Volkswagen-Lupo-40139.jpg

Dates clés

Commercialisation : octobre 1998 à février 2005

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Cette toute petite Volkswagen qui n'aura pas eu de descendante directe garde pour elle un minois bien sympathique et une physionomie guillerette qui, à défaut de passionner les foules, la rendent tout de même très agréable à contempler. Mécaniquement, elle n'est rien de plus qu'une Seat Arosa – elle aussi laissée sans descendance – recarrossée, et encore seule la partie antérieure et le hayon sont différent. A bord, elle présente une planche de bord également spécifique. Elle est une alternative à la Renault Twingo mais, au contraire de sa concurrente française, elle ne bénéficie pas d'une conception audacieuse qui permette d'optimiser le volume habitable ou de moduler l'espace dévolu aux passagers et aux bagages. Cette petite allemande bien sympathique se présente donc comme une voiture très classique dans sa définition, et habitable surtout pour deux. Pas plus !

Caradisiac a aimé

  • La petite taille
  • Le budget d'utilisation
  • La prise en main facile
  • L'équipement

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'habitabilité
  • Le coffre
  • L'insonorisation

Nos versions préférées

  • 1.4 CONFORT
  • SDI PACK

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • La compacité : sa longueur limitée à 3,53 m, cette petite auto se faufile aisément en ville et se gare tout aussi facilement.
  • Le budget d’utilisation : il est à l'image de la taille de la voiture : réduit.
  • La conduite : la Lupo offre une prise en main facile. Et la visibilité est bonne. La direction assistée est particulièrement légère et facile à manier.
  • Le comportement routier : il se montre équilibré.
  • Les moteurs à essence : hormis le 1.0 d'entrée de gamme, il s'agit de mécaniques plutôt agréables, performantes et sobres.
  • L'équipement : il est complet dans l'ensemble. Les versions Confort et les – rarissimes – versions Carat sont particulièrement bien dotées.
  • Les deux places avant : elles sont agréables à occuper.
  • La planche de bord : assez originale avec ses deux compteurs abrités de deux longues casquettes, elle plaît à la majorité.

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • L'habitabilité : les 8 cm supplémentaires par rapport à une Renault Twingo ne profitent absolument pas à l’espace intérieur, qui est sensiblement plus réduit. De plus, il n'y a aucune possibilité de moduler l'espace entre le coffre et le volume habitable à l'arrière.
  • Le coffre : tout petit, il obligera à charger à bord tout paquet imposant et toute valise un peu grosse.
  • L'insonorisation : en déficit sur tous les plans. Les moteurs sont mal isolés phoniquement, ce qui est particulièrement pénalisant sur les diesels. Les passages de roues sont également mal isolés : bruits de roulement et remontées sonores dans l’habitacle sous la pluie. Sur les diesels, vibrations sur les sièges et le levier de vitesse.

3. Budget

Achat / Cote :

Neuve, elle a été vendu plus cher que sa très proche cousine la Seat Arosa. Cet écart de prix se retrouve en occasion, ce qui rend l'achat moins intéressant que celui d'une Seat Arosa, à motorisation et équipements égaux. Ceci étant, dans l'absolu, la demande n'est pas très forte et les prix ne sont pas exagérés.

Consommation :

Appétit tout à fait raisonnable pour les versions essence (sauf pour l'entrée de gamme à moteur 1.0). Les deux diesels se signalent par une sobriété tout à fait intéressante, surtout la 1.4 TDI.

Assurance :

Prix assez réduits, à l'image du gabarit de la voiture.

Prix des pièces :

Tarifs un peu élevés, avec quelques excès sur certaines pièces mécaniques.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 10 000 à 20 000 km suivant les versions (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km. Le moteur 1.0 d'origine Skoda n'a pas de courroie de distribution mais une chaîne : pas de remplacement périodique nécessaire.

4. Fiabilité

Description :

La réputation de Volkswagen est a priori favorable. Pourtant, cette Lupo commercialisée précisément durant les années difficiles de la marque sur ce chapitre n'a pas échappé à certaines faiblesses assez répétitives et tout à fait identifiées. Cependant, elle bénéficie d'une conception de départ très saine et n'a pas hérité, globalement, des organes mécaniques les plus sujets à avarie chronique. Elle est donc une des Volkswagen assez fiables durant cette période 1998 –2004. Ce qui n'empêche pas de se pencher sur certains points avant l'achat.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteur 1.0 à essence (d’origine Skoda). Possible infiltration d’huile dans le circuit de refroidissement ou liquide de refroidissement passant dans l’huile. dans ce cas, le joint de culasse est à remplacer. Egalement quelques cas de culasse mal serrée en usine.
  • Moteur 1.4 16 v. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 2001, souci sur le tendeur de courroie de distribution et risque de rupture de la courroie de distribution. Ce souci a bien existé mais il n'affecte qu'un petit nombre de modèles.
  • Moteur 1.4 16 v. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 2000, risque de givrage du reniflard d’huile (système permettant aux vapeurs d'huile d'être aspirées pour équilibrer la pression d'huile dans le moteur et éviter une combustion du lubrifiant qui provoquerait une source de pollution). Ce risque ne survient que par temps froid (lorsque la température descend plusieurs heures consécutives en dessous de - 8°). Conséquences sérieuses : possible casse moteur (si l'huile est refoulée) et, à l'extrême, incendie. Remède possible : pose d'un reniflard réchauffé par une résistance électrique (disponible depuis novembre 2000).
  • Moteur 1.4 TDI. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juin 2002, faiblesse caractérisée du turbo : risque de casse dès les bas kilométrage (à partir de 25 000 km). Causée par une faiblesse des paliers de turbo. Remède : remplacement du turbo. De nombreux remplacements ont été pris sou garantie. A priori, sur les modèles de cette période critique, les turbos qui ont tenu pus de 60 000 km sont à l'abri de souci.
  • Boîte automatique. Des cas de défaillance sérieuse, obligeant à un remplacement complet de la boîte.
  • Démarreur. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 2002 (et surtout ceux fabriqués jusqu’en novembre 2000), le contacteur de Neiman peut rester bloqué. Ce qui risque de griller le démarreur.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 1.0 à essence (d’origine Skoda). Difficulté de démarrage à froid. Causé par un défaut de la sonde de température du liquide de refroidissement.
  • Moteur 1.0 à essence (d’origine Skoda). Possibles crises d’à-coups. Causée par une défaillance des bobines d’allumage et/ou des fils haute tension.
  • Moteurs 1.0 et 1.4. Soucis de pompe à eau à partir de 90 000 km.
  • Moteurs 1.4 16 v. Ralenti parfois instable. Remède : reprogrammation du boîtier d'injection.
  • Moteur 1.4 16 v 75 ch. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 2001, la batterie est peu résistante et est souvent hors service au bout de 2-3 ans.
  • Moteur 1.6 16 v (GTI). A-coups chroniques à l’accélération. Remède : tenter une reprogrammation du boîtier d'injection, mais le résultat ne sera que partiel.
  • Moteur 1.7 SDI. Quelques cas de défaillance de la pompe d’injection.
  • Moteur 1.4 TDI. Soubresaut à la mise en route et à l'arrêt du moteur.
  • Boîte de vitesses manuelle. Sur les versions 1.0, voire 1.4 à essence, quelques cas de casse de boîte de vitesses ont été relevés. Ils surivennent en général à partir de 50 000 km.
  • Embrayage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, le passage des vitesses est parfois rendu malaisé par la faute du coulissement du disque d’embrayage imparfait.
  • Pédale d'embrayage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 1998, la pédale d’embrayage peut être dure à enfoncer à froid.
  • Direction. Possible bruit (bourdonnement) de la direction assistée lors de manœuvres serrées.
  • Direction. Tendance de la direction à prendre un léger jeu avec l’âge, à partir de 100 000 km.
  • Freins avant. L'usure des disques de frein avant est plus rapide sur les versions dotées de disques ventilés.
  • Freins arrière à tambours. Brut au freinage.

Aspect extérieur :

  • Etanchéité. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, quelques cas d'entrée d’eau par le haut des portières avant
  • Essuie-glaces avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, claquement de l’essuie-glace gauche lorsqu’il arrive près du montant du pare-brise.
  • Joints. Sur les modèles fabriqués jusqu’en novembre 2000, le petit joint d’entourage en feutre sur les vitres avant mal fixé et peuvent se déformer.

Finition intérieure :

  • Garnissages. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, garniture à la base des sièges avant mal fixée
  • Manette d’inclinaison de sièges avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, elle est fragile et peut casser.
  • Sièges avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, le système “easy entry” (mémorisation du réglage en longueur des sièges avant après inclinaison du dossier et coulissement de l'ensemble) est parfois aléatoire : le siège peut rester bloqué avec le dossier incliné.
  • Bruits parasites. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, bruits en provenance des gâches de serrure de portière. Une amélioration partielle a été apportée en février 1999, solution définitive en février 1999. Remède : lubrification par une graisse au Téflon.

Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

  • Verrouillage central. Sur les modèles fabriqués jusqu’en février 1999, panne ou dysfonctionnement possible : le verrouillage se bloque, n'obéit pas du premier coup ou ne s'obtient qu'à partir d'"une portière.
  • Lève-vitres. Soucis répétitifs de lève-vitres électriques, surtout sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2002. Causés par un problème de moteur et/ou de mécanisme.
  • Témoins d'alerte. Possible allumage désordonné de voyants au tableau de bord (EPC, OBD), sans réel dysfonctionnement.
  • Témoin d’ABS. Sur les modèles fabriqués jusqu’en février 1999, allumage inopiné du témoin d’ABS, sans que cela corresponde à un incident réel.

Rappel et rectification en concession :

  • Freinage (assistance). Sur les modèles fabriqués jusqu’en juin 2000, possible dégradation de la durit de dépression du servofrein. Conséquence : une perte progressive d’assistance de freinage ce qui, concrètement, aboutit quasiment à ne plus pouvoir freiner du tout. Rappel en avril 2002 : examen et remplacement de la durit si besoin. 12 000 voitures en France, 95 000 au total.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

Prise en charge sous garantie :

  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Prise en charge hors garantie :

  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

5. Meilleures versions

En essence : 1.4 CONFORT

Un bon moteur qui tourne rond et confère un caractère bien agréable à la voiture. Cette motorisation a existé avec plusieurs niveaux d'équipement et a duré toute la carrière de la Lupo : elle se trouve dans un large éventail de prix.
Commercialisation : 1998
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 60 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : SDI PACK

Un diesel sans turbo assez classique mais qui bénéficie toutefois d'une injection directe. Il est assez sonore mais pas exagérément paresseux étant donné sa cylindrée limitée et sa définition technique. Choix valable si vous privilégiez une économie maximale à la pompe.
Commercialisation : 1998
Puissance fiscale : 4
Puissance réelle : 60 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6