Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Ford débourse un milliard de dollars pour une start-up

Dans Futurs modèles / Technologie

L’ère de la nouvelle automobile autonome et électrique se précise de plus en plus dans un environnement industriel qui se compose en vue d’assumer cette nouvelle époque. Il n’y a pas si longtemps, constructeurs automobiles et experts en logiciels se regardaient en chiens de faïence, les derniers chroniquant même la fin des premiers sous leurs coups de boutoir. Mais on a depuis changé de portage. Les deux se retrouvent autour de projets communs. Les marques historiques investissent à grands frais dans les nouveaux venus. Dernier en date, Ford, qui a débloqué un milliard de dollars pour une start-up.

Ford débourse un milliard de dollars pour une start-up

Les constructeurs automobiles ne cachent plus leur stratégie : l’automobile de demain sera électronique ou ne sera pas. Dès lors, il faut être fort en logiciels. C’est en suivant cette logique que Ford a décidé d’investir un milliard de dollars sur cinq ans dans une nouvelle start-up, Argo AI. Cette dernière développera la plateforme logicielle pour les véhicules autonomes que Ford ambitionne de livrer en 2021.     

Cette start-up a été créée par d'anciens salariés de Google et Uber. Basée à Pittsburgh, avec des bureaux également dans la Baie de San Francisco et le sud-est du Michigan, elle prévoit d'arriver à plus de 200 salariés d'ici la fin de cette année. Spécialisée dans les technologies d'intelligence artificielle et de robotique nécessaires pour faire fonctionner les voitures "sans chauffeur", elle aura pour objectif de soutenir le développement et la production du véhicule autonome de Ford. Mais pas que. À l'avenir, cette technologie pourrait être placée sous licence et disponible pour d'autres entreprises et dans d'autres secteurs intéressés par la conduite autonome.

La rapidité de réaction d’une start-up liée à la puissance financière et industrielle d’un grand constructeur est la combinaison apparemment incontournable pour préparer l’avenir automobile. Qui s’annonce comme une voiture sans chauffeur avec une motorisation électrique. Au passage, Ford prévoit cette année de tripler, pour la deuxième année consécutive, sa flotte de voitures sans chauffeur utilisées pour des tests aux États-Unis, et d'étendre ses tests aux routes européennes.

Le constructeur, enfin, a acheté ou a investi dans plusieurs startups spécialisées dans les capteurs (Velodyne), l'intelligence artificielle permettant aux machines de reconnaître des images et des objets (SAIPS) ou utilisée pour faire de la cartographie (Civil Maps).

Commentaires (16)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En France on ne verra jamais ça...

Par

On peut dire que Trump fait bouger des choses pas comme ici

Par

En réponse à Maître_Yoda

En France on ne verra jamais ça...

Disons qu'en France, si tu as des projets serieux, les banques te freinent dans ton élan. Aux US c'est tout l'inverse, c'en est meme troublant.

Par

En réponse à Gros-Chibre

Disons qu'en France, si tu as des projets serieux, les banques te freinent dans ton élan. Aux US c'est tout l'inverse, c'en est meme troublant.

C'est marrant, parce qu'en quelques années dans l'univers des start-up, c'est pas ce que j'en dirais. Je dirais juste que les français sont plus discrets :)

Par

En réponse à Moukeaf

C'est marrant, parce qu'en quelques années dans l'univers des start-up, c'est pas ce que j'en dirais. Je dirais juste que les français sont plus discrets :)

Les start-ups françaises sont soit en faillite soit à la ramasse :biggrin::biggrin::biggrin:

Par

En réponse à Electroplast

Les start-ups françaises sont soit en faillite soit à la ramasse :biggrin::biggrin::biggrin:

Faut pouvoir soulever des fonds garchon.

Par

En réponse à Electroplast

Les start-ups françaises sont soit en faillite soit à la ramasse :biggrin::biggrin::biggrin:

Ou pas... ;)

Par

En réponse à Electroplast

Les start-ups françaises sont soit en faillite soit à la ramasse :biggrin::biggrin::biggrin:

Toi a la ramasse, tu l'est tout le temps par contre... t'est même pas un troll drôle.

Par

Mais pitié Lecondé ! Rien que l'introduction m'a fatigué...

Par

On voit qu'il y a des incultes de la start-up et de la banque ici.

Déjà, ne parlons même pas des organismes spécialement créés pour aider les start up à lever des fonds, les prêts d'honneur d'initiative france, les exonérations d'impôts possibles, les ACRE, les NACRE, l'aide de BPI ...

Plus les aides des organismes de région. Allons, franchement, arrêtons de dénigrer la france dans ses moindres recoins, on y est tout aussi bien pour créer qu'ailleurs, faut il encore le vouloir et se bouger le cul.

Quand à dire que les banques freinent dans l'élan... Souvent les banques remmènent sur le dur chemin de la réalité ceux qui pensent que tout est facile et va s'ouvrir à eux avec une pièce de 1€ et une idée "révolutionnaire".

Il ne faut pas oublier que le chargé qui reçoit le client connaît bien mieux que son client les entreprises du bassin environnant, création comprises. Donc le potentiel de développement, il peut vite le voir, ou pertinemment savoir que ça va se croûter à 90% de chance.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire