Lors de son essai, j'avais bien eu du mal à tempérer mon enthousiasme face à la Fisker Karma : concept écologique abouti, ligne fabuleuse, performances remarquables et autonomie acceptable en font une excellente voiture. À vrai dire, seules des places arrière trop petites et une capacité de coffre ridicule l'empêchent d'être parfaite.
Alors quand VL Automotive, un petit artisan du fin fond du Michigan, créée tout de même par Bob Lutz, ancien vice-président de GM, et un industriel du nom de Gilbert Villereal, annonce qu'il va prendre des Karma pour les refaire à sa sauce, on s'attend au pire. Mais quand la Destino (c'est son nom) est dévoilée, il est difficile, très difficile de ne pas être une nouvelle fois séduit. Il a déjà le bon goût de ne pas trop toucher à l'esthétique dessinée d'une main de maître par Henrik Fisker, papa entre autres de la BMW Z8 et des Aston-Martin DB9 et V8 Vantage, en se contentant juste de redessiner les pare-chocs avant et bien sûr arrière, pour accueillir les sorties d'échappement (que la Fisker Karma a juste derrière les roues avant).
Par contre, au niveau mécanique, il a la main plus lourde. Ainsi, les deux moteurs électriques de 150 kW chacun, la batterie de 20,1 kWh et le prolongateur d'autonomie 4 cylindres 2,0 l turbo de 212 ch d'origine GM sont remplacés par le V8 6,2 l à compresseur LS9 de la Corvette ZR1 et ses 647 ch. Et un très gros réservoir de carburant. Certes, on oublie totalement l'esprit vert original de la Karma et on empiète quelque peu sur les plates-bandes de la Cadillac CTS-V à la recette similaire, mais ça n'empêche que cette Destino est diablement séduisante.
Elle sera disponible à partir de la fin de l'année 2013 et sera proposée en boîtes automatique ou mécanique, toutes deux à six rapports, mais pour l'instant aucun prix n'a été communiqué, même s'il devrait se situer aux environs des $180,000 (130 000 €) contre $102,000 pour la Karma.
Source : Autoblog.com
Twitter : @PierreDdeG