Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

France 2 instruit à "charge" contre Renault et la voiture électrique : ont-ils raison ?

Samedi dernier passait sur France 2 un reportage intitulé "Faut-il passer à la voiture électrique ?". Au menu, décortiquer les avantages et inconvénients de la voiture électrique, tester la promesse de Renault concernant l'autonomie de la dernière Zoé, et faire un bilan écologique de la voiture électrique. Cela nous a semblé légèrement à charge contre Renault et l'électrique. Voici pourquoi.

France 2 instruit à "charge" contre Renault et la voiture électrique : ont-ils raison ?

Le reportage commence en faisant la démonstration des économies réalisées en roulant à l'électrique, face à une voiture thermique. Avec pour l'exemple choisi, une division par deux du budget "carburant". Fort bien, c'est un constat fait par tous ceux qui sont passés à la voiture électrique. Entre la consommation moindre, et les économies réalisées sur l'entretien, le budget global est en baisse, c'est une évidence, y compris pour ceux qui louent leur batterie.

 

Mais la question de l'autonomie arrive rapidement. Et là, ça coince. Le reportage évoque les propriétaires qui revendent leur électrique, lassés par les contraintes d'autonomie et d'organisation. Et décident de tester la promesse de Renault, qui parle dans ses publicités des 400 km d'autonomie promis par la nouvelle batterie de la Zoé.

La journaliste se rend donc aux essais presse de cette auto, auxquels nous avons également participé. Elle choisit une ville à 200 km de son lieu de départ et espère ainsi faire l'aller et le retour sans devoir charger. Sans succès, puisqu'elle tombera en panne au bout de 196 km.

 

Puis le reportage évoque les impacts écologiques de la voiture électrique. Lors de sa production, de celle des batteries. Avec un constat : la production d'un véhicule électrique entraîne des rejets de CO2 plus importants que pour celle d'une voiture thermique (6,5 T contre 3,7 T en moyenne). Et l'interview d'un opposant à la voiture électrique, membre de l'Observatoire du nucléaire, enfonce le clou. La voiture électrique n'est pas une voiture propre.

 

Lien pour regarder le reportage : http://www.france2.fr/emissions/tout-compte-fait/diffusions/07-01-2017_537977

 

Un reportage à "charge" ?

Tous ces éléments mis bout à bout nous ont semblé être comme une instruction à charge contre la voiture électrique. C'est pourquoi nous avons tenu à replacer le curseur peut-être un peu plus au centre, moins dans l'exagération télévisuelle habituelle.

 

Premièrement, en effet, non le véhicule électrique n'est pas la panacée. Oui, il pâtit encore de soucis d'autonomie. Mais les Français, et les vendeurs des différentes marques présentes sur le marché ne sont pas dupes. Depuis des années, ils répètent, et la presse en général, que le véhicule électrique est un véhicule citadin. Une deuxième voiture pour faire les trajets domicile-travail, les courses et aller chercher les enfants à l'école. Personne n'a jamais affirmé que partir en vacances ou en week-end avec était possible sans une grande organisation ou du temps devant soi.

 

Le test de la Zoé : pas si catastrophique

Pour revenir au test de la Zoé. Premièrement, la publicité qui cite les 400 km d'autonomie s'accompagne, comme pour les voitures thermiques quand on indique leur consommation ou leur autonomie, d'un astérisque qui précise bien qu'elle est obtenue selon le cycle NEDC, toujours particulièrement favorable.

Qui aujourd'hui croit aux 3 litres/100 km d'une Peugeot 208 ? Clairement, tout le monde sait que dans la "vraie vie", ce sera plus. Concernant Renault, durant les essais, notre journaliste Pierre Desjardins peut en témoigner, Renault a d'entrée de jeu précisé que les 400 km seraient impossibles dans la vraie vie, et que l'autonomie serait comprise entre 200 km en hiver et 300 km en été. Ce qui est déjà une performance. N'est pas Tesla qui veut, surtout quand on vend une voiture 4 fois moins cher. La journaliste de France 2 a donc réalisé 196 km. Oui, mais en roulant quasi exclusivement sur autoroute. La pire configuration pour une voiture électrique, car il y a très peu de récupération d'énergie à la décélération ou au freinage. Dans ces conditions, les 196 km sont en réalité une belle performance pour la Zoé.

Pour information, notre propre journaliste, en faisant attention, et sur un parcours urbain et petites nationale, a fini sur 360 km d'autonomie, contre 170 km "à fond" sur autoroute. On le répète, finalement une belle performance.

Alors oui, la promesse n'est pas respectée, mais aucun constructeur ne la respecte, surtout pas avec les autos thermiques, quand il annonce les consommations ou l'autonomie. Nous l'avions déjà vérifié avec la publicité qui annonçait 1 700 km d'autonomie pour la Renault Mégane, souvenez-vous.

 

La voiture électrique vraiment plus "sale" que la thermique ?

Par ailleurs, France 2 nous laisse entendre qu'une voiture électrique serait finalement plus "sale" qu'une thermique, si l'on tient compte de sa production. Un sujet qui a déjà fait débat. Nous avons réalisé nos propres petits calculs, et c'est bien plus compliqué que ça. L'expert de France cite 6,5 T de CO2 émis pour la fabrication d'une électrique, et 3,7 T pour une thermique. Partant sur ces chiffres. La voiture électrique a donc 2,8 T à "rattraper". Sachant qu'elle émet 0 g de CO2 par kilomètre (aucune émission locale), il lui faudra théoriquement 28 000 km avant de devenir plus "propre" qu'une thermique, si l'on se base sur des émissions moyennes (optimistes d'ailleurs) de 100 g/km pour une thermique.

Ah mais non ! Car l'électricité qui sert à recharger l'électrique n'est, elle, pas 100 % propre. Si l'on va par là, le carburant mis dans le réservoir non plus ! En France, selon les sources, l'équivalent en CO2 par km pour une électrique est au pire de 20 g/km. Pour une thermique il faut ajouter, selon ces mêmes sources, entre 27 et 110 g en moyenne ! Si l'on prend les chiffres les plus favorables pour l'essence, et les plus défavorables pour l'électrique, on arrive au chiffre de 27 000 km environ. C'est-à-dire qu'au-delà de 27 000 km parcourus, le véhicule électrique devient moins émetteur de CO2 au global que le véhicule thermique. Pas vraiment un chiffre élevé !

Sources : http://www.smartgrids-cre.fr/index.php?p=vehicules-electriques-bilan-carbone

http://www.expert-ve.fr/voiture-electrique-bilan-c02.html

http://www.avem.fr/index.php?page=ve&cat=bilan_co2

 

Cela ne vaut que pour la France, grâce à son parc nucléaire. Dans d'autres pays, effectivement, le VE ne devient jamais plus propre (dans ceux à centrale électrique à charbon par exemple). Car l'équivalent CO2/km est supérieur à 100 g.

Dans tous les cas, pour la France, il est faux de dire que le VE est plus sale au final que le thermique, d'un strict point de vue des émissions de CO2.

 

De notre point de vue donc, et pour la France du moins, le VE n'est pas une mauvaise solution pour répondre à une "certaine forme" de mobilité.

 

 

Mots clés :

Vidéos populaires

Commentaires (243)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Cognac31 est appelé à la barre.

Par

France 2 a totalement raison leur sujet était bien traité n'essayez pas de changer la donne.

Par

Bien évidement l'autonomie est théorique. De plus celui qui achète une Zoé pour ne faire que de l'autoroute... On remarquera également la journaliste qui roule à 131 sur une autoroute au Portugal alors que les limitations sont de 120 km/h.

Bien évidement il faut prendre en compte l'approvisionnement en électricité. Le nucléaire n'est pas selon propre (Il n'y a pas que le C02 à prendre en compte). En revanche il est bien de rappeler que l'approvisionnement en essence pollue également et que la pollution d'une thermique n'est pas seulement ce qui sort de l'échappement. Il n'y a pas que des avantages ou que des inconvénient pour chaque motorisation, même si au moins une Zoé n'emmet pas de dioxide d'azote en ville.

Par

Alors oui, la promesse n'est pas respectée, mais aucun constructeur ne la respecte, surtout pas avec les autos thermiques, quand il annonce les consommations ou l'autonomie..

ça fait un peu 'Tweet Trump' comme remarque ... un peu enfantin

Chaque solution a ses avantages et inconvénients mais il faut bien admettre que Cara est trop pro-Tesla ... ça en devient presque insultant

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

Y' en a souvent quelques pignoufs derrière qui représentent des intérêts opposés et/ou présentent des retards technologiques sur l' électrique . Un bon reportage qui remet les pendules à l' heure,

Allo gravillon c' est délicieusement ..subversif tout ça, tout ça, didon..!!

Par

Merci de remettre les choses à leurs places... c exactement ce que g pensé de ce reportage qui est indéniablement à charge pour faire un soi disant scoop... c très très léger.

Chose importante, la plupart des propriétaires de VE mis en vente au début de ce sujet sont des VE de 1ere génération, avec des autonomies qui plafonnent à 160km, on se doute bien que ces gens vont repartir sur des VE comme la Zoé R40, Ampéra, Tesla M3, etc... bien plus confortable en autonomie.

Il aurait été intéressant d'avoir une ITV de ces proprios pour savoir s'ils abandonnaient le VE définitivement ou si au contraire ils envisageaient de poursuivre pour mieux et pourquoi...

Par

Cet article transpire le parti pris pour Renault, osez dire le contraire...

Par

"Entre la consommation moindre, et les économies réalisées sur l'entretien, le budget global est en baisse, c'est une évidence, y compris pour ceux qui louent leur batterie."

oui, enfin, même si je m'intéresse à la voiture électrique, j'avais comparé ce que me couterait une zoé pour faire 20000km par an à une polo 90cv essence finition haute, et la zoé ne me revenait pas moins cher, donc...

pour ce qui est du test d'autonomie de france 2, oui, quelqu'un qui sait comment fonctionne une VE sait que pour optimiser de manière très importante l'autonomie, il vaurt mieux rouler sur le réseau secondaire à 70-90 de moyenne (ne serait-ce pour économiser le péage de l'autoroute, prohibitif pour quelqu'un qui roule à 80-90).

mais à la décharge de france 2, je suppose qu'ils se sont mis à la place de l'individu lambda qui ne s'y connait pas grand chose et qui va croire que pour 400km donné, il va néanmoins pouvoir faire 3 à 400km, même à 130 sur autoroute.

et puis, Renault pourrait être honnête en expliquant bien qu'en pratique et dans le pire des cas, l'autonomie peut baisser à 200km, voire moins, ce que le Groupe se garde bien évidemment de faire, de peur (justifiée certe) de perdre nombre de consommateurs potentiels. mais après, faut assumer le risque que des journalistes ne démontrent la supercherie de la com du Groupe.

Enfin, pour ce qui est des rejets de CO2 indirects, honnêtement, 95% des consommateurs potentiels s'en contrefoutent, cessons l'hypocrisie, ce n'est pas ça qui fera vendre ou non des caisses électriques.

Par

Tiens un article équilibré sur Caradisiac ? Bien sur que la voiture électrique n'est pas la panacée. Elle représente par contre une bonne solution pour lutter contre la pollution (et non pas le CO2 qui n'est pas de la pollution mais une contribution au réchauffement) dans les zones urbanisées sans trop modifier les habitudes des irréductibles de la voiture. La politique de production de l'électricité est un autre problème. On a hérité du parc nucléaire des années 70 et du gros lobby qui va avec mais la réalité aujourd'hui c'est que le cout de production du solaire est inférieur à celui du nucléaire donc les lobbyiste auront beau faire, un jour ou l'autre on sera sur de la production d'électricité plus propre. Entretemps il faut que la voiture électrique progresse. Elle pourra probablement énormément s'alléger dès que les logiciels de conduite autonomes seront au point car celà enlèvera la nécessité d'avoir de lourdes carrosseries et des équipements de sécurité passive. Bref tout ne va pas se faire en un jour mais la voiture électrique est une solution (avec le développement du vélo, des Transports en Commun et des parkings géants en limite d'agglomération) qui va dans le bon sens pour diminuer la pollution.

Par

" Pour information, notre propre journaliste, en faisant attention, et sur un parcours urbain et petites nationale, a fini sur 360 km d'autonomie, contre 170 km "à fond" sur autoroute. On le répète, finalement une belle performance."

Oui 360 km, c'est tres honorable !!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire