Les retournements de situation industriels et économiques sont parfois rapides et il n'est pas rare qu'une entreprise à l'article de la mort rachetée par un « bienfaiteur » intéressé devienne après quelques mois celle qui secoure le sauveteur initial. L'annonce de la hausse de 80% des bénéfices de Chrysler au troisième trimestre font penser que nous sommes dans ce cas de figure déjà vu entre Renault et Nissan.


Au troisième trimestre de cette année, Chrysler a enregistré un profit de 381 millions de dollars en hausse de 80%, un bénéfice opérationnel de 706 millions de dollars en hausse de 46%, un Chiffre d'Affaires de 15,5 milliards de dollars en augmentation de 18% et des ventes en hausse de 12% à 556,000 unités.


Sur l'ensemble de l'année, si les profits sont en légère baisse à 1,29 milliard de dollars, le profit opérationnel grimpe de 50% à 2,2 milliards de dollars. La prévision de Chrysler pour l'ensemble de 2012 est de 2,3 à 2,4 millions de voitures vendues avec un bénéfice net espéré de 1,5 milliard de dollars.


Chrysler est détenu à 61,8% par Fiat qui doit de son côté annoncer ses résultats aujourd'hui. Si la tendance du premier semestre se vérifie, ce sera bien Chrysler qui se portera au secours de Fiat. On pourra alors dire – chose rare - que Sergio Marchionne a eu le nez creux.