Peugeot-406-Coupe-40175.jpg

Dates clés

Commercialisation : mai 1997 à novembre 2004 - Restyling de carrosserie (à l'avant) : mai 2003

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Il n'est plus produit mais il reste puissamment désirable : sans doute moins frime que celle de son remplaçant le coupé 407, sa ligne est fluide et très élégante. Et, pour ce qui est des qualités routières, il n'a pas de leçon à recevoir. Sa conduite reste également fort plaisante, et c'est un de rares coupés de sa génération, à proposer aussi une version diesel, avec filtre à particules s'il vous plait, ce qui pour le coup était carrément inédit. Même si sa cote reste soutenue, ses prix aujourd'hui n'ont rien d'excessif, ce qui permet des achats très honnêtes et raisonnables sur tous les plans.

Caradisiac a aimé

  • La pureté de la ligne
  • L'espace intérieur généreux
  • Le confort
  • Les qualités dynamiques
  • L'équipement

Caradisiac n'a pas aimé

  • Le bruit désagréable des 2.0 essence
  • La commande de boîte
  • La réception radio

Nos versions préférées

  • 3.0 V6 ST PACK SPORT
  • COUPE 2.2 HDI PACK

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • Le style : il fait l’unanimité ou presque. La carrosserie signée Pininfarina, très classique, conserve au fil des ans tout le charme attaché à son classicisme.
  • L'espace intérieur : il est assez généreux. Ce coupés identifié comme 4 places peut effectivement accueillir 4 personnes.
  • Le confort : la suspension préserve parfaitement la quiétude des occupants. Remarquable filtration générale, tant pour les vibrations mécaniques que pour les inégalités de la chaussée.
  • Les sièges avant : bien dessinés, il sont suffisamment enveloppants et assurent un bon maintien du corps en virage.
  • L'ambiance intérieure : elle est plutôt raffinée, avec l'atout d'une présentation sans faiblesse et d'une finition plutôt sérieuse.
  • Les qualités dynamiques : très bon comportement routier, avec le concours de surcroît d'un freinage irréprochable. Les réactions sont saines sur tout type de route.
  • L'agrément au volant : une réelle douceur de conduite.
  • L'équipement : au minimum complet, et très riche sur les versions Pack, lesquelles se parent d'une très belle sellerie en cuir et d'un système d'avancée électrique automatique des sièges avant lorsque leur dossier est incliné pour laisser l'accès à l'arrière.

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • Le bruit des versions 2.0 l : un peu excessif, surtout sur la première génération des moteurs 2.0 l.
  • La commande de la boîte de vitesses : elle n'est pas détestable mais imparfaite en agrément.
  • La réception radio : elle était très imparfaite sur les premiers modèles. Des améliorations ont été apportées en juillet 2001 et septembre 2001.

3. Budget

Achat / Cote :

Les prix se sont tassés après avoir navigué à des niveaux de surcote élevé pendant longtemps. Aujourd'hui, dans une fourchette de prix sans excès, vous pouvez trouver des exemplaires en très bon état, bien entretenus et pas forcément chargés en kilomètres. Sauf pour les versions HDI, qui présentent très souvent des kilométrages fort élevés.

Consommation :

Les 4 cylindres à essence ne sont pas spécialement sobres, surtout le premier moteur 2.0 l, dont le rapport performances / consommation n'apparaît pas des plus favorables. La situation s'améliore sur le second 2.0 l, puis avec le 2.2 l qui boit normalement étant donné le niveau de performances proposé. La consommation des V6 est un peu forte, surtout pour la première version 194 ch. La version diesel, ave son bon moteur HDI, est évidemment très sobre.

Assurance :

Pas spécialement chère pour un coupé de ce standing.

Prix des pièces :

Tarifs très convenables.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 30 000 km suivent les modèles (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 à 180 000 km suivant les versions et les millésimes.

4. Fiabilité

Description :

Ce modèle mécaniquement dérivé de la berline 406 bénéficie de la bonne fiabilité d'ensemble de ce modèle. Les incidents ne sont pas nombreux et, lorsqu'ils existent, atteignent rarement des niveaux de gravité importants. La tranquillité d'utilisation est globalement assurée jusqu'à des kilométrages assez élevés, avec des ennuis de parcours éventuels et plutôt secondaires.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteur V6 210 ch. Sur les versions 210 ch fabriquées jusqu'à décembre 2001, le fonctionnement peut devenir chaotique. Causé par la défaillance des bobines d'allumage. Survient parfois dès 15 000 km. Elles ont souvent été remplacées sous garantie. Encore quelques faiblesses sur ce point par la suite, jusqu'aux modèles 2004, mais très nettement raréfiés.
  • Moteur 2.2 HDI. Sur les versions HDI fabriquées jusqu’en 2002, forte sensibilité aux gazoles de mauvaise qualité (chargés à l'excès en humidité ou en impureté). Peut causer de graves avaries sur tout le système d'injection, voire le moteur lui-même.
  • Moteur 2.2 HDI. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2001, possible grippage de la pompe de gavage (celle située dans le réservoir). Peut interrompre l’alimentation du moteur en carburant et immobiliser la voiture.
  • Boîte automatique. Problème sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999 et encore jusqu’aux productions de fin 2000 : hésitation lors du passage des rapports. Remède : reprogrammation. Mais les aléas du pilotage électronique peuvent aussi générer une immobilisation soudaine, en inhibant le passage des rapports. De plus, ces incertitudes de passage des rapports peuvent provoquer une usure de pièces internes à la boîte : quelques cas de casse de boîte sont recensés à partir de 80 000 km.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Démarreur. Sur les versions 2.0 fabriquées jusqu'en juin 1998, démarrage lent à froid. Causé par le calibrage du calculateur d’injection. Remède : téléchargement d'un nouveau soft.
  • Moteur 2.0 essence. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1998, suintement d’huile sur le joint de carter moteur vers 70 000 km. Causé par la fixation du compresseur de climatisation sur le carter. Sans gravité.
  • Moteur 2.0 essence. Sur les modèles fabriqués jusqu'en janvier 1999, suintement de liquide de refroidissement sur le côté du boîtier de calorstat, qui se produit parfois à partir de 25 000 km. Se manifeste par un écoulement blanchâtre sur le côté du boîtier.
  • Moteur 2.0 essence. Sur les modèles fabriqués jusqu'en décembre 1998, à-coups à l’accélération, surtout dans les bas régimes. Remède : boîtier à reprogrammer
  • Moteur 2.0 137 ch. Sur ce second moteur 2.0 à 16 soupapes (137 ch) fabriqué jusqu'en décembre 1999, suintement d'huile sur la pompe à huile.
  • Boîte de vitesses mécanique. Sur quelques versions 2.0 fabriquées jusqu'en septembre 1998, dureté croissante d’enclenchement avec craquement lors du passage de la 3ème. Résolu en usine par une meilleure lubrification du synchro, un nouveau carter, des nouvelles fourchette, et un pignon + un arbre primaire revus.

Aspect extérieur :

  • Trappe à carburant. Sur les modèles fabriqués entre juin 2000 et février 2003, elle peut se bloquer et refuser de s'ouvrir. causé par un défaut d’articulation. Coût de la réparation : environ 200 €.

Finition intérieure :

  • Bruits d'air. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1997, sifflements et bruits d’air. Remède : pose d’une feutrine sur les montants de pare-brise et d’une mousse sur le pied des rétroviseurs.
  • Sellerie cuir. sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1997, le cuir peut s'altérer et présenter un aspect râpé au bout de quelques milliers de kilomètres. Il a souvent été remplacé sur les voitures où il était endommagé.
  • Planche de bord. sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1997, ajustement imparfait de la planche de bord, qui est plus haute d’un côté que de l’autre. Peut se rectifier par la pose de cales.

Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

  • Vitres électriques. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1998, léger dysfonctionnement du système d’abaissement automatique des vitres à l’ouverture des portières. Ce qui peut causer une détérioration du joint. Deux améliorations apportées en usine : meilleur réglage des lève-vitres (octobre 1997), amélioration du contact qui transmet l’information de "porte fermée" (juin 1998).
  • Jauge à carburant. sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1997, aiguille de la jauge bloquée ou oscillante.
  • Sellerie cuir. sur les modèles fabriqués jusqu'en mai 1999, quelques dysfonctionnements sur les sièges électriques. Causés par des faux contacts sur les boutons.
  • Totaliseur kilométrique. Sur les modèles fabriqués entre avril 1999 et juin 2003, risque d'aléa soudain du totaliseur kilométrique : il peut se mettre à afficher subitement un kilométrage délirant (plusieurs centaines de milliers de km). Causé par un fil d'alimentation électrique du combiné qui se met à la masse Remède : remplacement du bloc d’instruments. Coût : plus de 300 €.
  • Voyant d'airbag. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2002, allumage sans raison du voyant d’airbag (mais l'airbag n'est pas désactivé et peut fonctionner lors d'un choc). Causé par un défaut du connecteur électrique situé sous le siège conducteur. Il est possible de souder les fils plutôt que de changer le connecteur (qui reste assez fragile, surtout si le siège est souvent amené à changer de réglage longitudinal).
  • Voyant de filtre à particules. Sur les 2.2 HDI, allumage inopiné du voyant d'alerte du filtre à particules au tableau de bord. Souvent causé par le faisceau électrique entre le calculateur moteur et les sondes de température. Mais peut aussi provenir d'un caprice de logiciel électronique.

Rappel et rectification en concession :

  • Moteur 2.2 HDI. Sur les modèles fabriqués jusqu’en avril 2001, risque de rupture de la chaîne reliant les arbres à cames. Peut occasionner de graves dégâts sur le moteur. Rappel à l’été 2002 : remplacement systématique de cette petite chaîne. Des casses moteur ont été entièrement prise en charge par Peugeot.
  • Boîtier de préchauffage. Sur une part des versions 2.2 HDI fabriquées jusqu'en septembre 2003, risque de mauvais vieillissement du boîtier de préchauffage (unité qui pilote les bougies de préchauffage réchauffant le gazole avant la mise ne route du moteur). Finit par provoquer des difficultés de démarrage. Rappel en mai 2006 : remplacement des boîtiers défectueux.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

Prise en charge sous garantie :

  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Prise en charge hors garantie :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

5. Meilleures versions

En essence : 3.0 V6 ST PACK SPORT

Poignée de chevaux supplémentaire en avril 1999 pour cette version revue du V6. Agrément renforcé et consommation revue à la baisse. Cette version se trouve quasiment toujours en livrée haut de gamme, très flatteuse.
Commercialisation : 2001
Puissance fiscale : 14
Puissance réelle : 194/210 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En diesel : COUPE 2.2 HDI PACK

La greffe du moteur diesel s'opère sans déshonneur, sur ce modèle à la fois très classe et tourné vers le plaisir de conduite. Il faut dire qu'il s'agit d'un excellent HDI, très doux à mener mais également, dans cette cylindrée de 2.2, pas du tout paresseux (même si, depuis, les puissances affichés par les moteurs diesels sont largement plus généreuses). Boîte 6 vitesses de série, ainei que le filtre à particules.
Commercialisation : 2001
Puissance fiscale : 8
Puissance réelle : 136 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10