Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Le patron de PSA juge la politique environnementale actuelle incohérente

Le patron de PSA juge la politique environnementale actuelle incohérente

Le changement brusque d'opinion sur le diesel et la marche quelque peu forcée vers l'électrique ont bousculé les constructeurs. Les plus "agiles" s'en sortiront quand les autres se feront "laminer", selon Carlos Tavares, le patron de PSA, qui fustige une nouvelle fois les contraintes trop fortes imposées aux constructeurs.

L'industrie automobile est devenue une des plus complexes au fil du temps. Autrefois marquée par la liberté quasiment totale d'action, celle-ci est aujourd'hui empreinte de lois, de normes et de contraintes sévères, qui donnent de véritables maux de tête aux dirigeants. Lors de la remise du trophée de l'homme de l'année 2017 par nos confrères du JournalAuto, Carlos Tavares, patron de PSA, est justement revenu (une nouvelle fois) sur ce climat de tension qui règne chez certains.

"Nous avons un niveau de contradiction qui entoure l’industrie automobile qui devient juste au-delà de ce que nos sociétés occidentales peuvent accepter et c’est important de le comprendre. Il y a tout un tas d’incohérences dans nos sociétés. L’industrie s’adapte, en tout cas, pour ceux qui sont agiles tandis que les autres se feront laminer.

Si vous dites aux salariés de l’automobile : votre industrie doit être totalement électrifiée. Très bien, les objectifs sont fixés dans le temps. Mais en même temps, les clients ne viendront pas acheter vos voitures électriques car ils ne pourront pas les recharger, qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce acceptable d’un point de vue social, sociétal ? Evidemment, la réponse est non. Le niveau de contradictions et de chaos dans lequel nous vivons devient limite pour un certain nombre d’entreprises." (Source).

Carlos Tavares fait évidemment référence aux objectifs "CO2" imposés par l'Europe, qui oblige les constructeurs à drastiquement réduire les émissions. Mais alors que cela pouvait se faire grâce au diesel (son avantage est de rejeter moins de CO2 qu'un moteur essence, rappelons-le), depuis le dieselgate et l'effondrement du diesel, les marques automobiles font face à un dilemme. Qui ne peut être résolu que par le passage à l'électrique. Qu'on le veuille, ou non.

Mots clés :

Commentaires (104)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

il a bien raison...

notre gvt est anti voiture..

macron espére récuperer l'electorat écolo..et au passage taxer les campagnards qui roulent au diesel..

le gros mallus tue les belles voitures...

aprés rien n'est inéluctable...

avec la gréve sncf... la voiture indispensable pour aller bosser!!

et si macron perd un peu de sa popularité..

il va devoir lacher du lest...

la f1 revient en france...

là aussi une pierre dans le jardins des talibans anti voiture!!

bientot des élections...

on peut espérer que macron en janvier prochain hésitera à remettre une couche sur le diesel!!

et n'oubliez pas l'essence aussi!!

car c'est +8 pour le go.. et + 4 pour l'essence!!

à suivre...psa est spécialiste du diesel!!!

macron risque de les tuer!!!

s'il continue...

Par

Si nos politiques qui ne se déplacent qu'en voiture avec chauffeur et qui n'ont plus fait un plein ou acheté une voiture depuis des années arrêtaient de nous casser les couilles avec cette limitation stupide du co² et le malus-malus éco ...

Ca serait tellement plus simple de virer tout le système actuel et de ne se baser que sur le principe du pollueur / payeur via le prix au litre réellement payé par le consommateur.

Un gars en Prius qui roule 35000 km/an pollue t'il plus ou moins qu'une Lambo qui fera difficilement ses 1500 km ?

Par

Dés qu'on réfléchi plus loin que le bon de son nez, on ne peut qu’être d'accord avec Carlos. L’Europe tire dans un sens, les gouvernement au cas par cas dans un autre... les clients achètent pas d’électrique (très cher et des contraintes en plus), les infra ne suivent pas.

Je m’inquiète pas trop pour les constructeurs européens, même s'ils ne sont pas dans les clous ils pourront toujours négocier leur sanction, ou faire des immatriculations fictives ou des réduc de malades (au personnel par exemple) sur des VE pour tenir le coup. Ou encore des trucage sur le nouveau test

J’espère que cette abération qu'est l'UE disparaîtra bientôt, y'en a ras le bol sérieux. 28 mec non élus et inconnues de tous dirigent 28 pays à au moins 80%. Je parle de la commission européenne bien sur, l'institution qui choisi toute les lois européennes

Par

« Mais en même temps, les clients ne viendront pas acheter vos voitures électriques car ils ne pourront pas les recharger, qu’est-ce que cela veut dire ? »

Pas souvenir que l'État ou les collectivités locales n'est jamais construit ou subventionné la construction d'une station service mon cher Carlos...

Par

En réponse à MotherKaiser

Dés qu'on réfléchi plus loin que le bon de son nez, on ne peut qu’être d'accord avec Carlos. L’Europe tire dans un sens, les gouvernement au cas par cas dans un autre... les clients achètent pas d’électrique (très cher et des contraintes en plus), les infra ne suivent pas.

Je m’inquiète pas trop pour les constructeurs européens, même s'ils ne sont pas dans les clous ils pourront toujours négocier leur sanction, ou faire des immatriculations fictives ou des réduc de malades (au personnel par exemple) sur des VE pour tenir le coup. Ou encore des trucage sur le nouveau test

J’espère que cette abération qu'est l'UE disparaîtra bientôt, y'en a ras le bol sérieux. 28 mec non élus et inconnues de tous dirigent 28 pays à au moins 80%. Je parle de la commission européenne bien sur, l'institution qui choisi toute les lois européennes

Les 2 premiers paragraphes étaient intéressant, le dernier est complètement incohérent.

L'UE ne dirige aucun pays, et c'est surement la le problème puisque l'EU dit blanc et les pays disent noir. Il serait temps d'avoir une europe politique des nations et non pas l'actuelle europe lobbyistes dirigé par les grands groupes mondiaux.

Par

Il ont tout misés sur le diesel, mauvais choix, il faut assumer, ce genre de décision gouvernementale ce n'est pas que en France. A l'échelle mondiale les constructeurs qui ont tout misés sur le diesel sont minoritaires et concentrés en Europe. Il suffisait de voir ce que font les autres, Toyota est le meilleur exemple mais pas le seul. Leurs voitures quasiment uniquement essences et hybrides , injection indirecte, atmosphérique, en Europe les seuls à pouvoir passer les tests de pollution en conditions réelles sans rien changer

Par

Je suppose qu'il fera partie des laminés. A voir si PSA va arriver à nouer des partenariats avec de grosses entreprises du monde de l'électrique pour ne pas faire cavalier seul et pouvoir suivre le rythme des entreprises qui ont pris de l'avance.

Mais dans le fond il n'a pas tort. Tout le monde fonce tête baisser vers l'électrique, croyant que c'est la solution 100% vertueuses, mais au mieux elle sera juste moins pire que les autres...

Par

En réponse à MotherKaiser

Dés qu'on réfléchi plus loin que le bon de son nez, on ne peut qu’être d'accord avec Carlos. L’Europe tire dans un sens, les gouvernement au cas par cas dans un autre... les clients achètent pas d’électrique (très cher et des contraintes en plus), les infra ne suivent pas.

Je m’inquiète pas trop pour les constructeurs européens, même s'ils ne sont pas dans les clous ils pourront toujours négocier leur sanction, ou faire des immatriculations fictives ou des réduc de malades (au personnel par exemple) sur des VE pour tenir le coup. Ou encore des trucage sur le nouveau test

J’espère que cette abération qu'est l'UE disparaîtra bientôt, y'en a ras le bol sérieux. 28 mec non élus et inconnues de tous dirigent 28 pays à au moins 80%. Je parle de la commission européenne bien sur, l'institution qui choisi toute les lois européennes

Il vous faut un cours d'éducation civique.

Les décisions politiques sont prises par :

Le conseil des chefs d'États et de gouvernement qui sont TOUS des élus.

Et validés et votés par :

Le parlement européen où tous les membres sont élus par définition !

La commission européenne est d'essence démocratique puisque les membres sont désignés par... leurs gouvernements respectifs et validés par un vote du Parlement européen. Et la Commission ne fait que mettre en oeuvre à travers les directives (lois européennes) les décisions du Conseil européen, chefs d'États et de gouvernement et conseil des ministres pour chaque domaine)

Il n'y a rien là qui soit anti-démocratique à moins de relayer le discours victimaire des souverainistes type FN ou Dupont Gnan Gnan toujours à la recherche du bouc émissaire...

Par

En réponse à Bobin71

« Mais en même temps, les clients ne viendront pas acheter vos voitures électriques car ils ne pourront pas les recharger, qu’est-ce que cela veut dire ? »

Pas souvenir que l'État ou les collectivités locales n'est jamais construit ou subventionné la construction d'une station service mon cher Carlos...

Enfin d'ici à ce qu'il y est assez de station pour vendre autant d'électrique que de thermique on y est pas. La voiture électrique est une bonne chose et elle à sa place. Seulement sur le court terme elle doit cohabiter avec le thermique.

Pour du 100% électrique il faut revoir tout le système d'approvisionnement du réseaux. Que dans tous les parking il y est possibilité de se charger. Pour ceux qui ont une maison individuelle tout va bien, mais pour ceux qui habite dans un immeuble en ville c'est une autre histoire.

Où alors il faut faire des station service de recharge où l'on récupère au moins 400km d'autonomie en moins de 5 mins.

Par

les constructeurs n'investissent désormais plus sur les moteurs thermiques. Il reste des nouveautés à finaliser pour les 3-5 prochaines années. La totalité des investissement sont pour le développement de solution hybride et surtout électrique.

Dans 10 - 15 ans, les citadines et compacte seront full électrique, les berlines, break et SUV hybrides. La propulsion sera électrique, un petit moteur essence fera office de "groupe électrogène" pour alimenter les batteries et lors des fortes sollicitations. Se sera le même principe que les anciens train dit "diesel".

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire