Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Pénurie : pas assez de carburant plus suffisamment de stations ?

Dans Pratique / Autres actu pratique

Pénurie : pas assez de carburant plus suffisamment de stations ?

La semaine a coulé plus vite que le carburant sorti des pompes en fonction dans les stations-service, prises d’assaut par des automobilistes refusant le piège des raffineries bloquées. Pour mieux s’y enferrer. Une situation compliquée pour des usagers qui se faisaient pourtant entendre dire par ses dirigeants qu’il n’y avait pas de pénurie. Et si cette conjoncture révélait aussi les faiblesses d’un maillage de distribution de carburants qui s’est réduit comme peau de chagrin depuis les années quatre-vingt ?

Depuis un peu plus de 30 ans, la France a perdu 35 000 stations-service sur son territoire. Et le peu qui reste périclite, sous le joug de mise aux normes environnementales coûteuses, de difficultés économiques et d’une concurrence marquée du sceau des grandes surfaces. Résultat ? Il est dressé par les artisans de l'automobile (FNAA) et les maires ruraux (AMRF) qui ont adressé une lettre ouverte au Président de la République.

La FNAA et l’AMRF rappellent ainsi que, du fait d’un maillage de distribution de carburants déjà structurellement faible en France comparé à nombre de pays européens, 17 millions de Français (1/4 de la population) doivent habituellement faire 5,2 km pour atteindre une première station. Dans 38 départements, les automobilistes doivent même rouler entre 15 et 38 minutes pour trouver une seconde station. Une insécurité qui pousse à vouloir sticker au plus vite pour s’assurer du lendemain… Et accélérer ainsi les conditions d’une pénurie.

Inquiètes pour le destin immédiat de milliers d’entreprises et pour le quotidien des Français directement concernés, la FNAA et l’AMRF ont décidé d'interpeller solennellement le Président de la République, François Hollande, à travers une lettre ouverte. Elles demandent la mise en place d’une politique publique forte en faveur des stations-service traditionnelles pour leur permettre de poursuivre leurs activités ainsi que l’organisation d’une réunion en urgence regroupant tous les acteurs. Un débat qu’il serait intéressant d’ouvrir.

Commentaires (14)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Drôle comme article....

Bref, le président s'en fou, il est en campagne (et non a la campagne)

Le carburant est de retour, le chômage baisse, il est prêt pour 2017.

Les autres sujets ne sont que pacotille...

Par

Y a des fôtes mon capitaine

Par

Une station de ville ne peut pas survivre avec uniquement la vente de carburant sauf distribution par automates. Il faut coupler avec centre auto, alimentation, relais colis, dépôt de pain , presse etc ....

C'est la grande distribution le fossoyeur des petites stations et le bilan en terme de création/suppression d'emploi doit être désastreux.

Par

En réponse à pete_get27

Y a des fôtes mon capitaine

Сe titre aussi ! :areuh:

Par

En surtaxant l'essence on a limité forcément les marges des petites stations, qui ont aussi perdues la partie entretien. Les supermarchés en faisant de l'essence un produit d'appel ont fini le travail..

Par

j'habite en ville et la première pompe est à moins de 2km et à moins de 3min de voiture....qui fait mieux,?

Par

"Inquiètes [...] pour le quotidien des Français directement concernés".

Mega laul... :areuh:

Par

pas assez de carburant plus suffisamment de stations ?

Bah euh hein ! qué qui veux dire ? :voyons:

Par

Je me demande à quoi va ressembler la France rurale, la France des petites villes d'ici 10 ou 20 ans... la pénurie de station service n'est qu'un détail dans un océan d'abandon : médecins, bureaux de poste, commerces de proximité, gares SNCF, tous les lieux de vie, de service, de culture et d'emploi, de richesse, se sont barrés vers les grandes métropoles.

Il est temps que nos dirigeants se penchent un peu plus sur cette France qui crève à petit feu (et qui d'ailleurs vote de moins en moins...). Mais en ont-ils conscience depuis la capitale ?

Par

Mouais.

Les petites stations traditionnelles ont peut-être fermé à tour de bras depuis les années 80 mais elles comptaient combien de pompes en moyenne ? 2 ? 4 ?

Elles ont été remplacées par les stations de grandes surfaces qui comptent une dizaine voir plus de pompes.

Donc au final le nombre de station a globalement baissé en France depuis 30ans mais avons-nous pour autant perdu de la capacité de pompage ? Non.

Ca n'aurait donc rien changé à la pénurie que l'on connaît en ce moment, uniquement causée par l'ignorance totale du peuple et sa capacité à flipper pour rien à la moindre info dans les médias.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire