Les alertes aux particules fines touchent régulièrement la France, et respirer l'air ambiant prend parfois des allures de prise de risque. Pour savoir dans quelles régions la pollution est la plus forte et où il pourrait faire encore bon vivre, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) lance un projet de cartographie.

Le projet ne concernera pas seulement la qualité de l'air mais aussi les teneurs en nickel, cadmium, chrome et plomb. Pour le moment, seul le Pas-de-Calais et la Picardie en ont bénéficié, mais l'Institut a pour ambition de développer sa cartographie à tout le territoire.

Une cartographie qui permettra également de mettre en évidence les populations les plus vulnérables. « Pour l’ensemble des polluants, la classe d’âge la plus vulnérable est systématiquement celle des 2 à 7 ans. Les voies d’exposition prépondérantes correspondent, selon les régions, à l’ingestion d’eau de consommation et de sol pour le plomb, de légumes pour le cadmium et à l’inhalation pour le nickel », explique l'Institut. Les données collectées viendront essentiellement du Bureau de recherches géologiques et minières, des différentes agences locales de l'eau, de l'Institut national de recherche agronomique, de l'Insee et du ministère de l'Ecologie.
Source 20Minutes.