Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Prix des carburants : les députés votent pour un équilibrage dans 5 ans

Dans Economie / Politique / Social

Prix des carburants : les députés votent pour un équilibrage dans 5 ans

En même temps que l'annonce de la déductibilité de la TVA sur les véhicules essence en entreprise, Ségolène Royal avait aussi fait une annonce choc : le rééquilibrage essence/gazole d'ici deux ans, au lieu de cinq. Les députés ont finalement donné tort à la ministre en votant ce fameux réajustement des taxes d'ici cinq ans afin de laisser le temps aux constructeurs de se préparer. Mais est-ce vraiment suffisant ?

Les députés sont finalement allés à l'encontre des désirs de la ministre de l'Ecologie, qui voulait que le rééquilibrage entre gazole et sans-plomb à la pompe se fasse en deux ans. Il ne se fera qu'en cinq ans pour "laisser" le temps aux constructeurs de préparer ce gros changement en France, qui dépasse largement le niveau politique et budgétaire. Il s'agit avant tout d'une question sociale puisqu’une très large partie du parc automobile français roule avec un moteur diesel sous le capot, et même si la tendance s'inverse (un peu), il n'empêche que le carburant lourd garde la faveur des usagers de la route en France.

 

L'autre combat de la ministre était la déductibilité de la TVA pour les véhicules essence en entreprise, au même titre que les autos à moteur diesel qui bénéficient de 80 % de récupération de taxes sur la valeur ajoutée. Cela se fera finalement par étape : 10 % l'an prochain, 20 % l'année suivante, puis 40, 60 et enfin 80 % en 2021, année d'équilibrage des taxes entre sans-plomb et gazole à la pompe.

 

Quels seront les possibles changements à partir de 2021 ?

 

Avec un rééquilibrage des taxes à la pompe, le gazole devrait être peu ou prou au même prix que le sans-plomb. Mais que cela va-t-il bien pouvoir changer ? La première idée qui nous vient est la baisse significative des ventes de véhicules diesels. Cela pourrait d'ailleurs intervenir avant 2021. Mais si une baisse légère est effectivement possible, nous ne croyons guère à un effondrement du diesel en France, tant les automobilistes sont habitués à ce type de carburant.

 

Et malgré tout ce qui a pu être fait pour expliquer aux novices complets que le gazole n'est pas intéressant pour de faibles kilométrages, le simple fait de pouvoir faire de plus longues distances avec un plein de gazole qu'avec un plein d'essence, au même prix, devrait convaincre une bonne partie des Français de rester au diesel. Des mathématiques de base, même si beaucoup ne voient pas plus loin que le bout de leur nez (coût de l'entretien supérieur, coût d'achat plus important, primes d'assurance souvent plus hautes...). Il est malgré tout très difficile de faire des prévisions sur les ventes d'essence et de diesels d'ici 2021 puisque les moteurs essence adoptent, eux aussi, de plus en plus d'outils de traitement des rejets polluants, qui font grimper la note à l'achat et complexifient l'entretien.

 

Pour les constructeurs, en revanche, cinq ans, c'est court, très court. Même si le diesel ne risque pas de s'effondrer du jour au lendemain en France, le rééquilibrage aura forcément des conséquences, même minimes. Et le rééquilibrage en deux ans voulu par Ségolène Royal nous paraissait franchement ambitieux. Cinq ans, c'est donc mieux, mais c'est toujours peu pour les industriels qui ont une inertie importante et doivent adapter leurs usines, sans parler du fait qu'il faudra miser plus gros sur le développement de moteurs essence et de motorisations alternatives. Et à ce petit jeu, certaines marques sont très clairement en retard (nous pensons notamment à Renault, à la traîne dans l'hybride avec un "Hybrid Assist" hors du temps selon nous, mais aussi dans le développement des motorisations essence).

 

Cinq ans, ce n'est même pas la durée de vie d'une génération de véhicule, souvent établie à six ans. Il va donc falloir que les constructeurs, notamment français, réagissent plus vite qu'il ne le faut pour préparer un nouveau véhicule. Nous leur souhaitons bon courage.

 

Mots clés :

Commentaires (32)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bon courage? Je ne pense pas, non.

Qu'ils se débrouillent tous autant qu'ils sont et quelque soit leur nationalité.

Si leurs "spécialistes" et autres stratèges de pacotilles n'avaient pas fait le pari de se reposer quasi intégralement sur une motorisation ils n'en seraient pas là. Les études pointant le diesel du doigt ne datent pas d'hier et ils étaient les premiers informé sur l'inutilité des tests de pollution dans leur définition actuelle.

Qu'ils s'essuient la m*rde qu'ils ont dans les yeux et on pourra peut-être commencer à s'apitoyer sur leur sort.

Par

Un équilibrage youpi !!!

L'essence au prix du diesel c'est bien ça...

Par

Je pense qu'on peut compter sur les lobby de l'industrie automobile très puissant en France pour minimiser au maximum l'impact des changements de fiscalité sur leurs bénéfices. Pourtant, un " encouragement " a developper la R&D en direction de l'essence et des énergies alternatives (comprendre électricité et hybride sans doute) ne pourrait que faire du bien à PSA et Renault. En effet l'essence est majoritaire dans le monde et l'électrique sera en pleine explosion dans les 15 ans à venir. Alors obliger les constructeurs français à anticiper l'avenir, n 'est ce pas dans l'intérêt de tout le monde ? Moins d'inégalité fiscale, moins de pollution liée au diesel, coup de pouce aux constructeurs pour les mettre dans la bonne direction ! Reste à faire un plan national pour mettre en place un réseau de bornes de recharges rapides (et surtout pas des charges lentes comme c'est le cas aujourd'hui) pour compléter ces mesures.

Par

Et je dirais même plus : c'est le gazole au prix du sans plomb (on augmente les taxes), plus que le sans plomb au prix du gazole (la sémantique change sensiblement le point de vue...).

Par

Le but in finé c'est de diminuer la pollution pourtant ceux qui roulent beaucoup n'abandonneront pas le diesel, idem les véhicules de flottes , sans parler des transports routiers ; tous en turbo essence mais respirerons nous tous beaucoup mieux ?

Par

Les véhicules et les moteurs essence les constructeurs les auront, car ils les ont. Le problème vient peut-être plus de l'outil de production qui ne suivrait actuellement pas si le rapport diesel / essence s'inverssait.

Bon et ce n'est pas un rééquilibrage, c'est yout simplement une mise à niveau ou un ré-indexation du prix du gasoil sur le prix du sans plomb.

Il y aurait eu un équilibrage si les deux types de carburant avaient été mis à 1,25€ le litre par exemple.

Ou mieux, si le gasoil avait été mis à 1,30 et le sans plomb à 1,20 pour éviter que le véhicule gasoil ait un avantage en coût d'utilisation.

Comme à son habitude, le gouvernement prend encore une décision qui n'entraîne que l'appauvrissement des classes moyennes en augmentant les taxes auxquelles elles sont sujettes sans laisser d'échapatoirs.

Le bobo parisien qui roule en cayenne S Hybrid à 85000€ ne sera pas impacté lui... Par contre, le père de famille qui se traîne son scenic dci ou son picasso hdi à 200000 km, il va payer toujours plus cher !

Vive la gauche, vive la France !

Par

En réponse à carrera13

Un équilibrage youpi !!!

L'essence au prix du diesel c'est bien ça...

Le must ce serait que l'essence augmente juste avant l'équilibrage du diesel : le jackpot a$$ur€ !

Par

la marque au cric n'est pas prete...

son moteur essence tce..;bouffe un litre de plus que la concurrence!!!

et la fiabilité deces dci toujours aussi aléatoire...

le gvt va tuer nos 2 constructeurs français spécialiste du diesel...

mon petit doigt me dit...

que avec le retour de la droite au pouvoir dans 6 mois...

çà mettra plus de 5 ans...

d'arnaquer les dieselistes...

en vendant le go au prix de l'essence....

car les écolos vont disparaitre du paysage politique....

il seront inexis

Par

la marque au cric n'est pas prete...

son moteur essence tce..;bouffe un litre de plus que la concurrence!!!

et la fiabilité deces dci toujours aussi aléatoire...

le gvt va tuer nos 2 constructeurs français spécialiste du diesel...

mon petit doigt me dit...

que avec le retour de la droite au pouvoir dans 6 mois...

çà mettra plus de 5 ans...

d'arnaquer les dieselistes...

en vendant le go au prix de l'essence....

car les écolos vont disparaitre du paysage politique....

il seront inexis

Par Anonyme

A l'image des multiples articles relatifs à ce sujet essence/diesel, il manque encore et toujours l'information la plus importante à prendre en compte : la décote !

La décote est le poste de dépense le plus important dans la possession d'une voiture. Et nos amis de chez l'Argus, référence absolue dans l'établissement de la valeur d'un véhicule, fait perdurer un facteur majeur mais obsolète de calcul de décote, qui fait que l'essence est très défavorisé par rapport au diesel.

Il s'agit bien entendu du kilométrage moyen : 25mkm pour un diesel à 15mkm pour un essence.

Ca fait une belle différence...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire