Renault l'a compris, pour qu'un constructeur automobile s'en sorte aujourd'hui, il faut qu'il réussisse absolument sur les marchés émergents, comme la Russie, où la marque au losange prend de l'ampleur. En Inde, Renault prévoit de développer un véhicule à moins de 4000 euros pour concurrencer les marques asiatiques sur place.
L'homme à l'origine de la Logan, Gerard Detourbet, a été missionné par Renault pour développer une auto destinée au marché indien et qui sera vendue moins de 4000 euros (le prix de vente serait de 5600 dollars, ou 3 550 euros). Gerard Detourbet est déjà en Inde depuis le début d'année, et sa mission est de la plus haute importance puisque le marché indien est un des plus prometteurs avec les pays émergents comme le Brésil. Mais avant de réussir à s'imposer sur le sol de ce pays immense qui compte plus d'un milliard deux cents millions d'habitants, il faudra pour Dacia se battre face aux marques asiatiques déjà implantées sur place. On sait que Dacia produit et vend en Inde le Duster depuis peu, et cette nouvelle auto serait l'occasion pour la marque low cost du groupe Renault d'agrémenter un peu plus son catalogue.
"L'Inde est pour moi l'exercice le plus difficile. Une fois que vous avez, dans un pays comme celui-là, un produit compétitif, qui rapporte de l'argent, normalement vous pouvez le développer partout. ", a commenté l'intéressé. Dans cette phrase, il sous entend également que si ce véhicule trouve son public en Inde, il sera ensuite probablement exporté vers les autres marchés émergents. Précisons que cette auto, qui devrait voir le jour début 2015, n'est pas à confondre avec le projet de voiture "ultra low cost" à 2000 euros lancé par le groupe Renault pour ces mêmes marchés.
Au delà de la réussite des projets à bas coûts du groupe français, il y a un sentiment d'abandon de la part des employés de la marque au losange en France. L'Usine Nouvelle nous relaie notamment l'opinion de Patrick Biau, responsable du syndicat FO : "Les investissements qu'on a faits dans Dacia, on ne les a pas faits dans les produits qui manquent cruellement aujourd'hui à (la marque) Renault".
Associer le développement de Renault pour l'Europe et l'expansion du groupe à l'international semble tout de même compliqué, un des deux étant moins favorisé. Renault et Dacia semblent avoir fait leur choix, même si on ne peut pas affirmer que les produits Renault en Europe soient complètement laissés pour compte.