissieux, qui avait été reconvertie pour fabriquer des panneaux solaires. Ces fabrications ont disparu et il y a maintenant un plan social pour fermer l'usine ».

Les prochaines semaines seront déterminantes. Les industriels souhaiteront sûrement rencontrer la ministre pour demander un assouplissement de son calendrier. Le Parlement a jusqu'au 23 décembre pour voter définitivement le Projet de Loin de Finances 2017.

Pour le CCFA "l'annonce de Ségolène Royal est une catastrophe"

Le CCFA est très remonté. Caradisiac a contacté François Roudier, l'un de ses représentants. Si ce dernier est d'accord pour la mise en place de la mesure, il souhaite que cela se fasse sur cinq ans. « C'est la brutalité qui est le problème. L'industrie nécessite de l'inertie, regardez le cycle de vie d'une auto. En deux ans, on détraque l'industrie, de la conception à la vente ».

En plus de donner l'exemple de l'usine Bosch, il explique que des concessionnaires pourraient faire faillite, confrontés à une dépréciation de leur stock de véhicule diesel et à une explosion de l'offre de gazole en seconde main.

Pour François Roudier, « L'annonce de Ségolène Royal est une catastrophe. » Il a d'ailleurs été surpris, soulignant que « même à Matignon, ils étaient partis sur un calendrier de cinq ans ». Quand on lui demande si la ministre de l'écologie peut faire marche arrière, il répond « la démocratie veut que l'on écoute les parlementaires ».

 

 

 

Mots clés :

Commentaires (57)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ras le bol de ces pleureuses, qui sont prets à sacrifier la santé de millions de gens pour leur petit business. Comme si ils ne sentaient pas le vent tourner depuis plusieurs années. Le malheur des fabricants d'injecteurs diesel fera le bonheur des fabricants d'injecteurs essence. Dans tous les cas je ne comprends pas que les carburants fossiles bénéficient d'une exonération de TVA c'est un non sens. Cet argent devrait aider à acheter de vrais véhicules propres (electriques ou du moins largement hybrides)..

Par

J'espere que le CCFA (enfin, ses membres) n'attend pas uniquement des decisions politiques pour adapter sa strategie produit. Cela fait deja quelques temps que le vent a commence a tourner. 2 ans, c'est court... mais ca a commence depuis au moins 3 ans! Donc 5 ans, c'est pas si mal pour s'adapter...

Par

D'accord avec les premières réactions : ce tournant anti-diesel date d'il y a quelques années. Donc l'industrie à eu tout le temps pour s'adapter.

Par

En réponse à raymonda

Ras le bol de ces pleureuses, qui sont prets à sacrifier la santé de millions de gens pour leur petit business. Comme si ils ne sentaient pas le vent tourner depuis plusieurs années. Le malheur des fabricants d'injecteurs diesel fera le bonheur des fabricants d'injecteurs essence. Dans tous les cas je ne comprends pas que les carburants fossiles bénéficient d'une exonération de TVA c'est un non sens. Cet argent devrait aider à acheter de vrais véhicules propres (electriques ou du moins largement hybrides)..

Je te rejoins sur ces sujets, toujours à trouver mille excuses pour gagner du temps, hors que ces messieurs sont resté passif et dire qu'il a fallu le dieselgate pour mettre le feu aux poudres, sinon rien ne changeait. Je ne comprends pas que les autorités ont mis ce plan de misère pour promouvoir ce satané carburant si discutable pour la santé, parler d'ignorance ne serait pas vérité, simplement une combine de plus instauré par les dirigeants de l’époque. La question est jusqu’où vont-ils aller dans leurs hypocrisies et leurs mensonges en nous narguent ces industriels et politiciens ?

Par

En réponse à raymonda

Ras le bol de ces pleureuses, qui sont prets à sacrifier la santé de millions de gens pour leur petit business. Comme si ils ne sentaient pas le vent tourner depuis plusieurs années. Le malheur des fabricants d'injecteurs diesel fera le bonheur des fabricants d'injecteurs essence. Dans tous les cas je ne comprends pas que les carburants fossiles bénéficient d'une exonération de TVA c'est un non sens. Cet argent devrait aider à acheter de vrais véhicules propres (electriques ou du moins largement hybrides)..

Je suis globalement d'accord mais une petite pondération quand même : la voiture électrique est tout sauf propre, les batteries sont blindées de métaux lourds hyper polluants et non recyclables à ce jour et l'électricité est produite par de l'uranium... donc non, la voiture électrique n'est PAS non polluante... l'hybride est mieux car elle génère elle même son électricité... (reste les métaux lourds des batteries..)

Par

On était à 78% d'immat de diesel en France en 2014 contre plus que seulement 36% en 2015 avant même l'éclatement du scandale VW , c'est une bonne chose il était temps que cette vaste blague s’arrête ... Pour qu'elle raison le carburant le plus dangereux pour la santé , le plus économe à l'utilisation quotidienne serait en plus de ça le moins cher à la pompe ... On va enfin pouvoir faire le tour des concessions sans voir des blaireaux de commerciaux formatés à vendre du gazout qui pue .... :coolfuck:

Par

non mais franchement: qui peut croire un seul instant que ségolène royal sera encore à sa place dans un peu plus de 6 mois?

en juin 2017, c'est la droite qui sera logiquement au pouvoir, et de fait, cette mesure sera purement et simplement annulée.

Par

En réponse à Key

J'espere que le CCFA (enfin, ses membres) n'attend pas uniquement des decisions politiques pour adapter sa strategie produit. Cela fait deja quelques temps que le vent a commence a tourner. 2 ans, c'est court... mais ca a commence depuis au moins 3 ans! Donc 5 ans, c'est pas si mal pour s'adapter...

ben, c'est déjà le cas chez PSA, puisque les moteurs essence sont globalement de bonne facture, à commencer par les 1.2 puretech cités comme parmi les meilleurs du marché.

pour le reste, je vois mal les entreprises et loueurs acheter des 508 et talisman essence... encore moins des utilitaires et gros suv. et je ne parle même pas du premium allemand, bien plus encore diésellisé en France que les caisses des constructeurs tricolores.

Par

Plus qu'anti-diesel, un simple reequilibrage fiscal entre essence et diesel

Par

« la démocratie veut que l'on écoute les parlementaires » Parlementaires qui sont soudoyés par les lobbys

mais le retour sur investissement n'est plus rentable sur 2 ans ....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire