Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Brexit : Nissan laisse la production du Qashqai au Royaume-Uni

Dans Economie / Politique / Marché

Brexit : Nissan laisse la production du Qashqai au Royaume-Uni

Finalement, les employés anglais de l'usine de Sunderland peuvent être rassurés : Carlos Ghosn vient de confirmer la production des prochains X-Trail et Qasqhai sur le site britannique, malgré les craintes d'une délocalisation à la suite du Brexit. Les garanties proposées par le gouvernement anglais ont été suffisantes.

Le gouvernement anglais n'avait finalement guère le choix : il fallait faire un maximum d'efforts pour conserver les emplois liés à la production des usines présentes sur le sol national. Le soutien apporté à Nissan a été visiblement largement suffisant puisque Carlos Ghosn a confirmé aujourd'hui la production des futurs Qashqai (lancé d'ici deux ans), X-Trail et même Juke dans l'usine de Sunderland qui assemble déjà le Qashqai pour exportation à travers l'Europe.

 

Il en allait de la survie de près de 7000 emplois à Sunderland, une zone qui aurait été tout simplement sinistrée par une délocalisation de la production des meilleures ventes de Nissan en Espagne, notamment, dans les usines Renault.

 

Rappelons que Nissan n'a pas le droit à l'erreur avec le Qashqai qui est la meilleure vente des SUV moyens en Europe (126 000 immatriculations sur les six premiers mois), très loin devant ses concurrents. La poule aux oeufs d'or de la marque japonaise, (à mettre aux côtés du Juke, un autre best-seller) sera renouvelée très prochainement et adoptera pour la première fois des technologies de conduite autonome.

Mots clés :

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Evidemment. Qui en avait douté?

Par

Pas fou les anglais...et pas Français non plus.

Par

C'était écrit d'avance, ils ont fait monter les enchères en brandissant le spectre du départ pour avoir un accord plus juteux au bout du compte. Bien manœuvré !

Par

Pas grave, la facture sera payée par le contribuable anglais !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire