Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Le patron de Volkswagen admet la fin du "downsizing"

Dans Futurs modèles / Technologie

Le "downsizing", à savoir réduire la taille des moteurs pour qu'ils consomment (en théorie) moins est une technique largement utilisée par les constructeurs qui profitaient jusqu'ici d'un protocole d'homologation ultra-favorable. Cela va changer, et chez Volkswagen, on admet que cette solution atteint ses limites. 

Le patron de Volkswagen admet la fin du "downsizing"

La tendance du downsizing serait-elle en train de s'inverser ? Nous l'avons déjà vu chez quelques constructeurs comme Mini ou bien encore le groupe Volkswagen qui empruntent désormais le chemin inverse et augmentent la cylindrée de leurs moteurs. Conscients que le downsizing n'est pas la solution à tous les maux, certaines marques changent ainsi totalement de stratégie, et cela devrait être le cas chez Volkswagen.

 

Herbert Diess, le patron de la marque, a confié à nos confrères anglais du Telegraph qu'il n'y "aurait pas de moteur sous le trois cylindres 1.0 essence" et que les diesels feraient tous au moins 1600 centimètres cubes. Pire encore, Diess annonce que le downsizing est mort et que "les émissions ont tendance à augmenter à mesure que l'on réduit les cylindrées".

 

Ce constat est fait depuis déjà des années par tous les observateurs à partir d'un fait très simple : plus le moteur est petit, plus il doit être "cravaché" pour mouvoir l'auto, ce qui fait exploser la consommation, à l'inverse d'un moteur plus gros et plus à l'aise.

 

Certaines marques, comme Mazda, n'ont toutefois pas cédé aux sirènes du downsizing avec des cylindrées qui sont restées au delà des deux litres.

 

Mots clés :

Commentaires (125)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"les émissions ont tendance à augmenter à mesure que l'on réduit les cylindrées".

U gros grpe comme ça et qui n' a pas vu venir le coup, allo, y' avait des ingés ..??!!

Par

Normal , un moteur plus petit sera plus sollicité et plus le régime moteur augmente , plus les rejets sont importants pas besoin de sortir de St Cyr pour savoir ça , et en plus ( on l'a vu chez les constructeurs premium Allemands ) plus les moteurs sont gros , plus ils sont fiables sur du long terme ! Y'a qu'a voir le nombre de limo classe S , série 7 ou A8 ne serait ce qu'en 3.0 diesel à avoir dépasser de largement les 350 000 km il y en à en masse ... Au jour d'aujourd'hui je vois mal un 3 cylindres 1.0l de 85 cv en faire autent sur le même type de trajet ...

Par

"les émissions ont tendance à augmenter à mesure que l'on réduit les cylindrées"

Faudrait l'expliquer à Mykeul, il n'avait pas l'air de nous croire...

Par

L'annonce des nouveaux tests d'homologations bien plus proches de la réalité n'est sans doute pas étrangères à ces nombreux revirements...

Par

En réponse à moulache

"les émissions ont tendance à augmenter à mesure que l'on réduit les cylindrées".

U gros grpe comme ça et qui n' a pas vu venir le coup, allo, y' avait des ingés ..??!!

le 1.2 3 cylindres 130ch est une vrai purge !

Par

( on l'a vu chez les constructeurs premium Allemands ) plus les moteurs sont gros , plus ils sont fiables sur du long terme !

Par

@pagani "( on l'a vu chez les constructeurs premium Allemands ) plus les moteurs sont gros , plus ils sont fiables sur du long terme !"

Chez lesquels ..??

Par

Il faut juste une cylindrée adaptée au poids de l'auto !

Un bicylindre 700 à 800 cc pourrait avoir sa place si on revenait à la masse des voitures des années 1980. Une AX pesait 650 kg... maintenant un moteur d'1 litre dans une berline de 1400 kg c'est juste une aberration.

Par

Sans VW, les journalistes autos n'auraient plus de boulot.

Par

L'article original dit bien plus et éclaire un peu sur les dangereux tours de prestidigitation des constructeurs pour rendre conformes à peu de frais les moteurs déjà conçus et/ou produits.

"... Les nouvelles normes considèrent une charge moteur plus importante, qui sur un petit moteur amène une surchauffe. Pour combattre les défauts engendrés, la tendance est d'augmenter par le logiciel l'alimentation du moteur en carburant qui produit plus de CO2, NOx, particules et des hydrocarbures non brulés...."

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire