Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Anne Hidalgo : "l'essentiel de la pollution provient des véhicules"

Anne Hidalgo : "l'essentiel de la pollution provient des véhicules"

La pollution à Paris est un sujet brûlant de l’actualité mettant en première ligne le citoyen lambda touché dans sa santé et dans sa liberté de circuler. C’est aussi une foire d’empoigne politique autour de mesures de restriction sur le trafic automobile aux bonnes intentions affichées mais aux effets peut-être plus nocifs que bénéfiques. C’est dans cette ambiance tendue que la mairie de Paris a décidé de lancer une campagne de communication pour légitimer ses initiatives, au quatrième jour d’une politique de circulation alternée. Une démarche hélas emprunte de stigmatisation des véhicules et de culpabilisation des conductrices et conducteurs.

La pollution dans Paris en particulier et les grandes villes en général est une réalité que personne ne nie. Mais pour la traiter, encore faut-il se pencher sur des solutions réalistes et applicables. Et non à l'aune d’un dogme que l’on exacerbe par ailleurs comme arme dans une lutte politique mise en exergue à cinq mois d’une échéance électorale majeure.

Or, le sentiment actuel qui se dégage de la gestion de la crise perd en crédibilité et en lisibilité dans cet entêtement à nous mettre à l’index parce que, pour nous déplacer, nous avons besoin d’un véhicule. Certains d’entre nous habitent loin et doivent faire du chemin pour aller travailler et aucun d’entre nous ne trouve plaisir à être pris au piège dans des bouchons sans fin. Nous aimerions plutôt jouir de moyens de transport de substitution. Et les peu qui existent tombent en panne. La gare du Nord et le RER B n’ont guère brillé par leur fiabilité ces derniers jours, marqués par la circulation alternée.

Pendant ce temps, la piétonisation des voies sur berge fait débat puisqu’elle a augmenté les temps de trajet et, donc, la pollution en fixant plus longtemps à des endroits un trafic automobile congestionné. Autant de constats qui ont décidé Anne Hidalgo et son équipe municipale à réagir. Comment ? En prenant le choix de la fuite en avant : une stigmatisation hystérique du véhicule.

« La pollution à Paris n'est pas une fatalité, et on va le démontrer » a tonné la maire de Paris. Lutter contre la pollution automobile, voilà le seul credo. Une campagne, dont le slogan est « La pollution automobile à Paris, il faut que ça s'arrête », est diffusée sur les réseaux sociaux pour « confronter les Parisiens à la réalité » de la pollution de l'air, et de ses conséquences sur la santé. Pour faire passer le message, Anne Hidalgo s’est entourée de pneumologues au discours effrayant. Sachez que dès que nous tournons la clé de contact de notre véhicule, nous condamnons les fœtus des femmes enceintes à l’asthme alors que nous imposons quotidiennement sept paquets de cigarettes à nos semblables

Il est rappelé que la pollution de l'air est à l'origine de 48 000 décès prématurés en France, selon l'agence de Santé publique France, et coûte au pays plus de 100 milliards d'euros par an, selon un rapport sénatorial. La pollution automobile a une part de 55 % dans ce désastre. Pour les 45 % restants, on ne pipe mot. " L'essentiel de la pollution provient des véhicules", s’est limitée à dire Anne Hidalgo.

Sinon, pour continuer dans cette voie, on peut mettre aussi l’ensemble de la population dans des trains qui mèneraient en un lieu précis qui serait le lieu de travail universel. Plus de bouchons, plus de pollution. Mais la perspective n’est pas très engageante sauf pour les contempteurs aux discours réducteurs.

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bah alors pourquoi mettre en place des techniques anti pollution comme la conduite alternée qui n'ont jamais vraiment fait leurs preuves nulle part

Par

Le pire, c'est qu'elle a l'air sincère quand elle dit ça. Soit ses conseillers sont vraiment des buses, soit c'est une bonne comédienne

Par

Vous êtes sûrs que Léa sur l'affiche a bien 12 ans? Elle paraît plus vieille!

Par

A vivre à Paris depuis si longtemps elle doit être déjà morte Anne Hidalgo :coolfuck:

Par

En réponse à duriezro

Vous êtes sûrs que Léa sur l'affiche a bien 12 ans? Elle paraît plus vieille!

ça mon gars c'est parce qu'elle est nourrie aux éléments bio contenus dans la Seine :oui:

Par

Ont ne peut nier le fait de se retrouver dans des bouchons au milieu de centaines de voitures thermiques ne créer pas quelques soucis de santé.... Le problème est que j'ai l'impression que tous ce qui intéresse l'Europe est de nous faire acheter des voitures électriques alors que derrière rien n'est fait ou alors au compte goutte pour faciliter la vie des gens ( bornes de recharges,parking à l'entrée des villes etc.....).

Fumisterie alors que les choses auraient pu se faire beaucoup mieux.

Au final les groupes automobiles vont renouveler le parc automobile europeen entier en 30/40ans se faire des milliards d'euros, pendant ce temps là les puits de pétroles brûlent en Irak, les usines à charbons tournent jours et nuit et nos voitures polluantes serviront en Afrique et ces même groupes continuerons à vendre du thermique dans l'autre moitié du monde pendant les 100 prochaines années......

Système capitaliste quand tu nous tiens...

Par

Vous aussi vous êtes dans la stigmatisation. Dire "le peu" de transports en commun en Ile de France est quand même une belle aberration (bien sur il pourrait y en avoir plus si on avait pas investit prioritairement dans le réseau autoroutier). Quant au fait qu'il ne sont pas très fiable c'est vrai mais est-ce que c'est fiable de se déplacer en voiture en ile de France ? Les collègues qui se déplacent en voiture arrivent plus fréquemment en retard que moi. Bien sur il y a quelques lignes maudites qui nécessiteraient un fort investissment comme la B et la D. On peut se poser la question aussi des gens qui se mettent volontairement à plusieurs dizaines de kilomètres de leur lieu de travail mettant s'exposant énormément à tout incident sur un transport. On peut se poser la question de l'incitation que représente le remboursement des trajets domiciles travail en voiture. Personnellement je connais beaucoup de gens qui se déplacent en voiture par choix tout simplement parcequ'ils préférent être dans leur petit cocon bien chauffé qu'au milieu d'autres gens. Que chacun prenne donc ses responsabilité. Il n'est en tout cas pas innocent de faire le choix de rouler en bagnole et de ne même pas faire un petit effort pour acheter des véhicules plus propres quand on connair les conséquences en terme de nombre de morts. Comme pour la sécurité routière chacun doit aussi assumer ses responsabilités, ne pas attendre que l'état vienne lui offrir un train devant son domicile et ne pas venir pleurer chaque fois qu'on lui demande un petit effort..

Par Profil supprimé

Il me semble avoir entendu distraitement hier que les pics de pollutions en question avaient diminués de 10% les jours où la circulation était alternée.

Quel progrès! :ddr:

La bagnole a bon dos...

Par

Réaction du beauf :

"Oué, mais ça sert à rien, je prends ma voiture quand même"

Résultat, la pollution ne baisse pas.

Réaction du beauf :

"Je vous l'avais dit que ça servait à rien ! J'ai bien fait de prendre ma voiture"

Par

cette Hidalgo ne parle pas de la pollution, des industries et des entreprises, elle oublie de mentionner que la majorité des particules fines çà vient des métro , RER souterrain de Paris. mais c'est bien+ commode de s'en prendre aux automobilistes captifs et toujours bon à se faire tondre....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire