Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

États-Unis : Donald Trump menace General Motors de sanctions

États-Unis : Donald Trump menace General Motors de sanctions

L’année 2017 ne s’annonce pas simple pour le groupe automobile General Motors. Dans le collimateur de celui qui sera Président des États-Unis le 20 janvier du fait d’un plan social, il est dans la tourmente en Chine, pays où il devra payer une forte amende pour avoir enfreint les règles de la concurrence. Ceci après une tension diplomatique initiée par Donal Trump qui a pris langue avec Taïwan. Et c’est le même élu des Républicains qui promet au constructeur une "une lourde taxe frontalière".

Les nuages s’accumulent dans le ciel d’une General Motors qui, cette fois, n’a pas à se reprocher des errements techniques l’obligeant à des rappels massifs de modèles. Non, cette fois, c’est de politique et de stratégie dont il s’agit. L’élu des dernières élections présidentielles américaines avait pourtant prévenu dans son programme : il ferait la chasse aux compatriotes qui ont délocalisé au détriment de l’ouvrier américain de fait sans emploi. Une traque que l’accession à la Maison Blanche ne démotivera pas.

La preuve. Donald Trump a menacé sur son prolifique compte Twitter d'imposer "une lourde taxe frontalière" au constructeur automobile américain General Motors, s'il ne fabriquait pas aux États-Unis les voitures qu'il y vend. "General Motors livre des voitures Chevy Cruze, fabriquées au Mexique, à ses concessionnaires aux États-Unis sans payer de taxe. Fabriquez aux États-Unis ou payez une lourde taxe frontalière", a tweeté le président élu.

Pourtant, General Motors ne fait rien d’illégal. Le groupe se conforme aux dispositions de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), qui lie les États-Unis, le Canada et le Mexique. Un accord qui est aussi dans le viseur de Donal Trump qui l’accuse d'être responsable de la perte de millions d'emplois industriels aux États-Unis.

Cet accord qui permet à General Motors de fabriquer au Mexique et d'importer aux États-Unis hors taxe. Mais la marque a tenu à se défendre en expliquant que la Chevrolet Cruze vendue aux États-Unis est produite sur le site de Lordstown dans l'Ohio (nord-est). Le premier groupe automobile américain dispose de plusieurs sites industriels au Mexique dont trois usines d'assemblage.

En s'en prenant à GM, Donald Trump s'attaque au seul constructeur américain construisant des véhicules hors des frontières nord-américaines et les revendant aux États-Unis. Et ce n’est pas fini. Après l’activité au Mexique, c’est encore la Chine qui risque d’être remise sur le gril. Car le géant de Detroit importe depuis cet été une voiture fabriquée en Chine, la Buick Envision, et projette d'en vendre un second modèle en début d'année 2017, la Cadillac CT6 hybride.

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

... et ce n'est que le début ! :kaola:

Par

Amusant ce Trump qui imagine que l'on ouvre et ferme des usines d'un claquement de doigt pour se mettre dans le sens du vent d'un pouvoir qui ne dure là bas que 4 ans....

Et puis, commencer son mandat en s'attaquant à l'un des symboles forts du pays, à la santé chancelante qui plus est, franchement pas vraiment malin.... mais attend on autre chose de ce guignol....

Par

"États-Unis : Donald Trump menace General Motors de santions" pas de sanCtions alors...

Par

En réponse à Altrico

"États-Unis : Donald Trump menace General Motors de santions" pas de sanCtions alors...

....Detroit respire....

Et puis imagine aussi, une femme à la tête d'une grosse boite comme ça... même pas en rêve pour Donald.

Par

En dehors du cas Trump et de ses annonces, est-ce que le problème se pose par exemple pour des constructeurs européens faisant construire leurs véhicules hors de leur pays d'origine ou hors d'Europe en les "réimportant" ?

Aujourd'hui, est-ce qu'une Renault fabriquée en Espagne ou hors Europe est taxée à son arrivée en France ? Est-ce qu'une Toyota fabriquée en Angleterre est taxée de la même façon qu'une Toyota fabriquée à Valenciennes ou au Japon ? Ou n'y a-t-il aucune taxe (douane ?) à l'arrivée en France dans tous ces cas ?

Par

Ce type démolit son pays brique par brique... C'est bon pour nous où pas?

Par

En réponse à power971

Ce type démolit son pays brique par brique... C'est bon pour nous où pas?

Potentiellement...Oui.

Par

il a raison 100% raison Donald Trump , les entreprises se gavent en fabriquant à bas cout ailleurs et revendent aux USA sans payer de taxe douanière , Pauvres français qui sont à 10% de chômage et qui n' ont rien compris à ce qui se passe dans la mondialisation sauvage .Le patriotisme économique ça fait bosser tout le monde , c'est le plein emploi assuré mais encore faut il que les gens aient un minimum de cervelle pour comprendre ça .Vous allez voir comment Donald Trump va transformer les USA parce que même la Chine ne rie déjà plus face à Donald Trump

Par Profil supprimé

En réponse à roc et gravillon

Amusant ce Trump qui imagine que l'on ouvre et ferme des usines d'un claquement de doigt pour se mettre dans le sens du vent d'un pouvoir qui ne dure là bas que 4 ans....

Et puis, commencer son mandat en s'attaquant à l'un des symboles forts du pays, à la santé chancelante qui plus est, franchement pas vraiment malin.... mais attend on autre chose de ce guignol....

Un guignol qui est président des EU. Et vous ?

Par

Je crois que vous avez rien compris a ce qui se passe ...C'est comme si hollande faisait rapatriez les megane en France....Encore un lavé du cerveau par les medias..

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire