Kevin Scott a 21 ans et est fraîchement diplômé d'une école de design. Il vit en Angleterre, où les statistiques concernant les vols de vélos ont de quoi vous faire passer l'envie de pédaler : 52 vélos sont dérobés chaque jour à Londres – les vols ayant augmenté de près de 28% l'an dernier. Sûrement las de retrouver un emplacement vide à la place de son moyen de transport, il a développé un vélo capable de s'auto-sécuriser, et ce d'une manière franchement originale.

Pour protéger efficacement son vélo, il n'existe pas 36 solutions : il faut investir dans un solide antivol, voire deux (les experts recommandent de mettre environ 10% du prix d'achat du vélo dans l'antivol), et toujours le fixer sur un support inamovible. Malgré cela, rien ne garantit qu'il ne disparaîtra pas ; les voleurs sont ingénieux, voyez-vous, et beaucoup d'entre nous hésitent à sortir leur deux-roues adoré du garage par peur de ne plus le retrouver. Et pour cela, le vélo inventé par Kevin Scott est particulièrement ingénieux ; le cadre, maintenu rigide grâce à un système de cliquet, devient souple grâce à l'action d'un simple levier et permet à l'utilisateur de le plier autour d'un support simple, un lampadaire par exemple. Ainsi contorsionné, le vélo imaginé par Scott devient sécurisé car il bloque toutes les parties habituellement attirantes pour les voleurs, évite de devoir y attacher un antivol et garantit que même le plus chevronné des voleurs ne parviendra pas à l'arracher à son point de stationnement. Kevin Scott est en tout cas persuadé que son invention pourrait bien intéresser un fabriquant de vélos et espère retrouver bientôt son projet dans le commerce. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.