Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Coûts d'usage : la voiture essence plus intéressante que le diesel sur 100 000 km ?

Dans Economie / Politique / Budget

Coûts d'usage : la voiture essence plus intéressante que le diesel sur 100 000 km ?

La règle établie dans le monde de l'automobile veut que le diesel est particulièrement intéressant, financièrement parlant, lorsque l'on fait des kilométrages annuels importants. Pourtant, selon l'observatoire du véhicule d'entreprise, l'année 2015 a montré quelques surprises où  les autos essence se montraient plus avantageuses que les diesels sur 100 000 km, en tenant compte de tous les coûts d'usage.

Depuis 2012, et chaque année, l'OVE (observatoire du véhicule d'entreprise) publie une étude de marché sur la voiture d'entreprise et ses coûts d'usage. Entretien, achat, dépréciation, fiscalité, assurance, carburant, tout y passe, et le bilan final permet de voir la tendance du marché et les évolutions des prix des voitures neuves au fil du temps.

 

Bien qu'assez récente, cette étude donne donc un excellent point de vue sur les modèles et sur les différences de prix au bout d'un certain kilométrage. Etonnamment, alors qu'il serait facile de penser que diesel est synonyme d'économies au bout d'un kilométrage avancé, l'OVE nous montre que c'est l'inverse sur certains modèles en 2015.

 

La Volkswagen Golf, par exemple, s'est montrée bien plus intéressante en TSI 140 ch qu'en TDI 150 au bout de 100 000 km, avec 1193 € d'économies. Il faut dire que la voiture essence ne consomme aujourd'hui pas beaucoup plus sur route et autoroute qu'un diesel, et comme les coûts d'entretien et d'assurance sont plus faibles sur un essence, et qu'un essence est moins cher à l'achat, le moteur essence est au final plus intéressant, financièrement parlant.

 

Le cas n'est pas reproductible sur toutes les autos, puisque chez certaines marques, l'essence reste à l'arrivée un peu plus cher, mais tout ceci a le mérite de montrer que la voiture essence, au moins en entreprise, possède aujourd'hui de solides qualités. Avec le rééquilibrage progressif des taxes à la pompe entre gazole et sans-plomb, pas sûr que le diesel parvienne dans les années à venir à rattraper sa perte de popularité de ces derniers temps.

 

Source : Autoactu.com

Mots clés :

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (87)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est un constat d'évidence que cela se joue à des bouts de chandelles si l'on exclue le sempiternel argument du prix à la pompe en échange d'un véhicule nettement plus cher sur tous les autres postes de dépenses mais dans des conditions de fiabilité parfaites.

Par

Rien de nouveau sous le soleil, il faut au moins des trajets quotidiens de 120 km (60 km aller/retour) pour que cela commence à devenir rentable, en dessous faut même pas y compter.

cependant plus le véhicule est gros et lourd (on va dire SUV) plus le diesel prend l'avantage surtout sur les motorisations puissantes. en essence faut se limiter a en dessous de 150 cv si on veut que cela soit intéressant niveau économies. pour les petites voitures genre 208/Clio ou compactes genre 308/Megane l'avantage de l'essence est évident

Par

Oh mince, moi qui voulait acheter une citadine diesel pour faire 5000km/an me voilà déconcerté....

Par

L'avenir nous le dira, ou pas....

Par

sans parler du coût de l'assurance et de la fiabilité trés inferieure du diesel face à l'essence,

le diesel n'interessera que les gros rouleurs -minimum 30000 km/an- et tous ceux qui ont un véhicule lourd et peu aérodynamique genre: monospace, 4x4 ou le gap de conso entre essence et diesel est clairement à l'avantage du diesel,

Par

Une voiture avec un moteur diesel n'est pas une voiture :nanana:

Par

En réponse à PlasticMoussey

C'est un constat d'évidence que cela se joue à des bouts de chandelles si l'on exclue le sempiternel argument du prix à la pompe en échange d'un véhicule nettement plus cher sur tous les autres postes de dépenses mais dans des conditions de fiabilité parfaites.

La fiabilité des essence il conviendra d'en parler au passé vu que les turbos, injection direct, fap et autres merde des mazout vont/sont être transposer à l' essence.

Par

Très étonnante étude....surtout quand on cause de véhicule d'entreprise, quand on sait que la TVA sur le sans-plomb n'est toujours pas récupérable...

On serait bien curieux de connaitre les détails de cette étude.... parce si c'est comme la dernière dont vous vous êtes fait l'écho.... avec des coûts d'entretiens annuels déments pour des véhicules basiques ( de mémoire, plus de 700 € pour une Dacia )....

Essayez de revendre une Golf TSI de deux ou trois ans avec 100 000 km au compteur, et la même en GTD ( si l'on cause de véhicules pro, on arrive facilement à ça )....commencez par effectuer le calcul de décote kilométrique supplémentaire Argus à défalquer...

Enfin, voyez le prix réel obtenu pour une revente dans cette situation et revenez en causer....

On sera très loin de cette situation de...... dreamer.

Par

En réponse à zemik

Rien de nouveau sous le soleil, il faut au moins des trajets quotidiens de 120 km (60 km aller/retour) pour que cela commence à devenir rentable, en dessous faut même pas y compter.

cependant plus le véhicule est gros et lourd (on va dire SUV) plus le diesel prend l'avantage surtout sur les motorisations puissantes. en essence faut se limiter a en dessous de 150 cv si on veut que cela soit intéressant niveau économies. pour les petites voitures genre 208/Clio ou compactes genre 308/Megane l'avantage de l'essence est évident

Je partage ton avis.

Par

En 2012, j'avais acheté une Polo TDI 90, à l'époque seulement 1300€ plus chère que le vieux 1.4 essence 85 ch moins performant, qui consommait facilement 1,5 litres de plus aux 100 km.

Bilan, 300€ d'économisés tous les 10 000 km en carburant (en prenant les prix moyens ces dernières années). Soit 1300€ récupérés en moins de 45 000 km. Sachant que je l'ai revendue au moins 1000€ de plus que si c'était une essence, c'était tout bénef.

Aujourd'hui, les prix ne sont plus les mêmes... le surcoût à l'achat est passé de 1300€ à 2500€ environ à moteur équivalent, et les nouveaux moteurs essence consomment moins de carburant.

Sans compter l'alignement des taxes qui va s'accélérer à partir de 2017.

En 2016, acheter du diesel n'est pas très judicieux pour un particulier, à moins de parcourir un très fort kilométrage annuel et de ne pas faire trop de petits trajets en ville.

Les choses ont bien changé en 4 ans.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire