« Chose promise chose due, dit-on », aime à dire Roberto Escuelos.

Il y a quelques jours à l’occasion d’un Minuit chicanes en queue de poisson, j’ai bien constaté que certains d’entre vous souhaitent manifestement discuter de la stratégie sportive de la marque aux anneaux, Audi.

Il est bien 22h et puisque l’espace ne nous manque pas, je vous propose d’en discuter ce soir.

J’avoue, qu’en ce qui me concerne, la stratégie sportive d’Audi me paraît plutôt judicieuse. La marque s’est construite un magnifique palmarès dont elle peut maintenant évidemment se prévaloir, sans trop d’opposition, dans les années 2000 en endurance. Ensuite, il y a eu Peugeot, qui a raflé la plupart des courses même si Audi est resté maître du Mans. C’est au tour de Toyota de constituer l’adversaire de choix d’Audi en endurance.

Mais Audi en sport auto c’est aussi le DTM. Et après avoir dû se contenter d’affronter seulement Mercedes, à partir de 2012, Audi va trouver deux adversaires sur son chemin : Mercedes toujours et BMW de retour.

Enfin, Audi est également présent en GT3, catégorie dans laquelle la R8 LMS a remporté de nombreux succès face à une opposition fournie. Cette année, Audi va tenter, à travers ces écuries clientes, de continuer à poursuivre la série en y ajoutant sans aucun doute l’objectif de briller en World GT.