Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Renault et PSA n'ont pas d'atome crochu avec Proton

C’est peut-être l’occasion d’une belle tête de pont vers le stratégique marché d’Asie du Sud Est qui est en train n’échapper à nos deux groupes automobiles français. Tant le lion que le losange ambitionnent de faire fusionner à leurs marques le malaisien Proton en pleine déconfiture. Renault pensait avoir fait le plus dur en avançant masqué sous une bannière Mitsubishi qui est maintenant sienne. Mais c‘était sans compter sur le chinois Geely, déjà taulier de Volvo.

Renault et PSA n'ont pas d'atome crochu avec Proton

La marque Proton est devenue un enjeu depuis qu’elle est considérée comme perdue, et à regret, par un gouvernement malaisien qui la voyait comme son fleuron industriel. Mais la gamme a périclité et alors qu’elle dominait à 74 % son marché domestique au début des années 1990, elle ne représente guère plus de 15 % des ventes du pays aujourd'hui. L'État malaisien, avec ses 31 % de parts, aura le dernier mot sur le sort de Proton. De son côté, Mitsubishi possède 16 % du blason. Et dans Mitsubishi, il y a 31 % de Nissan, lui-même possédé à 44 % par Renault.

Les troupes de Carlos Ghosn se pensaient donc en position favorable pour damer le pion à celles de Carlos Tavares tout aussi avides de s’ancrer dans le troisième marché d'Asie du Sud-Est, raflant au passage un important outil industriel. De quoi répondre aux attentes potentielles de plus de 600 millions de consommateurs.

Un enjeu qui n’a pas échappé au chinois Geely qui s’est mis sur les rangs et qui aurait toute l’attention des dirigeants malaisiens. La réponse définitive est attendue pour ce printemps. Il se vend près de 600 000 voitures par an en Malaisie qui suit l'Indonésie et la Thaïlande. Proton dispose de deux sites industriels dont celui de Tanjung Malim qui produit 150 000 voitures mais qui est dimensionné pour aller jusqu'à un million d'unités.

Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sauf que Proton est en pleine déconfiture et que le marché sera bientôt complètement libéralisé en Malaisie donc fera face à une concurrence féroce. donc Proton vaut un prix, pas plus, sinon aucun intérêt :oui:

Par

Et que deviens Lotus?

Par

En réponse à Luxlux

Et que deviens Lotus?

Vendu à un "chinois" :oui:

fleur de lotus et musique zen en perspective :peur:

Par

En réponse à zemik

Vendu à un "chinois" :oui:

fleur de lotus et musique zen en perspective :peur:

En Exige S ca le fait pas trop .. En revanche en Evora pourquoi pas ! Elle m'a toujours fait de l'oeil cette petite Evora .... :cubitus:

Par

C'est peut-être pour cela que PSA s'est tourné vers Ambassador en Inde, voyant que Proton lui échappait :confused:

Par

La puissance des Chinois n'est plus à démontrer, Volvo en est le parfait exemple.

non content d'avoir racheté la marque ils ont compris qu'elle devait garder ses fondamentaux et ils savent la faire prospérer.

La partie sera rude pour Renault où PSA.

PSA qui fait plaisir à voir dans leur soucis d'internationalisation. Tavares à compris que PSA dans son état actuel ne pouvait espérer grand chose. Son acquisition récente de Ambassador, véritable légende en Inde, ses vues sur Proton et surtout les bruits concernant Opel démontre la volonté du groupe d'aller vers l'avant et de devenir un gros mondial.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire