Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Emissions de CO2 : l'Europe réfléchit déjà à 2025

Emissions de CO2 : l'Europe réfléchit déjà à 2025

La Commission européenne a déjà fixé un premier objectif pour 2021 sur le Vieux Continent : la moyenne (pondérée par les ventes) des émissions de CO2 des véhicules neufs ne devra pas excéder 95 grammes par kilomètre pour les constructeurs, sauf exclusions spéciales. L'Europe se penche désormais sur 2025 avec des objectifs encore plus (trop ?) ambitieux.

Les prochaines années s'annoncent compliquées pour les constructeurs qui vont devoir faire face à un double challenge : le changement de cycle d'homologation avec des tests en conditions réelles, qui pourraient faire grimper les valeurs de CO2 (et donc les recettes du malus en France), mais aussi le durcissement des limites de grammes de CO2 par kilomètre à ne pas dépasser.

Cette limite a déjà été fixée à 95 grammes par kilomètre pour 2021 par la Commission européenne, ce qui signifie que la moyenne des émissions de CO2 des voitures neuves vendues par les constructeurs à cette date ne devra pas aller au delà de ces 95 grammes, sans quoi des sanctions financières pourraient être appliquées. Bien entendu, le calcul est plus complexe que cela puisque les électriques apporteront des bonus, tandis que les marques qui ont de trop faibles volumes de ventes auront droit à des "dispenses" (comme Lamborghini).

Ces derniers jours, la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement européen (ENVI) a rendu un premier avis sur les émissions de CO2 à ne pas dépasser en 2025. Il ne s'agit que d'un avis consultatif dans un long protocole de validation du côté de Bruxelles, mais il montre que la tâche sera nettement plus dure pour les constructeurs : ENVI propose "un objectif pour l’après 2025 pour les voitures entre 68 et 78 gr CO2/km et les camionnettes entre 105 et 120 gr CO2/km".

Il s'agit d'une forte baisse par rapport aux 95 grammes de 2021, puisque si cet avis était suivi par Bruxelles, cela représenterait, dans le meilleur des cas, 17 grammes à perdre en quatre ans. Une mission qui nous paraît déjà bien compliquée, à moins de passer fortement à l'électrique d'ici là. Mais en avons-nous les moyens ? Convertir une majeure partie du parc automobile actuel à l'électrique demanderait des efforts financiers monstrueux (aides à l'achat, installation de bornes rapides partout, production d'énergie), alors que l'Etat s'interroge déjà sur la problématique du bonus écologique des électriques en France... 

Mots clés :

Commentaires (23)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ça devient compliqué de baisser encore...

Va falloir jouer sur le poids des autos aussi peut-être pour gagner en consommation !

Aérodynamisme aussi (d'où le non sens des SUV).

Pour ce qui est motorisation, en thermique ça va être très compliqué sans l'hybridation !

PSA pourquoi avoir abandonné l'idée de l'hybride air !! C'était pourtant excellent !

Peut-être qu'il faut revoir la qualité des carburants aussi !

Par

Eh bin, va falloir encore plus tricher pour respecter tout ça.

Par

"On veut plus du diesel cancérigène."

"Mais on met le bonus/malus uniquement sur le CO2."

Logique de nos politiques européens...

Clairement s'ils baissent encore les seuils de CO2; cela va coller de gros malus sur les moteurs essence et recréer une ruée vers le diesel; ce qui n'est pas dans la tendance actuelle.

Avant de revoir les seuils, faudrait surtout qu'ils commencent par revoir le système bonus/malus en prenant en compte les autres polluants : NOx, particules fines, CO...

Sinon ils vont tuer l'essence.

Par

Mêmes erreurs, mêmes conséquences... Le scandale des émissions est largement du à d'un côté l'affichage d'objectifs toujours plus ambitieux pour montrer au gogo votant que nos politiques sont soucieux de la pollution. De l'autre la réalité des contraintes techniques et de coûts, qui aboutissent à ce que les normes d'homologation soient très éloignées de l'usage courant d'une voiture. Une fumisterie sans nom, qui aboutit à tous sauf un travail sérieux sur la réduction de la pollution...

Par

Ces normes OK mais c'est en condition réel ou en cycle NEDC ? C'est intenable sans passer par l'hybridation (Et encore) et les profitez bien de vos V6 / 6 en ligne...

Par

Il ferait bien de d'abords créer un test plus proche de la réalité avant de vouloir baisser les valeurs de rejet. Parce que sur le papier, s'il y a une baisse mais qui n'est pas l'image de la réalité, ça sert à rien

Par

En réponse à Mevos

"On veut plus du diesel cancérigène."

"Mais on met le bonus/malus uniquement sur le CO2."

Logique de nos politiques européens...

Clairement s'ils baissent encore les seuils de CO2; cela va coller de gros malus sur les moteurs essence et recréer une ruée vers le diesel; ce qui n'est pas dans la tendance actuelle.

Avant de revoir les seuils, faudrait surtout qu'ils commencent par revoir le système bonus/malus en prenant en compte les autres polluants : NOx, particules fines, CO...

Sinon ils vont tuer l'essence.

Ils le tuent déjà : les moteurs essences "primés" sont plus proches des diesel qu'autre chose.

Par

En réponse à furax58

Ça devient compliqué de baisser encore...

Va falloir jouer sur le poids des autos aussi peut-être pour gagner en consommation !

Aérodynamisme aussi (d'où le non sens des SUV).

Pour ce qui est motorisation, en thermique ça va être très compliqué sans l'hybridation !

PSA pourquoi avoir abandonné l'idée de l'hybride air !! C'était pourtant excellent !

Peut-être qu'il faut revoir la qualité des carburants aussi !

Parce que le rendement de l'Hybrid Air était bidon ... et en plus non rechargeable, ce qui est con quand on a une capacité qu'on pourrait remplir avec autre chose que de lénergie d'origine cinétique

En gros ca veut dire hybride rechargeable pour tous !

Par

C'est très facile de baisser drastiquement les émissions (et la consommation). Il suffit de généraliser l'hybride rechargeable qui est le meilleur des deux mondes : l'électricité quand il y en a et l'essence ailleurs. Ca ne pose aucun problème de ressources en électricité puisque ces véhicules se chargent la nuit au domicile quand les centrales sont en heures creuses. Ce sont les entreprises de fournitures électriques (allemandes notamment) qui vont améliorer leurs résultats... Et pour le supplément de consommation journalière, il est facilement absorbé par le déploiement d'un parc photovoltaïque et éolien nouveau. Les parkings de supermarchés pourraient facilement abriter les véhicules et passants sous des panneaux dont certains sont semi-transparents, comme à la station BP de la Porte de Versailles...

Par

En réponse à Moukeaf

Ils le tuent déjà : les moteurs essences "primés" sont plus proches des diesel qu'autre chose.

Le downsizing n'est plus. Les constructeurs augmentent la cylindrée de leurs moteurs pour qu'ils fonctionnent plus confortablement et avec une combustion moins complexe.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire