Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Parts de marché en octobre 2017 : l'essence et les hybrides augmentent, le diesel baisse, l'électrique reste stable

Parts de marché en octobre 2017 : l'essence et les hybrides augmentent, le diesel baisse, l'électrique reste stable

Pour la quatrième fois cette année, la part des ventes de véhicules essence a dépassé celle des diesel, avec cette fois-ci en octobre l'écart le plus conséquent jamais constaté, le premier s'adjugeant 48,61 % du marché à 85 791 unités tandis que le second doit se contenter de 45,85 %. Pour rappel, la répartition au même mois l'année dernière était de respectivement 45,29 et 50,40 %. Sur les dix premiers mois de l'année 2017, le diesel garde encore l'avantage mais cela devrait basculer dès la fin du mois de novembre tant l'écart est faible avec l'essence, le premier représentant 47,56 % du marché contre 47,44 % pour le second.

Avec 6 616 unités, en hausse de 51,1 % par rapport à l'année dernière sur un marché à + 13,7 %, les hybrides non rechargeables représentent en effet 3,75 % des immatriculations contre 2,82 % en octobre 2016. Les 100 % électrique gardent une part stable, à 0,99 %, malgré une hausse des ventes de 13,3 %, à 1 748 unités. À ce rythme, ils devraient être rapidement rejoints puis dépassés par les hybrides rechargeables avec une progression des immatriculations de 83,5 % à 1 156 unités, représentant aujourd'hui 0,65 % du marché contre 0,41 % un an plus tôt.

Quels sont les modèles à carburant alternatif qui dominent l'assaut aux purs essence et diesel ? Du côté des hybrides simples, Toyota/Lexus représente plus de 81 % du marché avec notamment quatre modèles aux premières places : la Yaris (1 923 unités), l'Auris (991 unités), le C-HR (982 unités) et le Rav 4 (782 unités). Pour les hybrides rechargeables, il y a une très nette domination allemande, les constructeurs d'outre-Rhin ou assimilés monopolisant sept des dix premières places. Et c'est le Mercedes GLC 350e qui finit loin devant avec 149 unités, devant la BMW i3 REx (101 unités) et la Volkswagen Golf GTE (99 unités). On note l'arrivée de la nouvelle Mini Countryman Cooper SE à la quatrième place avec 92 unités, juste devant sa cousine germaine la BMW 225xe Active Tourer à 80 unités.

Enfin, pour les 100 % électriques, c'est toujours la Renault Zoé à elle seule qui écrase le marché, avec 44,34 % des ventes du segment. Avec 775 unités écoulées en octobre 2017, ses immatriculations baissent cependant de 4 %. Malgré la présentation de la seconde génération, la Nissan Leaf continue, elle, de progresser, avec + 2,6 % le mois dernier pour atteindre 234 unités. Sortie il y a quelques mois, la Smart ForTwo ED profite de son statut de voiture électrique la moins chère issue d'un grand constructeur pour accéder directement à la troisième marche du podium, avec 150 unités.

Commentaires (17)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

12h15

Libellé Dernier Var.

Pétrole BRENT (ICE Europe) 63.65 0.25%

Pétrole WTI (ICE Europe) 56.92 0.09%

Par

Une fois encore, est ce si compliqué de cloquer un lien vers un tableau complet pour se faire une idée de ce dont vous causez ?

Par

En réponse à roc et gravillon

Une fois encore, est ce si compliqué de cloquer un lien vers un tableau complet pour se faire une idée de ce dont vous causez ?

Puisque tu en parles, propose-nous quelque chose ! :-)

Et n'oublie pas, nous attendons ton PSD pour illustrer l'article sur les autos mythiques revisitées, right ?

Par

Avec ce qu'on nous prépare (hausse des taxes au niveau de l'essence, interdictions urbaines, maintient et entretien des systèmes antipollution ultra-complexes avec les nouveaux CT, etc) il faut vraiment être courageux pour investir dans un diesel neuf en 2017... sans compter leur cote en occasion qui va chuter plus rapidement, le surcoût semble être désormais très difficile à amortir.

Par

En réponse à v_tootsie

Puisque tu en parles, propose-nous quelque chose ! :-)

Et n'oublie pas, nous attendons ton PSD pour illustrer l'article sur les autos mythiques revisitées, right ?

mon dieu qu'il est bêta celui là.... d'après toi, les quelques chiffres qu'ils ont balancé ici, ils sortent d'où ?

Pondus par un écrivain qu'aurait pas eu le Goncourt et qui ferait des piges ?

Par

En réponse à -Nicolas-

Avec ce qu'on nous prépare (hausse des taxes au niveau de l'essence, interdictions urbaines, maintient et entretien des systèmes antipollution ultra-complexes avec les nouveaux CT, etc) il faut vraiment être courageux pour investir dans un diesel neuf en 2017... sans compter leur cote en occasion qui va chuter plus rapidement, le surcoût semble être désormais très difficile à amortir.

Eh bien disons que les constructeurs vont faire des promos pour destocker.... tu peux aussi compter sur une chose :

le retour du troupeau de ceux qui seront passé d'une berline diesel à un SUV essence avec micro-moteur habitant en zone accidentée :

voir sa conso augmenter de 2 à 4 litres ( si si ! ) risque bien d'abréger la farce un peu plus vite que prévu...

Par

En réponse à roc et gravillon

mon dieu qu'il est bêta celui là.... d'après toi, les quelques chiffres qu'ils ont balancé ici, ils sortent d'où ?

Pondus par un écrivain qu'aurait pas eu le Goncourt et qui ferait des piges ?

D'un pigiste tout court.... (ou peut-être Alexandre Jardin...) :biggrin:

Oui, mais on veut un tableau premium,

beau comme une polo sur un parking !

Allez, fais un effort !

Par

Je pense qu'il illusoire d'investir dans un véhicule utilisable tout ou partie d'une énergie fossile en pensant qu'on est garé des voitures pour de l ongues années. Le diesel est le bouc émissaire des années 2020. A qui le tour ensuite. Louons (pas le seigneur) mais nos véhicules... Acheter et en neuf devient une hérésie.

Par

En réponse à -Nicolas-

Avec ce qu'on nous prépare (hausse des taxes au niveau de l'essence, interdictions urbaines, maintient et entretien des systèmes antipollution ultra-complexes avec les nouveaux CT, etc) il faut vraiment être courageux pour investir dans un diesel neuf en 2017... sans compter leur cote en occasion qui va chuter plus rapidement, le surcoût semble être désormais très difficile à amortir.

Ben 20% de conso en moins et des essences de plus en plus merdique et de moins en moins atmo.

Par

le diesel est mort , bla bla bla

le matin je me rend au parking sa clac dans tout les coins , une odeur de gazout froid s'exhale du parking , en ville pareil , en réalité la proportion diesel et essence prouve bien que pour l'instant le diesel l'emporte haut la main .

et plus de 25/100 des gens achetant un véhicule neuf prennent un diesel !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire