Si chez nous, on ferme les usines en mal de compétitivité, les pays que l'on dit plus intéressant pour les comptes de nos chères entreprises ne sont pas des havres de paix. En Inde, une révolte dans l'usine Maruti-Suzuki a dégénéré en émeute meurtrière puisque le directeur du personnel a été tué et le site partiellement détruit par les flammes.

Ce sont plus de 1200 policiers qui sont venus sécuriser l'usine de production Maruti Suzuki située au sud de New Dehli dans laquelle des émeutes ont eu lieu dans la journée de mercredi. 90 personnes ont été arrêtées après que la foule en colère a commencé à saccager le site en y mettant le feu. La police étudie les images des caméras de surveillance pour tenter d'identifier les auteurs des violences qui ont coûté la vie au directeur du personnel et blessé des dizaines d'employés.

Inde : les ouvriers Maruti-Suzuki tuent un directeur et brûlent leur usine
Les troubles ont débuté après la tenue d'un conseil disciplinaire concernant un employé alors que le site connaît des grèves depuis l'année dernière pour protester contre les conditions de travail et l'attitude anti-syndicale de la direction. Les discussions ont dégénéré jusqu'à en venir aux mains mais dirigeants et syndicats se renvoient la responsabilité du début des bagarres. L'altercation a ensuite gagné l'usine où les ouvriers armés de barres de fer et de poutres se sont mis à chasser les cadres et tous les dirigeants dans plusieurs zones du site avant de mettre le feu aux bureaux.

L'usine capable de sortir jusqu'à 550,000 voitures par an reste fermée pour le moment.