Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Diesel : le Sénat prône la neutralité technologique

Dans Economie / Politique / Politique

Diesel : le Sénat prône la neutralité technologique

Un peu de pragmatisme dans un monde de démagogie. Voilà comment on pourrait aborder ce rapport venu du Sénat qui est la conclusion d'un groupe de travail "mobilité et transports" de sa Commission de l'aménagement du territoire et du développement durable. Au terme de ce document, la chambre haute recommande la neutralité technologique au Parlement lorsqu'il légifère pour diminuer les émissions de CO2 de l'automobile. Et donc de cesser la cabale contre le diesel.

C’est un document qui va à contre-courant d’un flot de récriminations et d’un torrent de haine contre un diesel qui fait carburer l’écologie répressive. Une sorte de bouteille jetée à la mer par ce groupe présidé par le Sénateur Guy Nègre (Les Républicains) assisté de ses collègues. Pendant des mois, ils ont approché l’industrie automobile, le monde de la recherche médicale, de la protection de l'environnement et de la presse spécialisée. Pour finir par appeler à la raison.

Car entre ceux qui avancent toutes les vertus et les autres qui diabolisent, il y a bien une marge de manœuvre. Dans les recommandations formulées par les parlementaires, on lit : « il faut "décarboner" notre parc circulant. Mais nous sommes dans une période de transition ; en attendant que les véhicules électriques et hydrogènes atteignent leur maturité technique et industrielle, il faut respecter le principe de neutralité technologique ».

La « neutralité technologique ». Voilà une idée qu’elle est bonne ! La suite bouscule les idées reçues. Ainsi, « interdire les véhicules Diesel en centre-ville, même les plus récents pourrait s'avérer contre-productif, si cela devait conduire à les remplacer par des véhicules à moteur à essence à injection directe. Les Diesel récents ne sont pas plus polluants que les véhicules essence modernes à injection directe et une bonne partie de la pollution automobile provient également des particules issues du freinage et des pneumatiques ». La maire de Paris Anne Hidalgo qui veut éradiquer le diesel du centre de Paris d’ici 2020 appréciera. 

De même, il semblerait que certaines priorités aient été perdues. Le groupe estime qu’il faut donner la priorité à la diminution des émissions de carbone fossile de nos véhicules et oublier ainsi les systèmes de traitement des oxydes d'azote. Les privilégier, c’est provoquer une surconsommation de gazole. Donc, une hausse des émissions de carbone. Un ensemble de conclusions qui rendrait vert de rage un écologiste.

Mots clés :

Poursuivez votre lecture :

Vidéos populaires

Commentaires (53)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Encore un groupe de vieux qui ne sert à rien... la maison de retraite de luxe à la charge du contribuable...

Bien sûr, il ne faut pas interdire aux véhicules récents (diesels ou essence ) de rentrer en centre-ville, mais les vieux diesels sans systèmes pour gérer les émissions sont un fléau.. pendant des années, à travers des incitations économiques, ces politiquards on convaincus des millions de personnes à acheter des véhicules diesels pour rouler en ville, même si le kilométrage effectué n'était pas suffisant pour justifier tel achat et aujourd'hui nos villes sont pleines de vieux véhicules (surtout citadines ) roulant au diesel et il faudrait des années pour s'en débarrasser !

Par

Ils n'ont jamais autant mérité le nom de "sages".

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

En réponse à Andrea33

Encore un groupe de vieux qui ne sert à rien... la maison de retraite de luxe à la charge du contribuable...

Bien sûr, il ne faut pas interdire aux véhicules récents (diesels ou essence ) de rentrer en centre-ville, mais les vieux diesels sans systèmes pour gérer les émissions sont un fléau.. pendant des années, à travers des incitations économiques, ces politiquards on convaincus des millions de personnes à acheter des véhicules diesels pour rouler en ville, même si le kilométrage effectué n'était pas suffisant pour justifier tel achat et aujourd'hui nos villes sont pleines de vieux véhicules (surtout citadines ) roulant au diesel et il faudrait des années pour s'en débarrasser !

modére tes propos petite téte. Le sénat joue son role de modérateur.

Par

En réponse à Andrea33

Encore un groupe de vieux qui ne sert à rien... la maison de retraite de luxe à la charge du contribuable...

Bien sûr, il ne faut pas interdire aux véhicules récents (diesels ou essence ) de rentrer en centre-ville, mais les vieux diesels sans systèmes pour gérer les émissions sont un fléau.. pendant des années, à travers des incitations économiques, ces politiquards on convaincus des millions de personnes à acheter des véhicules diesels pour rouler en ville, même si le kilométrage effectué n'était pas suffisant pour justifier tel achat et aujourd'hui nos villes sont pleines de vieux véhicules (surtout citadines ) roulant au diesel et il faudrait des années pour s'en débarrasser !

Oui et le gars qui roule en vieux diesel te dira que selon le conseiller qui le lui a vendu à l'époque, ce véhicule n'était pas plus polluant qu'un autre et que même le gouvernement incitait à acheter diesel!

On en sort comment de cette impasse?

Qui doit faire l'effort? le pauv' propriétaire ou le gouvernement qui nous a imposé ça?

Le mec te dira, je te donne ma BX diesel en échange d'une Cactus essence, y a pas de soucis mais sans rajout de ma part

Par

Faut un peu arrêter la charge contre les véhicules "anciens".

L'âge moyen du parc Français est de 13 ans, donc plus de 1 auto sur 2 en circulation est au moins à la norme Euro3. Et d'ici 3 ans même si rien ne change, plus de 1 véhicule sur 2 sera au moins à la norme Euro 4.

Les véhicules les plus polluants sont donc déjà minoritaires. Si on enlève de ce compte les autos qui par nature ne font plus de gros kilométrages (la vieille auto qui marche encore bien et qu'on a gardé au cas où, le C15 pour aller couper le bois, le vieux break pour transporter les gros trucs...), ne doit pas rester grand chose.

Quand à la vieille bagnole pas trop entretenue aux mains d'un proprio désargenté, s'il a pas de thunes pour l'entretenir, l'a pas non plus trop de thunes pour foutre du ca

Par

du carburant dedans...

Par

C'est bien de le dire reste à voir si ils seront écoutés. Car l'autophobie est la valeur la plus partagée parmi nos hommes politiques

Par

Avec Lecondé, si ça vient des "Républicains", c'est forcément génial.

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

Je me rappelle d'une époque pas si lointaine ou Caradisiac militait à fond pour l'essence contre le Diesel : taxation, bonus écologique, particule fines, NOx et j'en passe.

Et puis, gros changement de paradigme . Le Diesel, c'est ce qu'il y a de mieux.

Vont bientôt nous dire, qu'un bon vieux Diesel sur une citadine, c'est la solution.

Quant aux vieux du Senat, dire qu'on peut rejeter tous les Nox qu'on veut pourvu qu'on ne rejette pas de CO2, ça nous retourne à l'Euro 5. Toujours un coup d'avance au Sénat !

Par

Le senat n'est pas du même bord politique que l'Assemblée. Si les députés disent qu'il faut souffler dans les pneus, les sénateurs objecteront qu'il vaut mieux péter dedans, et vice versa.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire