Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Alfa 166

Dans Guide fiabilité / Autres actu fiabilité

Alfa 166

Dates clés

  • Commercialisation : octobre 1998 - Restyling : octobre 2003
Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

Cette belle et grande berline italienne, au style effilé, a toujours été très discrète sur notre marché. Elle n'en est que plus désirable. D'autant que ses prix, malgré ses talents réels et son fort potentiel de séduction, demeurent assez bas. Comme, par ailleurs, sa qualité de fabrication est plutôt bonne et qu'elle a tourné le dos aux anciens démons de la marque en matière de pannes, l'achat est véritablement tentant. Aussi bien en essence – ah, les beaux moteurs ! – qu'en diesel. Malgré sa longue carrière, elle ne se trouve qu'au compte-gouttes sur notre marché.

Caradisiac a aimé

  • L'équipement riche
  • L'ambiance chaleureuse à bord
  • Le silence
  • Les sièges avant confortables et enveloppant

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'habitabilité arrière
  • La banquette fixe
  • La commande peu ergonomique du régulateur de vitesse

Nos versions préférées

  • 2.5 V6 SELECTIVE
  • 2.4 JTD 175 CH SELECTIVE

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le style général : la ligne fluide, effilée, ne manque ni de classe ni de personnalité.
  • L'ambiance à bord : chaleureuse. La sellerie, qu'elle soit en velours ou en cuir se montre dans tous les cas très accueillante et visuellement belle.
  • L'équipement : riche ou… très riche suivant les versions. C'est du haut de gamme qui se respecte. climatisation automatique et essuie-glaces avec détecteur de pluie sur toute les versions. Et bien plus encore au fur et à mesure que l'on monte en gamme.
  • Le silence : ce n'est plus une Alfa à l'ancienne. Le soin apporté à l'insonorisation est évident, et le bruit des moteurs, quoiqu'encore présent, n'est plus que discret. Dosage réussi sur ce point.
  • Les sièges avant : bien dessinés, ils offrent un maintien et un confort très satisfaisants.

Ce qui peut faire hésiter

  • L'habitabilité arrière : le passager du centre profite de peu de place.
  • L'écran multifonction : il est placé trop bas sur la console centrale et exige une solide habitude pour être que l'on arrive à l'utiliser. Que c'est compliqué !
  • La moindre pression sur le lave glace occasionne un jet de plusieurs secondes; Impossible d'obtenir juste quelques gouttes.
  • La commande du régulateur de vitesse : manipulation par l'extrémité du commodo gauche, c'est vraiment peu naturel et pas pratique.
  • La banquette fixe : aucune modularité possible.

3. Budget

Achat / Cote :

La cote est moins soutenue que chez la concurrence - notamment allemande -, ce qui permet des achats à bon compte. Y compris sur les diesels. Les versions à essence sont très alléchantes en tarifs.

Consommation :

Moteur diesel sobre dès le départ de ce modèle, et dont l'appétit se réduit au fur et à mesure qu'il augmente en puissance. Les versions à essence récupèrent des mécaniques (4 ou 6 cylindres) intrinsèquement un peu gourmandes, et dont l'appétit ne peut être qu'élevé sur cette berline assez lourde.

Assurance :

Prix dans la norme de la catégorie, c'est à dire forcément un peu élevés.

Prix des pièces :

Pas de cherté excessive dans l'ensemble, hormis quelques anomalies ponctuelles. Attention : les retouches de peinture sur la teinte si particulière Nuvola (gris très clair aux reflets particulièrement travaillés) sont extrêmement onéreuses.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 25 000 km suivant les modèles (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km.

4. Fiabilité

Description :

Née au moment du redressement d'Alfa sur le chapitre de la qualité, cette berline se présente plutôt sous de bons auspices. De plus, Alfa a voulu la positionner assez en haut de gamme pour ce qui est de la finition intérieure. Au final, c'est une voiture digne de son rang, bien construite et qui réserve un taux de pannes dans la moyenne. Pas plus.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteurs diesel. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 2001, possibles incidents sur la pompe d’injection et sur les injecteurs. Symptômes : perte de puissance, et/ou ralenti devenant irrégulier et impossible à régler par une reprogrammation électronique ; également quelques suintements de gazole sur la rampe commune d'injection. Mais de nombreuses améliorations ont été assez vite apportées en usine. La fiabilité de toute la partie injection de ces moteurs est devenue normale à partir de janvier 2000. Encore quelques incidents sporadiques de pompe d'injection jusqu'aux productions de juillet 2001.
  • Moteur 2.4 JTD 136 et 140 ch. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, risque d’encrassement, voire de casse du turbo à géométrie variable.
  • Boîte automatique. Quelques aléas de fonctionnement, qui vont du simple soucis de pilotage électronique (reprogrammation nécessaire) jusqu'à l'endommagement de pièces mécaniques internes, ou à la mise hors service du boîtier de gestion, qui est alors à remplacer. Phénomènes assez rares, mais sporadiquement constatés.
  • Train avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’à juillet 2001, bruit de train avant. Causé par les rotules d’articulation des bras supérieurs de suspension. Exige un remplacement parfois à partir de 40 000 km.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 4 cylindres essence 2.0 T.S.. Sur les modèles fabriqués jusqu’en février 1999, apparition à partir de 60 000 km d’un bruit additionnel, causé par le système de commande variable des arbres à cames. Remède : remplacement du variateur de phase.
  • Moteur diesel. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2000, trous à l’accélération. causés par le mauvais branchement entre le câblage du potentiomètre et le câblage du calculateur d’injection.
  • Moteur diesel. Sur les 2.4 JTD fabriqués jusqu'en juillet 2001, suintement de gazole sur le capteur de pression de la rampe d’injection.
  • Moteur diesel 136 ch. Sifflement et risque d'usure prématurée de la courroie d’accessoires. Causé par un déficit de tension.
  • Boîte 6 vitesses manuelle. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 2001, possible difficulté de passage de la 3ème, voire incident plus grave ayant pu nécessiter un remplacement de boîte.
  • Direction. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, un aléa peut se manifester sur la régulation électronique de l’assistance de direction.
  • Train avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en janvier 2003, mauvais réglage d'origine. Ce qui provoque une usure asymétrique et accélérée des pneus. Une première amélioration a été apportée en décembre 1999, et tout redevient normal en janvier 2003.
  • Train arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999, dérèglement caractérisé et marqué d'origine. A pu accélérer l’usure des pneus.
  • Roulements de roues. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999, usure parfois rapide des roulements de roue.

Aspect extérieur :

  • Carrosserie. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999, défaut d’alignement du couvercle de coffre. Se règle en intervenant sur les charnières.

Finition intérieure :

  • Bruits parasites. Quelques vibrations aux extrémités de la planche de bord et en provenance des sièges. Bruit de frottement en provenance des pédales. Bruits et crissements sur le cache de colonne de direction, et soufflet de levier de vitesse. Une nette amélioration a été apportée en 2003.
  • Surtapis. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, caches en plastique des attaches des surtapis mal fixés.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Climatisation. Sur les 2.4 JTD construites jusqu’en juillet 2001, la climatisation peut aléatoirement donner de l’air trop chaud ou trop froid. Causé par le pilotage électronique. Remède : reparamétrage du boîtier de pilotage de la clim.
  • Voyants d'airbag. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2001, allumage inopiné (sans que le fonctionnement de l'airbag soit réellement altéré).
  • Jauge à carburant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en janvier 1999, indications fantaisistes
  • Montre. Sur les modèles fabriqués jusqu’en janvier 1999, tendance à retarder.
  • Ordinateur de bord. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2001, l’ordinateur de bord pâtit de dysfonctionnements : informations erronées ou des pannes, et l’écran d’affichage central peut être défaillant. Une première amélioration avait été apportée en usine en juillet 1999.
  • GPS. Dysfonctionnements et caprices possibles du système navigation.

Rappel de rectification en concession :

  • Embrayage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, risque de panne soudaine de la commande d’embrayage. Causé par l'absence en usine d’une rondelle sur l’axe de commande situé entre la pédale d’embrayage et le cylindre émetteur. Ajout de la rondelle par les concessionnaires au printemps 2000.
  • Train arrière. Sur les modèles construits jusqu’en décembre 1999, risque de perte de guidage du train arrière. Causé par la faiblesse d’une rondelle située sur les bras d’articulation des bras de suspension. Les voitures ont été rectifiées en 2000 par les concessionnaires lors des passages en révision ou par envoi de courrier.
  • Réservoir de carburant. Sur les modèles fabriqués entre mai et septembre 2004, le raccord d'évacuation des vapeurs de carburant peut se craqueler avec l'âge. Il fait partie intégrante du réservoir. Rappel fin 2004 : remplacement du réservoir en entier. 176 voitures en France, 3 137 au total.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

5. Meilleures versions

En essence : 2.5 V6 SELECTIVE

Le plus petit des V6 octroie déjà un très bon plaisir de conduite. Surtout par ses sonorités douces et assez plaisantes. Une version très homogène, très réussie.
Commercialisation : 2003
Puissance fiscale : 14
Puissance réelle : 190/188 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : 2.4 JTD 175 CH SELECTIVE

En octobre 2003 arrivent les 4 soupapes par cylindre sur ce beau diesel. Son fonctionnement se révèle très agréble, pour un appétit quasi identique à celui du 150 ch. La puissance est majorée de 10 ch en janvier 2006.
Commercialisation : 2003
Puissance fiscale : 11
Puissance réelle : 175 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Mots clés :

En savoir plus sur : Alfa Romeo 166

Modèles concurrents

 
Commentaires (16)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

on possède une 166 2.4 jtd 136 ch de 2001, c'est un véhicule que l'on a acheté l'année dernière pour 10 500€ avec une garantie d' un an. C'est un véhicule super: confortable, silencieux, spacieux, relativement économique( 6l au 100) malgré son poids. on se sent en sécurité dedans et elle a un look d'enfer : elle impose! On est parti en vacances avec, ormis un problème de clim. que le garagiste avait oublié de charger, on a pu se faire plaisir sur l'autoroute car avec le 5 cylindres et la boite 6, c'est le top!:love: C'est un véhicule que je conseille vivement, c'est un bon rapport qualité- prix. Nous la prochaine ça sera une Alfa Roméo..... Modèle inconnu!

Par Anonyme

Ma 166 accuse aujourd'hui 190.000 et pas une ride ! Elle est de juin 2001, avec 140ch un 5 cylindres et une boite 6 elle est à mon goût le vaisseau amiral de la marque; int tout cuir momo, sièges élect. chauffant à 3 mémoires, GPS et changeur 6 cd, 4 vitres élect., rétro élect escamotables, régul vit., 5 jantes d'origines en 17 pouces. Absolument formidable. A essayer, acquérir, et à garder.

Par Anonyme

Depuis déjà plusieurs années, la presse ne cesse de faire des éloges de ce modèle injustement méconnu. C'est justement en 2005 que j'ai acheté ma 166 3.0 sportronic de 2001. Elle n'avait que 25000 kms, et n'en a que 38000 à ce jour. Je ne la sors que pour des sorties d'agrément, mais quel panard à son bord, et ce moteur !!!! que du bonheur. Laissez-moi rire quand je vois une critique sur la commodité du régulateur. Pour moi rien à redire. Et quand on nous dit que ses moteurs essences sont gourmands: jugez plutôt : 8.6 à 8.9l sur autoroute à 120 km/h selon la topographie du relief. C'est quand même un v6 de 220cv. Un moteur vanté et jugé par la presse comme un des meilleur sinon le meilleur v6 : l'ARESE.   Le seul risque est d'y gouter  et d'en devenir adict.

Par Anonyme

Alfiste depuis 1987 je suis très déçu de ma 166 de 2004 2.4 jtd ,casse courroie de distribution à a peine 38000kms .Je ne parle meme pas du service après vente qui pour moi ne vaut alors vraiment rien du tout.Usure anormale des pneus arrières due a un mauvais réglage du  train arrière .Rouille sur poignées de portes chromées.Je pense que ce sera ma dernière Alfa.

Par Anonyme

oui c'est une super voiture,qui a cependant beaucoup de défauts. A 78000 km, panne sur autoroute, le tendeur de courroie (direction et alternateur):faites vous réparer un vendredi 23 décembre! cadeux de noël une ardoise de 431 €. A partir de 100000 km, c'est la soupape electrique du turbo, puis combinateur electronique de commande des feux, régulateur; le fin du fin: le turbo à 117000 km, puis le moteur d'essuis glace (pour lequel il a fallu attendre six mois !!!); maintenant ce sont les moteurs de fermeture electrique des portes qui lachent; enfin bref cette merveille toujouirs entretenue dans le réseau Alfa Roméo m'a coutée la bagatelle de 4500 € en réparatino uniquement !!! Le réseau Fiat Alfa Roméo en région parisienne : scandaleux ! Malgrés une lettre de mécontentement à la direction générale  Alfa Roméo France rien ne m'a été proposé, même pas une visite gratuite, pour un véhicule de 45000 € quand même. Je pense que chez certaines marques d'outre rhin, on m'aurait déja fait mille propositions pour me conserver comme client

Par Anonyme

Malheureusement d'accord avec les commentaires ci dessus. Alfa 166 comme 156 et autres sont des merveilleuses voitures ( meme la 147) :bien: Mais le SAV en France gâche tout : LAMENTABLE. J'ai la chance d'habiter près de la frontière Belge (en France) et je fais entretenir mon Alfa GT par un "Vieux de la Vieille" propriétaire d'un garage Alfa, lui-même Italien et AMOUREUX de son métier. Oui il en reste encore, mais dépêchez vous l'espêce est en voie de disparition. :lover: Maintenant nous avons affaire à des Techniciens plus commerciaux que techniciens et le profit à court terme est primordial.:violon: Donc pour les réclamations : Allez voir ailleurs ! Effectivement c'est ce qui va se passer petit à petit ... avec regrêts :bah:

Par Anonyme

quel est le non et l endroit de ton garagiste en belgique s il te plait

Par Anonyme

Bonjour, je possède une 166 2.4 JTD 140 Ch de 2001 affichant 200 000 Kms au compteur. J'en suis ravi. C'est une auto exeptionnelle !!! Pas une seule panne en 200 000 Kms hormis un mécanisme de fermeture centralisée. Je suis garagiste et je peux vous dire que les voitures italiennes sont , maintenant , très fiables, surtout par rapport à certaines berlines allemandes bien plus chers et soit-disant beaucoup plus fiables (laissez moi rire !!!) qui pètent des turbos, des débimètres ou des boites à des kilométrages bien inferieurs. La 166 est une voiture extrèmement agréable à conduire, une tenue de route d'enfert, un confort et une insonorisation irréprochable, un moteur JTD mélodieux (ce qui est rare pour un diesel) et économique ( 6L/100Kms) au vu du poids et de la cylindrée.  Il n'y a que la finition qui ne soit pas irréprochable mais, au demeurant, bien meilleure que sur une francaise. Certe, il y aura toujours les bons "franchouillards" qui en sont resté au années 80 et qui vous dirons qu'une italienne, ça tombe souvent en panne et que ça rouille. Eh bien, je peux vous dire que ce temps là est bien révolu.

Par Anonyme

Cher bernard, les marques d'outre Rhin, comme vous dites, ne font pas mieux en terme de service après-vente, bien au contraire ! Prenez l'exemple de Volkswagen / Audi qui rencontrent, depuis des années, toujours les mêmes problèmes sur leurs autos, et qui ne veulent toujours pas le reconnaitre. A savoir les débimètres, les casses prématurées de turbos, les mécanismes des vitres électriques, les boites 6 vitesses des TDI 115, 130 et 150ch qui cassent comme du verre, ... et j'en passe et des meilleurs ! Chez eux non plus, n'espérez pas de participation. De toute façon, ils vont vous répondre qu'il ne s'agit pas d'un défaut de fabrication récurent. Tiens donc !!  Demandez à un propriétaire de VW ou Audi s'il n'a jamais rencontré un de ces problème, sinon, tous. Quand à votre 166, je pense qu'il doit s'agir d'un modèle d'avant 2001, qui, effectivement, à rencontré quelques problèmes de jeunesse, très vite résolus par la suite. De toute facon, aujourd'hui, aucune marque n'est infaillible, pas même Mercedes ou Toyota.   

Par Anonyme

je suis propriétaire d une 166 bleue irisée.V6 3L2 année 2002. cuir bleu.155000 kms.entretien réseau alfa. installation téléphonique. je suis vendeur. combien m'en offrez vous?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire