Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Entretien : y aurait-il un hic dans le carnet numérique ?

Dans Equipement / Autres actu équipement

Entretien : y aurait-il un hic dans le carnet numérique ?

Renault invente la fin du papier pour ses carnets d’entretien. Ce qui, en théorie, est tentant. Fini le cahier poussiéreux, vive la blockchain, le cloud, la virtualité qui rend l’historique de l’auto infalsifiable et consultable à l’envi. Mais qui aura la clé de ce CV automobile ? Le constructeur, l’éditeur du logiciel, l’assureur ou le propriétaire de la voiture ?

Quand Renault décide d’expérimenter le carnet d’entretien virtuel, toujours dispo et infalsifiable, on applaudit, et on se dit qu’enfin, on ne risque plus de perdre notre bon vieux cahier maculé de tampons qui traîne dans la boîte à gants entre le gilet jaune et un vieux PV oublié. Surtout, à l’occasion de l’achat d’une voiture d’occasion, on n’aura plus peur de tomber sur une « merguez », le terme exotique dont les voleurs de voitures affublent les modèles maquillés avant d’être remis en circulation. On imagine bien la conversation entre ce jeune ingénieur geek, venu présenter sa découverte à Élie Elbaz, directeur digital du Losange.

"- Avec Microsoft et Viseo, on va faire une blockchain qui va regrouper toutes les données du véhicule et de son entretien.

- Super, bravo, Régis. Voilà qui va nous donner 10 ans d’avance sur la concurrence. Vous pouvez d’ores et déjà compter sur votre bonus de fin d’année et commander votre Alpine."

Mais pendant que Régis s’affaire sur le configurateur de la nouvelle marque du groupe et choisit la couleur de son futur coupé, posons-nous de simples questions. Qui détiendra les clés de cette blockchain. Et puis d’abord, la blockchain, c’est quoi que t’est-ce ? Il s’agit d’un système de verrouillage de données regroupées dans le cloud, mises à jour en permanence et accessibles uniquement via un système ultra-sécurisé. Le bitcoin - la monnaie virtuelle - fonctionne déjà ainsi. Le carnet d’entretien ainsi dématérialisé, ce serait un truc sûr, ou l’on retrouve ses petits, ses vidanges, ses réparations et changements de courroie de distribution : le bonheur. Et lorsque le type suspicieux viendra ausculter le Koleos qu’on a mis sur Le Bon Coin, il ne pourra plus nous suspecter d’avoir falsifié le carnet, ou même le compteur, puisque le cloud sait tout.

Ma Renault uniquement reprise dans le réseau Renault ?

L’autre heureux dommage collatéral, c’est que c’est la fin d’un métier aussi ancien que l’automobile : celui de voleur d’automobiles. Sauf que toutes les autos ne se vendent pas sur le site Internet devenu le premier brocanteur de France. Nombre de conducteurs laissent leur auto en reprise chez leur concessionnaire pour en racheter une autre. Un concessionnaire qui n’affiche pas forcément le panneau Renault. Que se passera-t-il dans ce cas ? Le Losange, s’il dispose du pouvoir de couper les accès, laissera-t-il ses concurrents user de ses propres données, ou en profitera-t-il pour verrouiller sa clientèle, la forçant à faire reprendre sa Clio dans son propre réseau pour s’offrir une Mégane ? Même interrogation concernant les assureurs. Pourront-ils consulter à loisir ledit carnet en cas de sinistre, ou dans le cas d’une police contractée pour une auto fraîchement achetée ? Avec le risque pour le candidat à l’assurance de se voir retoquer.

Qui a les clés virtuelles de la voiture ?

Au final, le carnet d’entretien virtuel pose la question de la véritable appartenance des données. Sont-elles la propriété du constructeur, des équipementiers qui les ont regroupées ou de l’acheteur de la voiture ? Une interrogation qui dépasse largement celle du fameux carnet infalsifiable. Elle touche à la digitalisation de l’automobile en particulier et de nos sociétés en général. Car chez Renault comme dans toute entreprise qui innove - ce qui est après tout l’une de ses aspirations fondamentales - le rôle des ingénieurs-chercheurs-informaticiens est d’avoir une longueur d’avance sur leurs confrères des autres boîtes. L’éthique ? C’est pas le même service, pas le même département, pas le même bâtiment. Pour les scientifiques c’est un autre monde, une réflexion a posteriori. Pour les utilisateurs de leurs innovations, c’est une question fondamentale. Qu’il conviendrait de se poser avant de valider ces mêmes innovations.

Mots clés :

Commentaires (22)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Oui et si le client passé les 2 ans de garantie légale et fait son entretien ailleurs (ou lui même...) quel va être l’intérêt d'un tel système? Suffit de voir l'âge moyen des véhicules vendus en occasion pour comprendre... et personne au delà d'un certain kilométrage et nombre d'années ne revient dans les concessions et le réseau des marques.

Le plus drôle est le fait que tous les constructeurs ont déjà une sorte de base de données sur tous leurs véhicules récapitulant toutes les interventions effectuées avec le kilométrage, pour éviter les arnaques ça devrait être organisé au niveau de l'état avec un système enregistrant tous les passages chez les professionnels de l'automobile et du CT comme cela se fait un peu en Belgique.

Personnellement je me contrefiche d'un tel système, ça n'apporte rien, l'entretien c'est surtout un fardeau et lorsque l'on achète une occasion récente on se renseigne en appelant éventuellement les représentants de la marque et autres, pour le cas de véhicules plus ancien un bon dossier avec des factures d'enseignes connues suffit largement.

Quant au cas du maquillage des châssis et moteurs (vont de paire...) là on tombe parfois sur des organisations très particulières mais les garages et représentants devraient être dans l'obligation avec les préfectures de donner gratuitement les informations au possesseur d'un véhicule souhaitant le revendre ça éviterait pas mal d'arnaques.

Vous pouvez parler de falsification de la blockchain (lol essayez déjà ce cracker de l'AES ou RSA avec clés spéciales pour voir...) ça ne change rien, il suffira d'un appel aux garages pour avoir tout l'historique ou de consulter les factures.

Par

Je pige pas, sur ma Mx-5 de 2009 je dispose d'un carnet d'entretien électronique que je peux consulter sur mon smartphone et si je n'ai pas l'entretien courant chez le concessionnaire je dispose des factures des autres garages ou à la rigueur de l'huile...

Je peux retourner à tout moment chez le Mazda pour faire une grosse révision qui sera noté sur le suivi de l'auto...

Par

heu ... Google lis deja tous vos emails Gmail, Apple connait tous de vos habitudes (positions, paiements, gouts musicaux, apps utilisées, etc...), La RATP trace tous vos deplacements avec le Navigo (bon, un journaliste caradisiac doit pas souvent prendre le metro :D)

Mais que Renault trace les entretiens ca serait pas bien ???

C'est d'ailleurs deja le cas chez plein de marques, sauf que ca n'est pas sécurisé ! au moins eux ont le mérite de s'interroger.

Par

En réponse à GlobalGuillaume

heu ... Google lis deja tous vos emails Gmail, Apple connait tous de vos habitudes (positions, paiements, gouts musicaux, apps utilisées, etc...), La RATP trace tous vos deplacements avec le Navigo (bon, un journaliste caradisiac doit pas souvent prendre le metro :D)

Mais que Renault trace les entretiens ca serait pas bien ???

C'est d'ailleurs deja le cas chez plein de marques, sauf que ca n'est pas sécurisé ! au moins eux ont le mérite de s'interroger.

Personne n'a rien dit de tel sur Renault et les entretiens sont déjà suivis chez tous les constructeurs.

Où la valeur ajoutée ou l'utilité d'un tel système sachant que déjà pour pirater les bases constructeurs ... bon courage!

Par

En réponse à H2R

Personne n'a rien dit de tel sur Renault et les entretiens sont déjà suivis chez tous les constructeurs.

Où la valeur ajoutée ou l'utilité d'un tel système sachant que déjà pour pirater les bases constructeurs ... bon courage!

Heu ... des banques et des organismes de carte de credit se sont fait hacké, alors la database d'un constructeur auto ...

Par

Encore un bazar de plus qui ne sert à rien au final.... et ne répond en rien à une problématique réelle.... car franchement, est ce un réel souci que de tenir à jour un carnet d'entretien. Surtout depuis l'espacement des services ( autour des 20 000 km ou 2 ans pour pas mal de contructeurs ). Ca prend 30 secondes pour le responsable d'atelier d'inscrire un kilométrage, une date, de cocher les opérations effectuées, d'apposer un cachet et de te remettre ledit carnet.

Et si t'es pas le dernier des souillons, il sera parfaitement clean, même après dix ans... ce sera même un signe de la qualité ou non du proprio.

Le souci vient plutôt des livrets de bord, dorénavant épais comme des botins + celui du GPS et autres joyeusetés connectées.

A moyen terme, bien entendu condamné à disparaître lui, t'auras ça sur ton smartphone ou sur l'écran du véhicule.

Enfin, si t'arrives à l'allumer.... :bah:

Par

En sus, les prises diag communiquent déjà énormément de données sur l'usage d'un véhicule..... suffit de les demander en cas de doute.

Par

En réponse à GlobalGuillaume

Heu ... des banques et des organismes de carte de credit se sont fait hacké, alors la database d'un constructeur auto ...

T'as aucune idée de ce dont tu causes, avec une attaque "bidule in the middle" on pirate ce que l'on veut et l'époque des YesCard est terminée. Et les génèrateurs de numéros de carte et autres trucs de pseudo hackers ça fait 20 que ça existe sauf que l'on ne peut plus rien en faire.

Après faut être cohérent mon petit Guillaume tu prétends que ça se hack facilement mais défend Renault qui le fait aussi. Essaye donc de hacker les bases constructeurs (tu auras accès aux codes permettant de dupliquer les transpondeurs...) tu vas comprendre la difficulté.

Pas besoin de blockchain pour remplacer et surtout dématérialiser la facture de ton entretien auto. Et c'est aux gouvernements de mettre en place ce genre de systèmes.

Par

" ou en profitera-t-il pour verrouiller sa clientèle, la forçant à faire reprendre sa Clio dans son propre réseau pour s’offrir une Mégane ? "

Chez Rîno, pas beaucoup de risque pour certains véhicules....pointez vous donc chez ces gens là pour faire reprendre une Lag', une Latitude ou une Fluence, et revenez nous en causer....

Par

Je verrais plus un système de boîte noire universel non démontable pour tous les véhicules quelle que soit la marque. N'importe quel garage ou particulier pourrait avoir un lecteur spécifique ou un smartphone pour lire les données et éventuellement en rajouter suivant les entretiens. Un système infalsifiable où seule la marque par contre, pourrait effacer les données.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire