… mais pas seulement ! Lors de notre virée en Lamborghini Aventador, on nous avait avoué que la gestion des calories dégagées par le V12 avait été un sacré challenge pour les ingénieurs. Visiblement, sur ce modèle-là, un petit souci a gêné la dispersion et conduit à un embrasement généralisé. Il n'y a pas de supercars qui ne brûlent pas, ça se confirme ici.


C'est la première Lamborghini Aventador que nous voyons partir en fumée depuis son lancement l'an dernier. Ce n'est donc pas à proprement parlé une auto inflammable mais ici, les calories dégagées par le V12, plutôt que de s'échapper à l'extérieur, ont choisi de se transmettre aux périphériques du moteur avant d'enflammer la totalité de l'auto. Cette Aventador venait d'arriver chez le concessionnaire et partait pour son premier essai routier. Il n'y en aura pas de second ...


Une Lamborghini Aventador fait chauffer la gomme ...
Ces supercars n'échappent pas aux affres de la combustion spontanée, il suffit parfois d'un isolant mal installé, d'une légère fuite de fluide pour que le compartiment moteur prenne feu. Et comme un incendie d'automobile est un des plus compliqués à circonscrire, cela laisse le temps aux spotters en herbes (et forcément oisifs) de s'arrêter pour imprimer sur carte mémoire le méchoui à plus de 300,000€.