Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Toyota annonce sa première usine produisant eau, électricité et hydrogène

Dans Ecologie / Electrique / Véhicules hydrogène

Toyota annonce sa première usine produisant eau, électricité et hydrogène

Toyota annonce aujourd'hui la création d'une future usine qui produira de l'hydrogène en Californie à partir d'énergie 100 % renouvelable. Le constructeur japonais devient ainsi le premier constructeur automobile à disposer d'une telle unité de production, à un moment où tout le monde s'intéresse plutôt à l'électrique à batteries.

Bien qu'elles aient une pile à combustible (qui pourrait d'ailleurs fonctionner avec d'autres carburants), la voiture à hydrogène reste une voiture électrique au sens strict du terme. L'électricité est en effet l'énergie utilisée pour alimenter les moteurs et les faire fonctionner, comme sur une Tesla ou une Nissan Leaf. La différence, évidemment, réside dans la provenance de cette électricité.

A un moment décisif de son histoire, Toyota a fait un choix, comme à l'époque des débuts de l'hybride, il y a vingt ans. Bien que le constructeur ait récemment annoncé se mettre à l'électrique (probablement en marche forcée, pour ne pas se faire larguer par la concurrence), la marque nippone continue de miser contre vents et marées sur l'hydrogène, un carburant ultra prometteur sur le papier mais qui présente toujours un inconvénient majeur : sa production est soit très polluante à cause de l'utilisation de produits fossiles, soit très complexe à industrialiser en masse. Ajoutez à cela que l'hydrogène est un élément compliqué à stocker, et vous obtenez un pari hautement risqué pour Toyota qui persiste après la Mirai.

Le constructeur japonais est en effet dans une nouvelle phase de développement de l'hydrogène (la phase 3), dont les premiers résultats seront visibles sur le marché dès 2025. En attendant, Toyota s'intéresse aussi à la production.

Toyota Tri-Gen, la première usine de production de grande capacité qui produit de l'hydrogène

Nous ne sommes pas encore au stade où l'hydrogène coule à "flots", comme ce peut être le cas aujourd'hui pour le carburant d'origine fossile, facile à stocker, et relativement bon marché. Mais la recherche avance, notamment sur les échanges entre électricité, hydrogène et biomasse via des conversions en tout genre (électrolyse, notamment).

L'usine Tri-Gen de Toyota, qui démarrera son activité en 2020, et qui se situe du côté de Long Beach aux Etats-Unis, est un exemple des avancées. Toyota annonce que Tri-Gen produira environ 2,35 MW d'électricité par jour, et 1,2 tonne d'hydrogène sur la même durée. Suffisant, selon le constructeur japonais, pour alimenter 2350 foyers et 1500 véhicules, le tout à partir de biodéchets "provenant de l'agriculture". L'usine ne produira pas que de l'électricité et de l'hydrogène puisqu'il en sortir aussi de l'eau.

Toyota annonce que l'énergie produite sur place servira dans un premier temps à alimenter le TLS (Toyota Logistics Services), ce qui en fera le "premier site Toyota d'Amérique à utiliser 100 % d'énergies renouvelables". Avec BMW, qui a récemment annoncé vouloir s'alimenter exclusivement en énergie renouvelable sur l'un de ses sites, Toyota fait donc partie des pionniers dans le genre, tout en intégrant l'hydrogène.

En plus de l'alimentation des services logistiques, Toyota utilisera l'hydrogène produit pour son poids lourd marchant à l'hydrogène et pour une flotte de Mirai. C'est aussi l'occasion pour l'opérateur Air Liquide d'installer l'une des plus grandes stations au monde délivrant de l'hydrogène.

En bref, un "démonstrateur grandeur nature", comme l'appelle Toyota, qui pourrait en appeler d'autres, même si pour l'instant, nous attendons toujours une véritable production à échelle mondiale de ce carburant tant attendu. La baisse continue du prix des véhicules à hydrogène pourrait probablement aider un peu le secteur à avancer dans le bon sens. Mais il faudra probablement se montrer encore très patient avant que l'on franchisse, enfin, le stade du "simple" démonstrateur.

 

Mots clés :

Commentaires (9)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Toyota BMW :good:

Par

Eau et gaz à tous les étages :oui:

Par

En réponse à axoxyxous

Toyota BMW :good:

BMW n'a rien à voir dans ce projet :wink:

a part ruiner la réputation de Toyota je ne vois pas bien à quoi ils serviraient :peur:

Par

''Des biodéchets "provenant de l'agriculture" donnent du méthane qui est un gaz à effet de serre.

La transition énergétique. ses dérives et ses dérapages

Par

Perdurer dans le greenwashing avec des mots surfaitstels que biogaz, blue hdi, adblue, blue hydrogen... C"est laisser entendre : "Nous c'est juste pour le pognon".

Par

En réponse à Unpointcetout

''Des biodéchets "provenant de l'agriculture" donnent du méthane qui est un gaz à effet de serre.

La transition énergétique. ses dérives et ses dérapages

Sauf que le but c'est pas de le laisser partir dans l'atmosphere...

Par

Vous devriez lire les documents de l'ADÈME sur les prévisions d'utilisation des énergies. Documents rédigés il y a quelques années et régulièrement mis à jour : pour 2030, et même un peu avant : on trouve un mix énergétique : GNV et GNL pour le transport routier (avec un mix gaz naturel et bio gaz) électrique avec batterie ou hydrogène en stockage d'énergie. ainsi qu'un reste d'anciennes motorisation essence, mais en voie de disparition.

Par

En réponse à nous75

Sauf que le but c'est pas de le laisser partir dans l'atmosphere...

Ouai, comme les stations d'épuration Françaises qui relâchent le méthane dans l’atmosphère faute de mieux... alors que c un formidable moyen pas cher de produire de l’électricité, de la chaleur donc du chauffage municipal et entreprises, et du bio gaz pur à 98% compatible avec le gaz de ville...

L'absurdité de la chose c que les municipalités sont fortement demandeuses, car si on baisse leurs dotations elles pensent indépendance énergétique renouvelable pour faire baisser la facture, et plus on baisse leurs dotations plus elles y pensent...

Mais on préfère claquer le pognon dans des EPR invendables et importer du gaz et pétrole pour que l'état conserve son monopole centralisé...

Par

En réponse à Unpointcetout

''Des biodéchets "provenant de l'agriculture" donnent du méthane qui est un gaz à effet de serre.

La transition énergétique. ses dérives et ses dérapages

Exact ici on recupere les gaz a effet de serre au lieu de les balancer dans la nature..

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire