Toyota a accepté de payer une amende record de 13,1 millions d’euros pour avoir trop tardé à organiser le rappel de ses véhicules qui présentaient un défaut de sécurité.

Cette amende est la plus lourde sanction jamais émise par la NHTSA, l’organisme de sécurité routière américain. Outre-Atlantique, les constructeurs ont l’obligation légale de déclarer auprès des autorités tout défaut entraînant un risque pour le conducteur et ses passagers au maximum cinq jours après l’avoir décelé.
Ici, c’est un problème d’accélérateur qui a été détecté. La firme japonaise avait annoncé fin juin le rappel aux Etats-Unis de 154 000 berlines Lexus dont le tapis de sol risquait de se coincer dans la pédale d'accélération. La NHTSA affirme avoir détecté le problème sur ces modèles dès début 2012, et contacté Toyota à ce sujet en mai. Le géant nippon avait reconnu avoir eu vent du problème dès 2009, lorsque plusieurs incidents lui avaient été rapportés.
Cette sanction fait suite à la précédente amende de 12,3 millions d'euros que la marque a acquittée pour les mêmes raisons en 2010, lors de la première campagne de rappel concernant le défaut de la pédale d’accélérateur des Toyota. C’est donc la suite (et fin, espère-t-on pour Toyota) d’une série noire pour le constructeur qui a bâti toute sa réputation sur la fiabilité de ses véhicules.