Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Contester une amende de stationnement par Internet, c'est possible ?

Dans Pratique / Vos droits

Contester une amende de stationnement par Internet, c'est possible ?

Ça fait partie du "grand choc de simplification" promis par le président de la République, François Hollande : contester une amende en ligne, c'est devenu une réalité. Mais attention, il ne s'agit pas de tous les types de PV. Seuls ceux issus du contrôle automatisé, autrement dit des radars automatiques, peuvent l'être. Explication.

Vous avez une question concernant vos droits par rapport à un PV, votre assurance ou tout autre sujet lié à votre véhicule, demandez notre avis, Caradisiac vous répond dans sa rubrique "Vos questions – Nos réponses".
Avec la collaboration de Maître Caroline Tichit, avocate spécialisée dans la défense des conducteurs.

La question de l'internaute

"Je viens de recevoir un avis de contravention pour un soi-disant stationnement impayé. À Paris, je bénéficie d'un tarif résident, et surtout, je me suis mis au paiement par Internet. Mais, apparemment, ça ne marche pas… J'en suis à ma deuxième contravention et donc à ma seconde contestation en moins d'un mois. J'en ai marre de perdre mon temps et mon argent en envois en recommandé à La Poste. Est-ce que je peux procéder par Internet pour contester ce genre de PV erronés ?"

Guillaume


La réponse de Caradisiac en bref

Négatif ! Pas pour un stationnement impayé. Seules les amendes radars (automatiques) peuvent être pour l'instant contestées de A à Z via Internet, depuis la fin 2015. Ce qui permet en effet d'économiser l'envoi en recommandé avec avis de réception, de 4,72 euros à La Poste.

 

Dans le détail

En théorie, cette réclamation en ligne est même possible, selon l'arrêté du 22 octobre 2015 fixant les modalités des contestations dématérialisées, "pour toutes les infractions couvertes par l'article L121-3 du code de la Route : excès de vitesse et franchissement de feux rouges, certes, mais aussi non-respect des stops, des distances de sécurité et des voies de bus", précise Caroline Tichit, avocate spécialisée dans le code de la Route. Les infractions au stationnement n'en font donc pas partie.

Pour mettre en forme sa contestation, il reste toutefois possible de profiter d'une aide en ligne gratuite, disponible sur le site Web de l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions (Antai), dès lors qu'il s'agit d'un avis de contravention reçu par La Poste. Sur la page dédiée du site de l'Antai, il suffit ainsi de rentrer le numéro de l'avis en question, comme ci-dessous :

 Entrer numéro de la contravention sur le site de l'Antai

 

Puis de suivre les indications qui s'affichent au fur et à mesure sur l'écran.

 

Indications aide en ligne pour contester Antai

 

Le propriétaire contestataire, destinataire du PV, dans le cas où son véhicule n'a ni été volé ni loué, est pour finir invité à donner les motivations qui l'ont conduit à contester. "Selon moi, mieux vaut s'en tenir à l'essentiel, et se montrer bref", recommande Me Tichit. Dans le cas d'espèce, "il suffit par exemple d'expliquer que vous contestez cette infraction, car vous vous êtes bien acquitté de la redevance qui était due, via l'application 'PayByPhone', et d'ailleurs pour preuve, vous joignez à votre courrier votre justificatif de paiement, cela suffit amplement".

Il faut motiver sa contestation

Enfin, une fois tous les champs remplis correctement, le service accessible sur le site de l'Antai vous propose tout simplement d'imprimer la page. Tous les renseignements nécessaires y sont déjà inscrits, et vous n'avez plus qu'à l'envoyer par La Poste. "Le mieux étant toujours de l'adresser en recommandé avec accusé de réception, en conservant bien la preuve de cet envoi, afin qu'en cas de pépin, vous soyez en mesure de la présenter".

Attention, pour qu'une réclamation soit recevable, elle doit non seulement respecter le formalisme détaillé sur le formulaire de requête en exonération reçu en même temps que l'amende. Mais il faut aussi et surtout respecter les délais, soit adresser toutes les pièces demandées dans les 45 jours à compter de la date indiquée sur le PV concerné.

Enfin, rappelons pour terminer que l'Officier du ministère public (OMP), à qui sont adressées ces réclamations, a trois possibilités :

- rejeter la contestation. Car le contestataire n'a pas respecté une étape (par exemple les délais ou l'envoi d'une lettre motivée). L'OMP, en théorie, ne peut en aucun cas la refuser pour des questions de fond, mais uniquement de forme. D'accord ou pas d'accord avec le contestataire, si le formalisme de la procédure est respecté, l'OMP n'a alors que deux choix :

- renvoyer l'affaire devant le tribunal compétent pour qu'elle puisse être jugée ou

- classer sans suite la contravention, c'est-à-dire décider d'abandonner les poursuites à l'encontre du contestataire.

En l'occurrence, c'est ce qui s'est passé pour le premier PV reçu et contesté par notre internaute, Guillaume.

Portfolio (2 photos)

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sauf que cette scrongneugneu de fenêtre de contestation ne fonctionne pas sur le site Antai.fr.

Le numéro de contravention à 10 chiffres n’est pas reconnu, et l’utilisateur que je suis se retrouve piégé à choisir entre réessayer 50 fois et perdre autant de temps et d’énergie sur un site géré par des incompétents, ou perdre son temps et son argent à courir à la poste pour envoyer aux mêmes incompétents une lettre recommandée AR. Entre la peste et le choléra, vous suggérez quoi..?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire