Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Fiat Cinquecento

Fiat Cinquecento

Dates clés

  • Commercialisation : février 1992 à février 1998
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

Lointaine descendante du fameux petit "pot de yahourt" né à la fin des années 50, cette citadine à traction avant et aux formes on ne peut plus carrée a su s'attirer quelques sympathies, par sa définition agréablement rustique et sa bouille plutôt plaisantes. Elle n'en demeure pas moins un objet de déplacement assez rudimentaire. Et son vieillissement au fil des kilomètres n'est pas impeccable. Mais, à tous petits prix, elle peut constituer un choix pas bête pour effectuer de courts trajets, soit milieu urbain, soit à la campagne.

Caradisiac a aimé

  • La maniabilité
  • Le côté simple et rustique
  • La simplicité mécanique
  • Le rayon de braquage
  • La dotation en équipement correcte

Caradisiac n'a pas aimé

  • Le confort
  • L'habitabilité très réduite
  • Le coffre minuscule
  • La tenue de route
  • Le freinage moyen

Nos versions préférées

  • SPORTING

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • La définition simple et rustique : cette petite auto ne craint pas les mauvais traitements, et vous aurez peu de scrupule à lui faire faire des tâches éventuellement salissantes.
  • La simplicité mécanique : les réparations ne sont guère difficiles
  • La maniabilité en ville : sa longueur limitée (3,23 m seulement) fait merveille dans les bouchons et pour se garer.
  • Le rayon de braquage : il est très court, ce qui est pratique pour effectuer un créneau ou un demi-tour.
  • L’équipement des versions SX et Clim : la dotation est correcte, surtout pour un petit modèle de cette génération.

Ce qui peut faire hésiter

  • Le confort : suspensions sèches, insonorisation vraiment très sommaire. Au ralenti se répercutent dans l'habitacle des vibrations dues au moteur.
  • L'habitabilité : intérieur assez étroit. peu de place.
  • Le coffre : volume de chargement réduit et entrée de coffre étroite.
  • La finition et la présentation intérieures : définition ouvertement économique, avec des surfaces de tôle apparente, et des plastiques de qualité médiocre. Accoudoirs de portières de pacotille avec un plastique qui se raye et fixe la crasse. Qualité d'assemblage médiocre : accroissement sensible des bruits parasites avec le kilométrage.
  • La tenue de route : correcte en usage courant, mais à peine moyenne dès que la chaussée se dégrade, ou que vous effectuez une manœuvre d'urgence : fort freinage ou évitement soudain. La direction manque de précision (sauf sur la Sporting).
  • Le freinage : distances d'arrêt à peine moyennes et instabilité de trajectoire lors des ralentissements appuyés.
  • La direction des versions dépourvues d'assistance : elle est lourde en manœuvres.
  • la protection en cas de choc : plutôt limitée.
  • La polyvalence très limitée : la puissance du moteur est insuffisante sur les versions 0.9 l. La version Sporting est évidemment plus vive mais se montre très inconfortable sur route, et intolérablement bruyante.
  • Le réservoir de carburant : 35 l seulement, autonomie limitée.
  • Le pédalier : les pédales sont trop rapprochées, ce qui peut conduire à accrocher l’accélérateur en voulant solliciter vivement les freins.- La boîte de vitesses : le maniement du levier est désagréable.
  • L’équipement de la version de base : c’est vraiment le service miminum.
  • L’absence de protection latérale sur les côtés de la carrosserie : gare aux rayure en ville.
  • Les rétroviseurs : ils sont franchement trop petits, y compris celui de l’intérieur.

Budget

Achat / Cote :

Tout petits prix, surtout aujourd'hui en raison de l'ancienneté du modèle et de l'état rarement impeccable dans lequel se présentent les exemplaires proposés à la vente.

Consommation :

Besoins en carburant certes mesurés mais ce n'est pas l'absolue sobriété à laquelle pourrait faire croire la définition ouvertement économique du modèle.

Assurance :

Vraiment peu chère : une des moins onéreuse du marché.

Prix des pièces :

Tarifs vraiment très limités.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 10 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km sur les Sporting. Le moteur 0.9 des autres versions possède une chaîne de distribution, et non une courroie, laquelle n'est pas soumise à des obligations de remplacement périodique. Le moteur 0.9 nécessite un réglage des culbuteurs tous les 60 000 km. La fiabilité incertaine à partir de 80 000 km et, globalement, la faible durée de vie des pièces d'usure majore cependant le budget. Notamment sur les versions Sporting.

Fiabilité

Description :

A la base, ce modèle souffre déjà d'une qualité discutable, avec un taux de pannes supérieur à la moyenne et une endurance limitée des pièces d'usure, ce qui majore le rythme des opérations de garage. Malgré le prix des pièces tout à fait limité, l'entretien peut donc se révéler onéreux à partir de 80 000 km, avec l'obligation de rectifier une foule de petites faiblesses et, de temps à autre, de faire face à une panne plus importante. L'âge des modèles ainsi que leur kilométrage, joint à l'utilisation souvent urbaine plus éprouvante, donne un panorama aujourd'hui peu favorable. A moins de tomber – et ce la arrive – sur un modèle qui a été très peu utilisé et n'affiche qu'un tout petit kilométrage. Dans l'ensemble, les modèles des deux premières années sont très imparfaits, et l'achat peut être opéré de préférence sur les modèles des trois dernières années.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteur 0.9. Faiblesse chronique du joint de culasse. A changer souvent à partir de 70 000 à 90 000 km. En remplacement, un joint de culasse plus résistant est disponible depuis octobre 1998.
  • Système antidémarrage. Sur les modèles fabriquées entre juillet 1994 et juin 1997, aléa de fonctionnement du “Fiat Code”. Remède : reprogrammation ou remplacement du boîtier électronique.
  • Refroidissement. Sur les modèles fabriquées jusqu'en janvier 1997, fuites de liquide de refroidissement sur le circuit de refroidissement et le radiateur. Améliorations usine : nouveau bouchon de vase d’expansion (avril 1995), axe de ventilateur plus résistant (février 1996) et adoption d'un nouveau radiateur (janvier 1997).
  • Boîte de vitesses. Incident possible dès 45 000 km, surtout sur les versions Sporting. Peut obliger à une réfection ou un remplacement de la boîte.
  • Embrayage. Mécanisme parfois dégradé à partir de 50 000 km.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 0.9. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1993, problème de poussoirs hydrauliques (à changer).
  • Moteur 0.9. Sur les modèles fabriquées jusqu'en avril 1994, cognement des culbuteurs à froid.
  • Moteur 0.9. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1994, perturbation chronique de la gestion moteur. Causée par la défaillance du contacteur de papillon et des soucis sur la sonde de température d’eau. Modifications usine : adoption d'une nouvelle centrale d’injection (avril 1994), adoption d'une nouvelle sonde Lambda (juillet 1994).
  • Moteur 0.9. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1998, encore des perturbations de fonctionnement. Causés par la sonde Lambda sur les modèles fabriquées entre juillet 1994 et juillet 1996, et/ou par le capteur de pression sur les modèles fabriquées entre juillet 1993 et juillet 1998).
  • Moteur 0.9. Sur les modèles fabriquées jusqu'en mars 1998, suintement d’huile par le joint de carter et le joint spi de vilebrequin
  • Moteur 1.1 (version Sporting). Fonctionnement parfois heurté, à-coups. Souvent causé par un problème de sonde Lambda.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1994, passage des vitesses difficile. Causé par un manque de graissage en usine.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1994, difficulté de passage des vitesses à froid, notamment pour les 1ère, 5ème et la marche arrière. Et les câbles de commande de boîte ne sont pas réglables les modèles fabriquées jusqu’en octobre 1993.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriquées jusqu'en octobre 1997, le passage en 5ème peut accrocher à partir de 45 000 km. Causé par un problème de tringlerie ou, plus ennuyeux, de synchro.
  • Embrayage. Sur les modèles fabriquées jusqu'en janvier 1998, usure accélérée du disque. Causé par un dérèglement de la course à la pédale.
  • Amortisseurs. Longévité un peu limitée (moins de 80 000 km).
  • Amortisseurs arrière. Bruits parasites.
  • Freins. Médiocre longévité des plaquettes avant (environ 25 000 km) et des garnitures de tambour arrière.
  • Pneus. Sur les versions Sporting, durée de vie limitée des pneus Pirelli (25 000 km environ).
  • Roulements de roues. Ils deviennent parfois bruyants dès 25 000 km. Amélioration usine partielle depuis juillet 1994. Mais, par la suite, ils sont encore un peu faibles : remplacement fréquent à partir de 70 000 km.
  • Echappement. Vibrations, causée par le tube entre le collecteur et le catalyseur).
  • Echappement. Médiocre longévité, notamment du silencieux arrière.

Aspect extérieur :

  • Peinture. Ternissement des teintes vives, au bout de 4-5 ans, surtout sur le rouge.
  • Pare-chocs. Sur les versions Sporting fabriquées jusqu'en juillet 1996, peinture des boucliers pouvant se décoller facilement.
  • Portières. Sur les modèles fabriquées jusqu'en avril 1993, difficulté de fermeture. Remède : réglage des gâches de serrures.
  • Feux arrière. Défaillances d’ampoules particulièrement fréquentes.
  • Enjoliveurs de roues. Trop débordants, il sont très sensibles aux rayures.

Finition intérieure :

  • Plastiques. Plastique des accoudoirs avant sensible aux rayures et très salissant, déformation du plastique encadrant l’emplacement de l’autoradio.
  • Volant en cuir. Version Sporting, dégradation du cuir au bout de 3 à 5 ans.
  • Sièges avant. Jeu sur les glissières de réglage longitudinal et sur les dossiers.
  • Bruits parasites. Grincements de la tablette arrière. Causés par le frottement des rebords de tablette contre l’habillage en plastique du coffre. Bruit sur les gâches de serrures des portières, accru à partir de 25 000 km. Quelques bruits de sièges et, plus marqués, de planche de bord.
  • Frein à main. Sur les modèles fabriquées jusqu'en décembre 1997, bruit parasite (grésillement) sur la poignée. Causé par le câble de commande. Améliorations usine : modification du système complet (septembre 1997), câble et gaine allongées (décembre 1997).
  • Lève-vitres. Fort grincement des vitres en manœuvre.
  • Tablette arrière. Sur les modèles fabriquées jusqu'en décembre 1993, fragilité de ses supports.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Lève-vitres électriques. Sur les modèles fabriquées jusqu'en juillet 1995, fonctionnement perturbé par des faux contacts.
  • Voyants. Sur les modèles fabriquées jusqu'en mai 1993, allumage sans raison du témoin d’alerte d’injection au tableau de bord.
  • Compteur de vitesse. Aiguille très vibrante.
  • Climatisation. Sur les modèles fabriquées jusqu'en mai 1993, légères fuites de gaz sur le circuit.
  • Radio. Bourdonnement marqué des haut-parleurs à volume élevé.

Rappel de rectification en concession :

  • Rien de particulier

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

Meilleures versions

En essence : SPORTING

Elle est bien décorée extérieurement, et plutôt amusante à conduire. Mais les performances sont loin d'être celles d’une voiture de sport. Inconfort total. Et le budget risque de souffrir de la faible longévité des pièces d’usure. Pas de diesel au catalogue.
Commercialisation : 1994
Puissance fiscale : 6
Puissance réelle : 54 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

Mots clés :

En savoir plus sur : Fiat Cinquecento

SPONSORISE

Avis Fiat Cinquecento

Cinquecento S (1996)

Par coco15 le 13/01/2019

C'est ma deuxième Cinquecentoj'avais acheté une presque neuve en 1995 et celle-ci est une de 1996 (35000 kms, 1000 euros) que j'ai depuis trois ans, j'en suis à 55000 kmsElle me sert maintenant de temps en temps en région parisienne (mais elle est mal partie vu que la prime à la conversion lui a donné deux fois sa valeur d'achat...)le plus gros atout de ce modèle est son apparence sympathique et son adaptation extraordinaire à la ville (3,23m mais 4 places très correctes), pas de direction assistée mais une fois en route, cela ne gêne pas du toutfinition ultra légère (tôle apparente), etc... mais pas de pannes électriques (vitres et centralisation marchent très bien après toutes ces années, ampoules qui ne grillent pas)moteur très doux (bonne injection : les ronds points au ralenti, et on repart en 3ème !) mais pas du tout moderne (donc à conduire sur le couple)le reste de la partie technique est assez moderne pour l'époque (4 roues indépendantes, aérodynamique, visibilité excellente, se transforme très facilement, vitres AR à compas : très agréable l'été, évacuation très efficace de la chaleur)suspension digérant bien la charge et déjà confortable à videfreins sans ABS (attention vu la faible dimension des pneus), tenue de route saine, avec du roulisairbags inconnus.budget d'utilisation très réduit, poids très faibleconsommation hors ville 5,5Lon peut faire de la route, mais au-delà de 120km/h le moteur se rappelle à votre souvenir (il beugle)en revanche jusqu'à 100 km/h silence de marche très correct pour la catégorie (peu de bruits de roulement ou de vent, moteur discret)fiabilité générale moyenne (j'ai dû faire refaire un joint de culasse et apparemment je ne suis pas le seul) mais coût des pièces très limitémoteur semble solide (pas de consommation d'huile), catalyseur ne m'a pas lâché malgré son âgecommande de boîte très imprécise : la marche AR nécessite parfois deux tentatives pour passerc'est donc une voiture optimisée pour la ville mais une vraie voiture.

Forum Fiat Cinquecento

Commentaires ()

Déposer un commentaire