Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Pas de développement durable pour l’automobile avec le covoiturage

Dans Pratique / Autres actu pratique

Pas de développement durable pour l’automobile avec le covoiturage

L’usage fait de la voiture change. Autrefois conquête mécanique d’une liberté individuelle conjuguée avec l’affirmation d’un statut social, l’automobile glisse doucement mais sûrement vers un objet de consommation lambda à utilité de déplacement circonscrite. Une philosophie matérialisée par le phénomène du covoiturage. Mais ce n’est pas qu’une mode. Sa généralisation annoncée pourrait même faire mal à toute l’industrie automobile.

C’est du moins ce qui ressort d’une étude menée par le Pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques (Pipame). Pour lui, il n’y a pas de doute à avoir : le covoiturage pourrait avoir des répercussions néfastes sur l’industrie de la voiture. D’abord, il entraînera des pertes financières dans le secteur. Selon l’ampleur et la structuration du phénomène, le covoiturage plomberait de 11 à 30 milliards le chiffre d’affaires des constructeurs. Une chute logiquement causée par la part modale de la voiture qui diminue et la hausse du taux d’occupation des automobiles.

Par effet papillon, moins de voitures produites, cela veut dire perte d’emplois automobiles. Selon le Pipame, le nombre de voitures devrait chuter de 4 à environ 10 millions d’unités pour atteindre un volume total d’environ 24 à 30 millions d’automobiles. Cette baisse de production donnera lieu à une réduction importante des postes disponibles au sein du secteur de la voiture. Entre 20 000 et 63 000 fonctions devraient être supprimées.

Maintenant, on pourrait se dire que c’est le prix à payer pour un enjeu environnemental supérieur. Mais c’est encore à voir. Le meilleur compromis financier et environnemental n’est pas déterminé puisque si les émissions de C02 peuvent diminuer jusqu’à 7 754 tonnes, il pourrait aussi arriver que le volume du même CO2 émis par le secteur automobile augmente de 1 015 tonnes. En revanche, ce qui est acquis, c’est la diminution de la consommation de carburant: entre 68 millions à 4,6 milliards de litres. Ce qui n’est pas rien.

Commentaires (19)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"pourrait" "devrait"

Ils sont payés à émettre des certitudes ou à avoir des théories de comptoir ou de journalistes ces gens ?

Par

c'est clair que l'usage de la voiture à changé.

Les gens préfèrent claquer 700 € dans un smartphone et ne pas prendre soin de leur véhicule.

Pour moi qui suit de l'ancienne école, c'est devenu un calvaire pour conserver une voiture "propre" sans coup de portières. Il n'y a plus aucun respect.

Par

" le Pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques (Pipame)."

Ça calme hein un nom pareil....avec de tels cerveaux, on peut être certains d'être à l'abri de construction de portiques sur les routes ou encore de vignette écologiques de toutes les couleurs.

On en a une de ces chance d'habiter ici.... :rs:

Par

" Une chute logiquement causée par la part modale de la voiture qui diminue et la hausse du taux d’occupation des automobiles."

C'est vrai que l'occupation moyenne d'une caisse qui tourne toujours autour d'une personne et un petit % en plus, c'est d'une très grande cohérence.....surtout quand ces caisses sont de plus en plus souvent des SUV.

Eh les Pipame's boys....z'avez pas idée que les pays les plus peuplés au monde n'ont encore qu'une ou deux bagnoles pour dix habitants ( dans le meilleur des cas ), et que si l'on veut arriver à nos chiffres occidentaux, genre sept à huit pour dix.....ça laisse des dizaines de millions de caisses à vendre en plus chaque année à travers le monde....

Avec les conséquences dramatiques en terme d'écologie et sociales à venir.....

Par

" En revanche, ce qui est acquis, c’est la diminution de la consommation de carburant: entre 68 millions à 4,6 milliards de litres. "

Mais ces gens sont ils fous ?

Ou ne savent raisonner que sur le micro-bout de planète franchouille ?

Mais bien entendu que par l'expansion continue du parc automobile, la consommation de carburant est amenée à progresser ( qu'elle soit fossile ou autre ), ce seront encore et toujours plus de ressources énergétiques à produire ( fossiles ou construction de centrales etc... ).

Et le co-voiturage n'est et ne sera qu'un micro-événement dans cette course à l'occidentalisation dans la façon "d'évoluer".

L'emploi ?

La robotisation, le développement de l'intelligence artificielle, l'explosion de l'impression 3 et maintenant 4 D, voilà ce qui risque de bouleverser l'emploi tel qu'on le conçoit....mais le co-voiturage...pffff !

Par

Et toujours ce Lecondé qui a toujours du mal avec quelque chose :

" Selon le Pipame, le nombre de voitures devrait chuter de 4 à environ 10 millions d’unités "

L'homme qui grimpe quand il chute....

Par

En réponse à narmer

c'est clair que l'usage de la voiture à changé.

Les gens préfèrent claquer 700 € dans un smartphone et ne pas prendre soin de leur véhicule.

Pour moi qui suit de l'ancienne école, c'est devenu un calvaire pour conserver une voiture "propre" sans coup de portières. Il n'y a plus aucun respect.

+1, voila ce qui arrive quand on vent des chars transporteurs de troupes turbo mazout en masse, bien fait pour eux!

Et ceux qui me cogne mes portières, ils ont raison de pas le faire devant moi, sans quoi je ne manquerais pas de refaire une beauté aux leurs en sortant la clé à cric!

Par

Pourrait devrait...

Ou comment on est entouré de bolos

Par

Le rapport avec le sujet votre réaction de beauf ?

Par

mouais..

le covoiturage, c'est surtout intéressant pour diminuer les frais de transport, et ce, quand ils sont élevés.

pour le reste, si j'ai choisi d'utiliser la voiture pour aller au taf, c'est pour pouvoir partir le matin Quand je veux, et le soir également Quand je veux.

en mode covoiturage, ce n'est plus possible, ce qui fait perdre l'intérêt de prendre sa voiture...

après, si c'est pour aider de temps en temps, ok. mais pour moi, utiliser la voiture, ça ne doit pas être contraignant.

tout ça pour dire que le coup du "tout le monde fera du covoiturage à terme", c'est un pur fantasme d'autophobe...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire