Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Est-il plus dangereux de travailler chez Tesla ?

Dans Pratique / Sécurité

Est-il plus dangereux de travailler chez Tesla ?

Le débat est lancé aux États-Unis sur fond de guerre d’influence au sein même de la chaîne de production du blason d’Elon Musk. Tesla est en effet le seul constructeur automobile présent sur le sol américain à ne pas avoir de syndicat et c’est à la demande de l’un d’eux, le United Auto Workers, qu’une étude a été lancée par une association de défense des salariés en Californie sur le taux d’accidents du travail au sein de la marque. Au bilan, un constat fort : ce taux a été supérieur de 31 % à la moyenne du secteur automobile en 2015.

Tesla est un constructeur automobile et il découvre tous les aspects et les charmes de son métier. Côté euphorie, la marque, avec une capitalisation boursière de près de 51 milliards d’euros, vaut désormais plus que les deux géants de Detroit que sont Ford et la General Motors, qui pèsent respectivement 50 et 43,6 milliards à Wall Street. Mais il n’y a pas que la corbeille des places boursières. Il y a aussi, le bruit et la poussière de l’usine. Avec des gens qui travaillent dedans et qui s’y blessent à l’occasion.

Et travailler chez Tesla, ce n’est apparemment pas si simple. Le taux de blessures graves y serait même deux fois plus élevé que chez les autres constructeurs automobiles. L’analyse faite par Worksafe du registre des blessures envoyé par Tesla aux autorités californiennes de la santé et de la sécurité montre qu’il y a eu 8,8 blessures pour 100 salariés en 2015, soit un taux supérieur de 31 % à la moyenne du secteur automobile américain, qui ressort à 6,7.

Ce taux, connu sous le sigle TRIR (taux de fréquence des accidents déclarés), est revenu à 8,1 pour 100 en 2016 chez Tesla. Une déflation sur laquelle insiste la marque en expliquant que son taux d’accidents du premier trimestre 2017 était inférieur de 32 % à la moyenne du secteur. Une indication illustrée par une approche humble du sujet qui n’est pas courante dans le milieu : « nous avons pu avoir des difficultés par le passé en apprenant à devenir un constructeur automobile, mais ce qui compte, c’est l’avenir, et avec les changements que nous avons mis en place, nous avons de loin le taux de blessures le plus bas du secteur ».

Un message qui n’a pas convaincu Worksafe qui estime que les données préliminaires du premier trimestre avancées par Tesla sont insuffisantes pour en tirer des conclusions sur une tendance de fond. L’organisation syndicale UAW ne commente pas mais Tesla n’est pas dupe en faisant connaître son sentiment d’une utilisation de ces données relatives à la sécurité des conditions de travail par l’UAW comme un argument en faveur de la création d’une représentation syndicale au sein de l’entreprise.

Mots clés :

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Exploitation, plus de syndicat, c'est ça le progrès qu'on nous promet. En marche vers le 18ème siècle.

Par

En réponse à Maître_Yoda

Exploitation, plus de syndicat, c'est ça le progrès qu'on nous promet. En marche vers le 18ème siècle.

Le coco de base qui lit de traviole: Tesla n'a pas de représentation syndicale MAIS des représentants salariés élus par leurs pairs.

Par

LOL

Et on me clou au pilori dés que j'ose parler de bulle Tesla.

Une capitalisation boursière supérieure aux 2 géants américain en ayant qu'une infime partie du parc roulant............

J'attends les justifications des fanboy de cette start up qui crée de vrais voitures il est vrai mais confidentielles sans rapport avec sa capitalisation.

Par

En réponse à Allavandrell

LOL

Et on me clou au pilori dés que j'ose parler de bulle Tesla.

Une capitalisation boursière supérieure aux 2 géants américain en ayant qu'une infime partie du parc roulant............

J'attends les justifications des fanboy de cette start up qui crée de vrais voitures il est vrai mais confidentielles sans rapport avec sa capitalisation.

Tu l'as justifié toi même : C'est une start-up. C'est un concept qu'on connait pas en automobile. C'est un ovni dans cet univers.

Regarde les géants de l'automobile que sont Ford, GM, Renault, Nissan (je scinde les 2), PSA, VAG, Merco/Daimler, Toyota, BMW... Dans le tas on que des entreprises qui ont au grand minimum 50ans, voir parfois plus de 100ans, dont certaines une époque pré-automobile.

En ce sens, Tesla est carrément plus proche de Google ou Amazon que de Ford.

Après, je n'émets aucun opinion et n'analyse aucunement la situation. ;)

Par

En réponse à Allavandrell

LOL

Et on me clou au pilori dés que j'ose parler de bulle Tesla.

Une capitalisation boursière supérieure aux 2 géants américain en ayant qu'une infime partie du parc roulant............

J'attends les justifications des fanboy de cette start up qui crée de vrais voitures il est vrai mais confidentielles sans rapport avec sa capitalisation.

Il n'y a pas a etre fanboy, plus prosaïquement regarder les faits au dela des infos fournies sur Cara. Tesla c'est pas qu'un fabriquant de voiture, mais propose aussi des solutions de production et stockage d'energie solaire, très rentables. De plus, que les investisseurs soient interessés par une boite qui passe de 4 à 7 milliards de CA en 1 an et a 18 mois de production prévendue, c'est pas non plus déconnant... D'autant plus que qu'entre superchargers (loués par les hôtels, etc) et mises à jour, cela permet très largement de rentabiliser les infrastructures, avec des marges élevées.

Après tu peux penser que les milliers investisseurs, qui sont a priori des gens sérieux sont débiles. Mais demande autour de toi si tu as quelqu'un qui a une TPE, tu verras ce qu'il te diras en terme de justificatifs et info à mettre à disposition juste pour une avance de trésorerie!

Par

En réponse à Maître_Yoda

Exploitation, plus de syndicat, c'est ça le progrès qu'on nous promet. En marche vers le 18ème siècle.

les syndicats surtout français sont des destructeurs d'entreprises ,et la démarche de Tesla est tout a fait responsable

Par

Ehhh oui j'arrête pas de dire que la firme Tesla est pointée du doigt pour son traitement à la limite de l'esclavage des employés!! il y avait un gros reportage il y a 2 ou 3 mois sur E.Musck qui dépeignait ce type comme un patron exploiteur payant ses ouvrier au lance-pierre avec des contrats de travail honteux et des cadences infernales. Faut arrêter de se paluche sur ce type qui n'est rien d'autre qu'un investisseur de niche dont le seul but est de faire du pognon et rien d'autre. On ne peut pas se prétendre Eco responsable et avoir des investissent dans les moteurs de fusée à propergol juste pour balancer des milliardaires touriste dans l'espace.

Par

En réponse à traam

les syndicats surtout français sont des destructeurs d'entreprises ,et la démarche de Tesla est tout a fait responsable

IL faut savoir raison garder. S'il n'y avait pas eu de syndicats, vous seriez peut-être parti à l'usine à 10 ans comme au XIX siècle. Je ne prétends pas que les syndicats actuels, (surtout ceux de niche, genre CGT du livre, ne poussent pas le bouchon un peu loin,) mais il faut bien tout de même prendre la défense de ceux qui sont les plus fragiles et précaires. N'oublions pas que Musk est américain, et que donc le droit du travail y est bien différent...

Reste que le succès de l'entreprise est indéniable, que leur inventivité a poussé les autres constructeurs à sortir de leur torpeur mazoutée. Et que les financiers y voient un futur avec le quel ils pourront en effet se gaver dans les années à venir. Une entreprise couronnée de succès qui n'a pas d'égard pour ses employés, ça n'a rien de nouveau, bien malheureusement. (Et encore, je ne crois pas qu'il exploite la main d'oeuvre de pays émergents, comme tant d'autres). L'histoire des constructeurs européens n'est guère plus glorieuse.

Par

En réponse à traam

les syndicats surtout français sont des destructeurs d'entreprises ,et la démarche de Tesla est tout a fait responsable

"Plus responsable" en poussant les ouvriers a aller de plus en plus vite et en les obligeant a faire des heures sup en faisant des 60 a 70h par semaine.Le tout avec des salaires inférieurs a ceux pratiqués dans la profession (17 a 21$,pour 25$.(Mercury News).En employant des ouvriers détachés,fournis par des entreprises de l'est de l'Europe,payés 5$ l'heure,6 et même 7 jours par semaine,avec le permis de séjour B1,le permis touristique.L'un d'eux,un Slovène a fait une chute d'un toit,il sera probablement handicapé a vie:vers qui il va se retourner maintenant,vu qu'il est "touriste"?

Par

En réponse à Arnime

Le coco de base qui lit de traviole: Tesla n'a pas de représentation syndicale MAIS des représentants salariés élus par leurs pairs.

Parce que tu penses que "des représentants salariés élus par leurs pairs" peuvent faire le poids dans un rapport de force avec la direction ? Tu penses qu'ils garantissent autant la sécurité des employés qu'un syndicat "national" ? T'as la preuve que NON sous tes yeux pauvre mouton lobotimisé ! Encore un pigeon de base élevé à la sauce Macron qui n'a pas compris que l'extrême-libéralisme est un concept totalement dépassé, qui mène ce monde à sa perte, sur le plan écologique ET économique !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire