Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Cycle WLTC - Tous les chiffres de consommation vont augmenter, Caradisiac vous explique pourquoi

Annoncé depuis des années, le nouveau cycle de mesure des consommations entre enfin en fonction en ce 1er septembre 2017. Bonne nouvelle : le test est plus sévère et permet d'obtenir des chiffres plus réalistes. Les données dans les brochures seront moins flatteuses mais cela évitera d'avoir une mauvaise surprise après un achat.

Cycle WLTC - Tous les chiffres de consommation vont augmenter, Caradisiac vous explique pourquoi

Pourquoi les consommations officielles actuelles sont si farfelues ?

Déjà, le cycle NEDC est daté : il a été mis en place en 1973, avec un complément en 1990. Réalisé en laboratoire, le test se déroule en deux parties, une urbaine et une extra-urbaine. Mais surtout, le test n'a rien à voir avec une conduite réelle. Par exemple, il faut 26 secondes pour atteindre 50 km/h ! Une allure d'escargot que personne ne pratique sur la route. La vitesse moyenne est de 33,6 km/h, avec une pointe à 120 km/h. De plus, pour chaque auto, le test est fait avec la version de base, sans équipement additionnel.

En quoi le nouveau cycle sera-t-il meilleur ?

Le nouveau système est plus exigeant et prend mieux en compte la manière de conduire des conducteurs européens. Le WLTC (Worldwide Harmonized Light Vehicles Test Cycles) se déroulera en quatre phases, simulant les divers types de parcours (ville, route, voie rapide, autoroute). Le test est plus long : 30 minutes au lieu de 20. La distance parcourue par la voiture est de 23,25 km au lieu de 11. La vitesse moyenne passe à 46,5 km/h, avec une pointe à 131 km/h. La voiture testée comprend des équipements supplémentaires et sera donc plus lourde.

Précision sur le calendrier retenu : toutes les nouvelles voitures homologuées à partir du 1er septembre 2017 seront soumises au test WLTC. Et toute la production sera convertie aux nouveaux chiffres d'ici le 1er septembre 2018.

Quel changement pour les valeurs de consommation ?

Forcément, avec un test plus sévère, les valeurs s'annoncent moins flatteuses. Les mécaniques seront davantage sollicitées. Difficile de mesurer l'écart, les chiffres pour comparer sur un même modèle étant rares à ce jour. L'augmentation des consommations est estimée à 10/20 %. Opel est l'un des rares à montrer la voie, donnant depuis quelques mois les valeurs WLTC en plus des NEDC. Voici quelques exemples qui montrent bien que les données ne sont plus vraiment les mêmes !

Modèle Boîtes de vitesses Carburant Conso en NEDC* Conso en WLTC**
Astra 1.0 Turbo 105 ch Manuelle 5 rapports Essence 3,8 à 5,2 l/100 km 4,8 à 7,3 l/100 km
Astra 1.6 CDTI 110 ch Manuelle 6 rapports Diesel 3,1 à 4,0 l/100 km 4,2 à 5,9 l/100 km
Insignia 1.5 Turbo 140 ch Manuelle 6 rapports Essence 4,7 à 7,3 l/100 km 5,5 à 9,1 l/100 km
Insignia 1.6 CDTI 136 ch Auto 8 rapports Diesel 4,5 à 6,1 l/100 km 4,6 à 8,1 l/100 km

* valeur la plus faible en extra urbain à la valeur la plus forte en urbain

** valeur la plus faible à la plus forte des quatre phases du test

Faut-il avoir peur pour le malus ?

Avec des consommations en hausse, les valeurs de CO2 vont aussi augmenter. Avec un risque : la flambée des malus en France, alors que le gouvernement prévoit un nouveau durcissement du barème en 2018. Petit sursis attendu : l'année prochaine, le calcul du malus restera forcément lié au cycle NEDC, car peu de voitures seront encore concernées par le WLTC. En revanche, une fois le système harmonisé, si l'État décide de lier le malus au WLTC, les montants de la taxe vont fortement grimper en 2019.

Est-ce vraiment la fin des valeurs trop optimistes ?

Oui et non. Le WLTC est assurément plus exigeant, donc les valeurs données par les constructeurs seront plus réalistes. Mais cela reste un protocole de mesures sur un banc d'essai, avec une manière très chirurgicale de procéder. Or, la conduite « réelle » est imprévisible, la circulation réservant son lot d'incertitudes et de surprises qui nous font jouer des pédales. Mais il faut bien mettre en place un test unique qui permet au final de mettre sur un pied d'égalité chaque véhicule. D'ailleurs, c'était déjà valable avec le NEDC. Si les valeurs étaient éloignées de la réalité, la mesure était la même pour tous, donc cela permettait tout de même de comparer deux voitures.

Pour le côté optimiste, Honda ne nous rassure pas totalement avec sa mesure WLTC pour la nouvelle Civic 1.6 diesel 120 ch (qui sera en vente en mars 2018). Le constructeur annonce une consommation en cycle mixte à partir de 3,7 l/100 km et 99 g/km de CO2. Des chiffres qui restent très flatteurs et qui mettent un doute.

Moins de 4 l/100 km pour une grosse compacte de 4,52 mètres de longueur, cela semble encore trop beau pour être vrai. Même si on ne conteste pas le fait que cette Honda devrait avoir un appétit très mesuré dans sa catégorie, la consommation dans la vraie vie sera sûrement plus élevée. Mais pour en savoir plus, il n'y a qu'une chose à faire : mettre à l'épreuve la voiture, ce que nous ne manquerons pas de faire dès qu'elle sera proposée à l'essai.

Une nouvelle course à l'optimisation ?

L'écart entre la valeur annoncée et la consommation réelle ne s'explique pas uniquement par la complaisance du test. Elle découle aussi du fait que les constructeurs ont adapté leur voiture au passage du test NEDC. C'est d'ailleurs l'origine du scandale Volkswagen : le logiciel détectait le moment où la voiture passait sur le banc pour activer les systèmes antipollution à ce moment-là. D'autres constructeurs sont aussi pointés du doigt pour avoir joué avec les réglementations, avec des systèmes antipollution qui fonctionnent peu de temps après le démarrage du véhicule… le temps suffisant pour le test.

Surtout, il y a eu des optimisations mécaniques qui ont nui à l'agrément de nos voitures. Exemple le plus clair : les boîtes de vitesses allongées, qui ont rendu beaucoup d'autos assez molles en relance. Ces transmissions découlent du fait que dans la norme NEDC, les rapports étaient passés à une allure précise et non pas un régime moteur précis. Conséquence : les étagements longs étaient favorisés. Cela change : avec le WLTC, les changements de rapport varieront d'une voiture à l'autre, suivant un calcul qui prend en compte sa puissance, son poids ou encore l'étagement de la boîte.

On se pose maintenant la question : les marques vont-elles à nouveau jouer avec les réglementations pour optimiser leur voiture ? À n’en pas douter, oui, d'autant que les règles du WLTC sont connues depuis deux ans. Mais il y a un garde-fou, la mesure RDE.

Cycle WLTC - Tous les chiffres de consommation vont augmenter, Caradisiac vous explique pourquoi

Comment lutter contre la triche ?

En plus du WLTC entre en fonction en Europe le cycle RDE (Real Driving Emissions). Il s'agit d'un test réalisé sur route ouverte, donc dans des conditions réelles de circulation, pour mesurer les émissions d'oxydes d'azote (Nox) des voitures diesels.

Le but ? Vérifier que ces émissions restent raisonnables dans la vraie vie. Alors que la limite fixée par la norme Euro 6 est de 80 mg/km, en RDE, les constructeurs pourront aller jusqu'à 168 mg/km. Certains s'en offusquent mais ils oublient vite que la plupart des modèles actuels sont bien au-delà des 168 mg. Et ce ne pourra plus être le cas donc. Le test RDE a été pensé pour faire la chasse à la triche et aux petits arrangements avec les règles. Par exemple, il pourra être réalisé à des températures entre – 7 et 35 °C. Les constructeurs ne pourront plus profiter d'une faille dans la réglementation actuelle qui leur autorisait à désactiver le système quand il faisait trop froid ou trop chaud.

Cela aura un petit effet sur le prix des voitures car les constructeurs vont devoir monter des dispositifs de lutte contre les rejets de NOx plus efficaces, et donc plus onéreux.

À retenir

- Un nouveau test plus exigeant, et donc plus réaliste.

- Les consommations annoncées par les marques vont augmenter de 10 à 20 %.

- Un impact négatif sur le malus est à prévoir en 2019, les valeurs officielles de CO2 allant augmenter.

- Une mesure en conditions réelles pour les NOx afin d'éviter les triches.

 

Commentaires (72)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ben oui, les malus vont augmenter, c'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle cenouveau systeme de mesure est mis en place !

Par

ils on attendu l'arrivé en masse de l électrique pour dire de vrai chiffre sur les carburant .

Par

En réponse à chouco

ils on attendu l'arrivé en masse de l électrique pour dire de vrai chiffre sur les carburant .

"L'arrivé en masse" c'est peut etre un peu exagéré non ? pas plus de 1% du parc français est électrique je crois:biggrin:

Pour en revenir au test, c'est plus réaliste certe mais les optimisations existerons il ne faut pas se leurrer c'est bien normal après tout.

Moi j'ai surtout peur que le prix des voitures augmente de manière général pour compenser les recherches et les équipement supplémentaire pour optimiser les tests et le rejet de polluant. Bon comme je déteste le diesel, je ne serais pas encore trop impacté.

Pour le malus français ça va faire très mal, je n’achète que des occasions donc pour l'instant pas de soucis mais faut bien que d'autres achètent des neuves.

Par

Il etait temps de changer le cycle Nedc qui a entraine l'apparition de bv a long rapport et le downsizing a toutes les sauces :bah:

Par

Je vois pas trop le soucis avec ce qu'annonce Honda sur sa Civic. Soit, elle est longue, mais son poids est équivalent à celui de l'Astra, et les consos WLTP de cette dernière est annoncé dès 4.2l. Il ne me semble pas que le diesel Opel soit le plus économe du marché.

Il est clair que les constructeurs pourront optimisé les véhicules au cycle WLTP, mais si celui-ci est plus proche d'un usage réel, cette optimisation aura plus de sens que celle faite pour le cycle NEDC qui était totalement opposé à une conduite "réaliste".

Par

En réponse à MotherKaiser

"L'arrivé en masse" c'est peut etre un peu exagéré non ? pas plus de 1% du parc français est électrique je crois:biggrin:

Pour en revenir au test, c'est plus réaliste certe mais les optimisations existerons il ne faut pas se leurrer c'est bien normal après tout.

Moi j'ai surtout peur que le prix des voitures augmente de manière général pour compenser les recherches et les équipement supplémentaire pour optimiser les tests et le rejet de polluant. Bon comme je déteste le diesel, je ne serais pas encore trop impacté.

Pour le malus français ça va faire très mal, je n’achète que des occasions donc pour l'instant pas de soucis mais faut bien que d'autres achètent des neuves.

je parle pas forcément, des ventes mais des nouveaux produits . et sa personne ne peut le nier

Par

Astra 1.6 CDTI 110 ch Manuelle 6 rapports Diesel 3,1 à 4,0 l/100 km 4,2 à 5,9 l/100 km

j'ai loué une astra diesel 6 vitesses... en gréce...

j'ai fait 14OO bornes avec...

chargé... 4 personne dont 3 adultes.. + 3O kgs de baggages...

température variant entre 3O et 37 °

donc grosse clim manuelle pratiquement à fond tout le temps.. voiture récente 35 OOO kms..

vitesses moyenne de 57 km/h...

et 1/3 d'autoroute ... 1/3 de route et 1/3 de ville...

la conso a été de 6L au cent vérifiée... avec un ordi optimiste qui m'annonçait 5L4...

sinon on peut faire 5l avec cette caisse...

non chargé... et en se trainant..

en gréce... la

sinon ce qui est sur...

c'est que sur les diesel... il suffit de prendre le chiffre le plus haut.. la conso en ville promise par les constructeurs..

pour avoir la conso réaliste;...

Par

Ce test est encore une hypocrisie négociée. Il y a des failles intellectuelles.

Si l'on achète une voiture de 400 cv, ce n'est pas pour se traîner à l'allure d'un escargot.

Or tous les véhicules roulent exactement à la même allure, ce qui ne représente pas la réalité. Si l'on souhaite sérieusement pénaliser les véhicules énergivores, il faut dissuader que les clients les achètent. Les SUV sur-motorisés n'ont aucune utilité véritable dans nos villes si ce n'est pour asseoir son statut.

Ensuite, les véhicules hybrides ne sont sérieusement pas évalués. Un proportion importante de ces véhicules est développée pour contourner les chiffres du test. Il serait moins hypocrite que la consommation du test soit celle équivalente au vidage de réservoir et batterie total. 50 km à allure d'escargot en électrique et plein gaz en thermique, voilà quelque chose de plus réaliste, pour estimer une consommation.

Pourquoi croyez vous que tous les constructeurs de haut de gamme font de l'hybride plug-in.

Je verrai plutôt un test avec partie commune à tous les véhicules comme actuellement , mais ajouter au test une accélération à fond jusqu'au 2/3 de la vitesse max, et le la prise en compte de l’autonomie totale du véhicule. Dans d'autres cas comme les manœuvres d'évitement les constructeurs demandent la prise en compte des caractéristiques du véhicule comme la largeur, afin que les espacement entre les chicanes soient pondérées. Ils ne souhaitent pas avoir une Fiat 500 plus performante qu'une Ferrari, alors que dans la vrai vie cela n'existe pas. Appliquons la même méthode de pondération en tenant compte des performances max du véhicule.

Ainsi l'objectif de réduction de consommation sera probablement plus efficace.

Par

En réponse à chouco

ils on attendu l'arrivé en masse de l électrique pour dire de vrai chiffre sur les carburant .

environ 1.2% du parc...

l'lélectrique est plutot à la masse...

temps qu'ils seront vendus à 4O OOO euros... le double...d'un thermique..

ou 25 OOO avec une zoé.... qui demande 15 OOO euros de loc de batterie en 1O ans...

là aussi en électrique on vous parle surtout d'autonomie mais pas de consommation..

c'est byzarre non?

pour info faut plus 8 h pour recharger les grosses batteries...

c'est plutot 24H...

bref çà sera pas gratuit la recharge...!!!

le marché de l'électrique... ce sera quoi 5% dans 5 ans...

le thermique est là pour encore longtemps!!!

surtout s'il devient hybride...

Par

En réponse à MotherKaiser

"L'arrivé en masse" c'est peut etre un peu exagéré non ? pas plus de 1% du parc français est électrique je crois:biggrin:

Pour en revenir au test, c'est plus réaliste certe mais les optimisations existerons il ne faut pas se leurrer c'est bien normal après tout.

Moi j'ai surtout peur que le prix des voitures augmente de manière général pour compenser les recherches et les équipement supplémentaire pour optimiser les tests et le rejet de polluant. Bon comme je déteste le diesel, je ne serais pas encore trop impacté.

Pour le malus français ça va faire très mal, je n’achète que des occasions donc pour l'instant pas de soucis mais faut bien que d'autres achètent des neuves.

quand le neuf augmente trop ou si le pays n'a pas les moyens d'acheter neuf...

exemple en afrique...

bien le prix des occaze flambe...

normal la rareté!!

importation d'europe de vielle caisses...

à l'arrivée une 406 qui vaut 1 OOO euros en france...

vaut 5 OOO en afrique...

pour info... en container... le voyage vaut dans les 15OO...

donc attention si le prix du neuf devient inabordable à cause de la technologie;.

dépolluante;.

le prix des occaze va monter;...

c'est déjà le cas pour certians véhicules inusables!!

une 2O5 grd çà vaut 25OO euros mini...

car çà tient 5OO OOO!!!!

et çà coute rien à entretenir ou réparer...

par contre une rino récente de 7 ans vaut que dalle..

pas fiable... trop de techo couteuse mal maitrisé!!

çà coute un bras à réparer!!!$

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire